Réactions
Formule 1 GP d'Arabie saoudite

Wolff ne veut pas chercher des coupables chez Mercedes

Compte tenu du peu de courses disputées cette saison, le patron de Mercedes Toto Wolff ne souhaite pas accabler un domaine particulier de la voiture, préférant évoquer des "problèmes généraux."

Toto Wolff, team principal et PDG, Mercedes AMG

Mercedes connaît un début de championnat qui ne lui ressemble pas. Si l'écurie occupe la deuxième place du classement des constructeurs, les W13 n'ont jamais pu se battre pour la victoire. Un scénario auquel nous n'étions plus habitués, après l'enchaînement de huit titres mondiaux consécutifs entre 2014 et 2021.

À Bahreïn, Lewis Hamilton a hérité d'un podium chanceux, après l'abandon des deux Red Bull dans les derniers tours de course. La semaine suivante, en Arabie saoudite, le septuple Champion du monde a connu sa première élimination en Q1 depuis 2017, et a été incapable de faire mieux que dixième le lendemain. Son coéquipier George Russell, qui pensait pouvoir se battre pour des victoires en signant chez Mercedes, a conclu ses deux premières courses de l'année aux cinquième et sixième rangs. Des résultats solides, mais loin des attentes placées autour de l'écurie.

C'est en tout cas ce que pense le patron de l'écurie Toto Wolff, qui décrit ces résultats "douloureux" comme un "exercice d'humilité". Le premier problème apparent est le marsouinage, qui serait, selon Russell, à l'origine de "99% des problèmes de l'équipe". Mais lorsque l'on compare les vitesses en lignes droites, le moteur Mercedes semble également poser des soucis. Sur le circuit de Sakhir, les trois écuries clientes de Mercedes occupaient les six dernières places à l'arrivée (parmi les monoplaces classées), loin derrière les unités de puissance Ferrari et Honda (rebadgées Red Bull en 2022). À Djeddah, une seule monoplace équipée d'un moteur Mercedes se qualifiait en Q3.

"Actuellement, le plus important n'est pas simplement de pointer du doigt les zones de la voiture [qui ne fonctionnent pas]", estime Wolff au micro de Motorsport.com. "Nous fonctionnons comme une équipe, et je pense que nous avons des problèmes généraux qui vont plus loin qu'un simple déficit lié au moteur."

George Russell, Mercedes W13, fait des étincelles

"Y a-t-il une zone de la voiture qui nous place parmi les équipes de pointe ? Non, je ne pense pas", poursuit l'Autrichien. "Mais nous ne pouvons pas oublier que nous avons remporté huit championnats consécutifs avec ce moteur. Maintenant, nous devons tous nous remettre en marche, utiliser toutes nos forces et nous sortir de ce bazar."

Au classement, Mercedes possède déjà 40 points de retard sur Ferrari, qui domine le tableau des constructeurs grâce à ses quatre podiums en deux courses. Du côté des pilotes, George Russell est quatrième avec 22 unités, six longueurs devant son coéquipier. Le septuple Champion du monde, qui viserait bien une huitième couronne, se trouve déjà à 29 points du leader Charles Leclerc. Après la manche en Arabie saoudite, Hamilton déclarait que ce titre semblait être "très loin" cette année, que son écurie était "encore loin des gars devant" et qu'il restait "beaucoup de travail à faire".

Les espoirs de Mercedes se reposent sur les améliorations prévues pour le Grand Prix d'Australie, qui se tiendra sur un circuit de l'Albert Park modifié du 8 au 10 avril. L'écurie devrait apporter un nouveau fond plat, en espérant qu'il puisse résoudre les problèmes liés au marsouinage.

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Bottas vit le "meilleur scénario" possible chez Alfa Romeo
Article suivant Le niveau de Sainz "est un désavantage" pour Red Bull

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France