Vettel : Ferrari a "mis trop de temps" à réaliser son erreur

Sebastian Vettel estime que Ferrari a mis trop de temps à se rendre compte que les récents développements apportés à la SF71H n'allaient pas dans le bon sens, ce qui a probablement coûté des points précieux dans la course au titre ces dernières semaines.

Vettel : Ferrari a "mis trop de temps" à réaliser son erreur
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H et Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB14 s'accrochent au premier tour
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H
Sebastian Vettel, Ferrari, signe des autographes pour les fans
Sebastian Vettel, Ferrari, dans le garage
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H en tête-à-queue après l'accrochage avec Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB14
Le poleman Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 avec Sebastian Vettel, Ferrari dans le parc fermé
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H

À Austin, la Scuderia a pris la décision en cours de week-end d'abandonner ses plus récentes évolutions et de revenir à certains concepts d'une spécification plus ancienne, ce qui s'est avéré concluant.

En qualifications, Sebastian Vettel et Kimi Räikkönen sont passés respectivement à 67 et 70 millièmes de la pole position, tandis que le Finlandais a confirmé en course les bonnes dispositions de la monoplace de Maranello en s'imposant. Dès samedi, Vettel avait fait remarquer le choix bénéfique de revenir en arrière, et le Grand Prix n'a fait que conforter son propos.

"Ça a pris trop de temps", regrette-t-il. "On peut voir ça comme une bonne nouvelle [d'être de retour en forme] mais aussi comme une mauvaise. Si l'on doit revenir à une voiture qui était compétitive il y a trois ou quatre mois, alors ce n'est sûrement pas une bonne nouvelle quand on y réfléchit. Pour nous, sur le plan technique, c'est important de comprendre ce qui s'est mal passé."

Lire aussi :

Pour le moment, rien ne dit de manière évidente ce qui a poussé la Scuderia à s'entêter dans une voie qui n'était finalement pas la bonne et à prendre autant de temps avant de faire le choix d'un rétropédalage.

"C'est un peu dur à expliquer", avance Vettel. "Nous avons assurément senti que la voiture n'était pas aussi forte qu'avant, mais si l'on ne voit rien d'incorrect, alors on ne peut pas savoir d'où ça vient."

"Toutes les étapes que nous avons franchies semblaient avoir du sens, mais maintenant, en prenant du recul, ce n'était pas le cas. Il y a clairement quelque chose que nous n'avons pas vu, et nous n'avons pas encore compris pourquoi ni où l'erreur a précisément commencé. Il y a donc beaucoup à faire et à comprendre de notre côté, mais je suis certain que nous ferons le nécessaire pour y parvenir."

Je n'ai aucun problème à admettre mes erreurs.

Sebastian Vettel (Ferrari)

Selon Vettel, un début d'explication se trouve peut-être dans les circonstances rencontrées lors de certains Grands Prix, comme à Singapour ou au Japon, avec des conditions de piste qui n'étaient pas toujours optimales en essais libres pour mener tous les tests nécessaires. Interrogé sur cette éventualité, il ne l'écarte pas.

"C'est certain. Quand les choses ont commencé à mal tourner, ça ne pouvait pas mieux aller", plaide-t-il. "Il y a eu de trop nombreuses incidences de ce genre. Je ne crois pas à la chance ou à la malchance, mais il y a sûrement des choses qui ne sont pas allées totalement dans notre sens, c'est comme ça."

Quand sonnera l'heure du bilan définitif de cette saison 2018, les responsabilités dans l'échec probable de Vettel et Ferrari à aller conquérir le titre mondial seront probablement partagées, mais l'Allemand considère déjà ce coup d'arrêt dans le développement de sa monoplace comme le facteur déterminant.

"Ce n'est pas comme s'il y avait un problème à la base, et qu'au final c'était pire", explique-t-il. "Je n'ai aucun problème à admettre mes erreurs. Il nous est arrivé certaines choses qui ne nous ont pas aidés, mais le point crucial a été que, pendant une grosse partie de la saison, nous n'avions pas la vitesse pour être au rendez-vous, puis il y a d'autres choses qui n'ont peut-être pas aidé. Il y aura beaucoup de choses que nous devrons revoir pendant l'hiver, pour nous tous, y compris moi-même."

partages
commentaires
Les commissaires trop cléments envers Sainz à Austin ?

Article précédent

Les commissaires trop cléments envers Sainz à Austin ?

Article suivant

Tost refuserait "catégoriquement" moins de 20 GP par saison

Tost refuserait "catégoriquement" moins de 20 GP par saison
Charger les commentaires
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021
Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021