Réactions
24 Heures du Mans 24 Heures du Mans

Alpine en Hyperpole au Mans : "Ce n'est pas l'objectif"

Classé cinquième de la séance de qualifications mercredi, l'Alpine A424 #35 participera à l'Hyperpole ce jeudi soir. Une "case de cochée" pour Paul-Loup Chatin, même si l'objectif est ailleurs.

#35 Alpine Endurance Team Alpine A424: Paul-Loup Chatin, Ferdinand Habsburg-Lothringen, Charles Milesi

Alpine ne pouvait pas rêver mieux pour son retour dans la catégorie reine du Championnat du monde d'Endurance. Après une année de transition dans la catégorie LMP2, le constructeur français s'est engagé aux côtés de huit autres marques pour la 92e édition des 24 Heures du Mans. 

Après seulement trois manches dans la saison de WEC, l'Alpine A424 compte déjà deux top 10, dont une septième et une neuvième places au Qatar et à Spa-Francorchamps. Mercredi, lors de la séance de qualifications, l'équipe française a confirmé son bon début de championnat en validant sa place pour l'Hyperpole. Une performance réalisée par la n°35, pilotée par Paul-Loup Chatin. Selon le pilote français, ce résultat n'est pas un hasard et représente les étapes franchies par l'Hypercar depuis les débuts de la saison en WEC.

"Les impressions sont bonnes", déclare Paul-Loup Chatin. "Je pense que ça représente le travail de tout le développement, de toute l'équipe depuis le premier jour de la voiture en piste. On sait que le travail est orienté pour les 24 Heures du Mans et ça montre que le travail paye."

"On sait que pour les qualifications au Mans, il faut avoir un peu de réussite, avoir la bonne aspiration au bon moment. C'est ce que j'ai eu la chance d'obtenir et c'est ce qui permet, en plus de la performance de la voiture, de se hisser en Hyperpole. Je suis très content pour toute l'équipe, c'est une petite case de cochée pour la semaine mais ce n'est pas l'objectif in fine de la semaine."

#35 Alpine Endurance Team Alpine A424: Paul-Loup Chatin, Ferdinand Habsburg-Lothringen, Charles Milesi

#35 Alpine Endurance Team Alpine A424: Paul-Loup Chatin, Ferdinand Habsburg-Lothringen, Charles Milesi

Photo de: Rainier Ehrhardt

Impossible de faire mieux

Lors de son tour le plus rapide en 3'24"872, à seulement quatre dixièmes du meilleur tour de la BMW #15 (3'24"465), Paul-Loup Chatin s'est vu offrir une aspiration décisive de la part de son coéquipier Nicolas Lapierre, au volant de l'A424 #36 devant lui. Selon Philippe Sinault, directeur de l'équipe Alpine, la #35 a bénéficié du tour parfait et estime qu'il sera difficile d'être plus rapide, sachant que le minimum de risque sera pris de la part du constructeur français.

"On a tiré la cartouche à fond, comme on dit", déclare le team principal d'Alpine à Motorsport.com. "Je ne suis pas sûr que l'on puisse aller beaucoup plus vite, en ce qui nous concerne. On a eu un tour clair, ce qui est une forme de miracle au Mans dans le contexte de la qualif. Nicolas était juste devant, donc Paul-Loup a profité de l'aspiration que Nicolas a super bien donnée. Il s'est mis au service de Paul-Loup pour la lui donner. C'était le tour parfait et les conditions parfaites mais je ne suis pas sûr que l'on ait beaucoup de marge pour l'améliorer."

"On va approcher l'Hyperpole de la même manière. On s'interdit de prendre des risques parce que toute erreur pourrait être rédhibitoire pour la course, ou du moins, nous perturberait énormément la préparation de la course. Oui, on va jouer l'Hyperpole, ne serait-ce que pour le public et parce que l'on s'appelle Alpine. Mais on ne prendra pas tous les risques."

Philippe Sinault, Alpine Endurance Team

Philippe Sinault, Alpine Endurance Team

Photo de: Alexander Trienitz

"C'est contrariant mais ce n'est pas inquiétant"

Lors de chacune des deux séances d'essais libres qui ont accompagné les qualifications, on a vu l'Alpine A424, s'immobiliser. Selon Philippe Sinault, Il s'agit seulement de précautions, plus que de véritables problèmes.

"Ça fait partie du projet. Il faut l'accepter. Parfois, par mesure de précaution, on préfère demander au pilote de se garer pour faire un reset ou ce genre de chose, toujours dans des conditions de sécurité maximum, plutôt que de continuer le tour ou de continuer à pousser, au risque d'abimer la voiture. Ça fait partie du jeu d'être de temps en temps au ralenti. C'est contrariant mais ce n'est pas inquiétant."

Comme Paul-Loup Chatin l'a déclaré, l'objectif d'Alpine ne se trouve pas dans les qualifications. Bruno Famin, directeur d'Alpine Motorsports, ne s'est pas avancé quant à la position que l'équipe française espérait obtenir. Pour lui, le plus important est de finir la course.

"Franchir la ligne ! Encore une fois, on est contents de la performance de la voiture, des pilotes et de l'équipe. Le plus dur reste à faire, c'est la première course de 24 heures, la première de nuit, on sait que les conditions vont être compliquées, la météo, la pluie, le froid... Il y a donc plein de bonnes raisons de ne pas franchir la ligne... Allons au bout. Il y a un risque fiabilité évident et qui est normal à ce stade du projet. Il faut que l'on soit extrêmement prudents, à plus d'un titre."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Ferrari demande un contrôle strict des règles de chauffe des pneus au Mans
Article suivant Une BoP "bien équilibrée" et un "show" qui fonctionne en Hypercar

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France