Vergne n'a "absolument pas paniqué" avant sa victoire de Sanya

partages
commentaires
Vergne n'a "absolument pas paniqué" avant sa victoire de Sanya
Par :
5 avr. 2019 à 16:45

Après trois courses sans le moindre point, Jean-Éric Vergne a remis les pendules à l'heure à l'E-Prix de Sanya, où il a triomphé. Un succès qui le replace dans la course au titre.

Cette saison 2018-19 de Formule E déjoue jusqu'à présent tous les pronostics. Avec six vainqueurs différents provenant de six écuries différentes, ainsi qu'autant de polemen et d'auteurs du meilleur tour en course différents également, le championnat ne pourrait tout simplement pas être plus ouvert.

Lire aussi :

C'est notamment ce dont a profité Jean-Éric Vergne lors d'une coûteuse série de trois courses sans entrer dans le top 10, car personne n'a fait une première moitié de saison parfaite. Dix pilotes différents sont montés sur le podium, mais jamais plus de trois fois (en l'occurrence António Félix da Costa, ses rivaux étant à deux au maximum) ; deux concurrents sont parvenus à marquer des points à chaque course, mais n'ont jamais fait mieux que troisième (Daniel Abt et Mitch Evans).

Par conséquent, s'il était 11e au moment d'aborder l'E-Prix de Sanya, Vergne conservait une chance mathématique de s'emparer de la tête du championnat en cas de victoire et de pole position. A-t-il malgré tout un peu paniqué lors de cette passe difficile ? "Non, du tout", répond le pilote DS Techeetah pour Motorsport.com. "On savait qu'on avait une bonne voiture. Après, comme disait Chirac, les merdes volent toujours en escadrille !"

Jean-Eric Vergne, DS TECHEETAH

Jean-Eric Vergne, DS TECHEETAH

Photo de: Jean Michel Le Meur / DPPI

Jean-Eric Vergne, DS TECHEETAH, DS E-Tense FE19, fête sa victoire

Jean-Eric Vergne, DS TECHEETAH, DS E-Tense FE19, fête sa victoire

Photo de: Sam Bagnall / LAT Images

"Je mangeais mon pain noir patiemment, je savais que les beaux jours allaient revenir. J'ai vécu ça dans ma carrière, donc maintenant, je sais comment prendre les moments difficiles sans perdre la confiance. Dans mon malheur, la chance que j'ai, c'est que personne n'a vraiment pris les devants au championnat. Je n'ai absolument pas paniqué."

Vergne s'est ainsi imposé en Chine, auteur d'une course maîtrisée avec un dépassement propre sur le poleman Oliver Rowland. C'est la première victoire de Techeetah depuis le début de partenariat avec son motoriste DS.

Lire aussi :

"Ça fait du bien, surtout à l'équipe", souligne le Champion en titre, qui s'est propulsé à la troisième place du classement général. "Quand les résultats ne viennent pas, on se pose tous un peu des questions : est-ce qu'on fait un bon boulot ? Est-ce qu'on a les bonnes personnes au bon endroit ? Est-ce qu'on ne devrait pas faire différemment ? Et ça, c'est le genre de questions qu'on ne peut pas se permettre de se poser au milieu d'une saison. Il faut rester soudé et continuer à avoir confiance en soi, en son équipe, pour aller prendre des bons résultats."

Propos recueillis par Laurent-Frédéric Bollée

Article suivant
Le contrat de l'E-Prix de Paris prolongé jusqu'en 2022

Article précédent

Le contrat de l'E-Prix de Paris prolongé jusqu'en 2022

Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule E
Pilotes Jean-Éric Vergne
Équipes Techeetah
Auteur Benjamin Vinel
Soyez le premier à recevoir
toute l'actu