Drapeaux jaunes : l'annulation des chronos fait toujours débat

Pour Joan Mir et Aleix Espargaró, la direction de course a eu raison d'annuler le chrono de Pecco Bagnaia en Q2 au GP du Portugal, le pilote Aprilia demandant même des sanctions plus sévères. Celle infligée à Maverick Viñales pour un dépassement des limites de la piste est aussi au cœur des discussions.

Drapeaux jaunes : l'annulation des chronos fait toujours débat

Pecco Bagnaia méritait-il sa pénalité à Portimão ? L'Italien a été privé de la pole, son meilleur temps ayant été réalisé alors que le drapeau jaune était agité au virage 9 après la chute de Miguel Oliveira. Bagnaia a assuré ne pas avoir vu le drapeau mais n'a pas contesté le fond de la pénalité même si au moment où il est passé sur les lieux de l'incident, Oliveira avait presque quitté la scène et les commissaires de piste étaient en train de dégager la moto.

Après plusieurs incidents qui ont fait polémique à Jerez en 2020, la règle prévoit désormais que le chrono d'un pilote est annulé s'il passe dans une zone où le drapeau jaune est agité, qu'il s'agisse d'un simple ou d'un double drapeau, même si le pilote concerné n'améliore pas son chrono. Cette application de la règle peut paraître excessive mais Joan Mir s'en satisfait, puisqu'elle pousse les pilotes à ralentir lors qu'il y a un danger en piste.

"C'est la chose la plus sûre ; si Oliveira est dans les graviers, il faut lever le pied sinon, si tu tombes, tu peux causer une situation super dangereuse, avec les commissaires qui sont là et Oliveira par terre", a expliqué le Champion du monde. "C’est donc la solution la plus sûre, mais c'est vrai que parfois, ce n'est vraiment pas juste. Mais c’est pour ça qu’on a mis notre seul pneu au début de la séance, même si on savait qu’on aurait pu améliorer notre chrono à la fin, il se peut aussi qu’il y ait une chute et qu'on ait ensuite un chrono annulé. Mais c’est comme ça ; je suis d’accord en ce qui concerne les drapeaux."

Lire aussi :

Aleix Espargaró ne remet pas en doute la version de Pecco Bagnaia mais pointe du doigt l'attitude du pilote italien, resté à pleine vitesse la veille alors qu'il avait lui-même chuté. "Vous ne pouvez pas être dans le cerveau ou dans les yeux de Pecco, alors je lui fais confiance s'il dit qu'il ne pouvait pas le voir, mais nous avons des règles pour la sécurité", a déclaré Espargaró. [Vendredi], je suis tombé, dans le virage 11 je pense, et beaucoup de pilotes ont coupé les gaz. Pecco a élargi dans ce virage et il est passé hors piste alors que j'étais dans les graviers en train d'essayer de ramasser la moto avec les commissaires."

Le pilote Aprilia juge la situation de la Q2 dangereuse et donc l'application d'une sanction nécessaire, estimant même qu'elle n'est actuellement pas suffisamment sévère : "La règle est la règle, et je pense que la Dorna doit être encore plus stricte. Maintenant ils agitent très vite le drapeau jaune. S'il y en a un, c'est parce que quelqu'un est à terre. Si on tombe, on peut tuer un commissaire. Alors je suis désolé pour lui car je sais qu’il a fait un tour incroyable et avait atteint la pole position, mais c’est très dangereux." 

"Dites-moi ce que la Dorna peut faire de plus ?" s'est-il interrogé. "Il y a plus de drapeaux jaunes que jamais, il y a des panneaux lumineux. Soit on commence à utiliser la radio ou bien on met les drapeaux jaunes sur le tableau de bord, mais c'est difficile de faire plus que ça. Alors oui, pour moi elles doivent être plus sévères." 

Danilo Petrucci a plus de mal à se prononcer sur cette situation car selon lui, le danger n'était pas immense au moment du passage de Pecco Bagnaia dans la zone du drapeau jaune : "C'est toujours un débat difficile, parce que c'est une question de sécurité, mais [...] beaucoup de tours on été annulés et c'est sûr que c'est vraiment très difficile", a déclaré le pilote du team Tech3. "C'est dur de se prononcer, parce que le drapeau jaune [...] n'était peut-être pas pour une situation si dangereuse, parce que le problème n'était pas sur la piste mais en dehors."

"Mais après, s'il y a une chute au même endroit, peut-être que les commissaires ou le pilote peuvent être blessés. C'est toujours difficile. On en parle beaucoup dans la commission sécurité, mais je pense que les pilotes pénalisés aujourd'hui, Pecco et Maverick, doivent être très tristes et en colère."

La pénalité de Viñales surprend Petrucci

Pecco Bagnaia n'est en effet pas le seul à avoir été sanctionné dans cette séance de qualifications, Maverick Viñales ayant vu deux de ses chronos effacés, dont un pour être passé hors des limites de la piste au virage 4, une infraction signalée par les capteurs utilisés depuis le début de la saison. Viñales jugeait la pénalité injustifiée et Petrucci s'étonne également de cette décision, qui ouvre selon lui le débat sur la fiabilité du système de capteurs.

"J'ai vu les images et pour moi, [Maverick] n'est pas vraiment passé hors piste, mais il y a des capteurs... En regardant les images, Maverick était sur la piste. Je n'ai rien de plus à dire. Certes, il y a des capteurs, mais en voyant les images, s'il y avait eu de l'herbe, je ne pense pas que Maverick l'aurait touchée. Pour moi, ils doivent changer un peu cette règle, pour voir si la moto est vraiment passée hors piste."

Lire aussi :

"On a ajouté des capteurs, mais pour moi, Maverick n'est pas sorti de la piste. Je ne sais pas s'il [pouvait] faire appel mais je pense qu'il faut au moins en discuter, parce que sur les images, la moto était [sur la piste]. J'ai vu les images et je n'ai pas d'autre explication."

Valentino Rossi estime que dans ce contexte, il est préférable de garder ses distances avec les limites de la piste : "Cette année, c'est beaucoup plus strict, parce qu'ils ont placé désormais des capteurs sur la [bande] verte, et ils savent si on touche [la zone]", a précisé l'ancien équipier de Viñales. "Si on regarde [le tour de] Maverick, l'année dernière ça aurait été un bon tour, parce qu'il a touché le vibreur, mais c'est ce qu'a dit le capteur. Tout le monde doit donc rester un peu plus loin de la partie verte, je pense."

Avec Léna Buffa

partages
commentaires

Voir aussi :

Luca Marini accueille ses premiers points avec une certaine déception

Article précédent

Luca Marini accueille ses premiers points avec une certaine déception

Article suivant

Zarco serein après sa chute : "Ce n'est pas un coup d'arrêt"

Zarco serein après sa chute : "Ce n'est pas un coup d'arrêt"
Charger les commentaires
Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ? Prime

Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ?

Après avoir signé une septième place au Portugal pour son retour fracassant en MotoGP, Marc Márquez entame désormais un long et dur travail pour retrouver le pilotage lui ayant donné six titres en catégorie reine.

MotoGP
23 avr. 2021
Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête Prime

Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête

Malgré la décision de Suzuki de ne pas faire appel de l'absence de sanction pour Jack Miller après son incident avec Joan Mir, il est nécessaire d'agir pour ne plus voir ce genre de manœuvre, qui aurait facilement pu tourner à la tragédie à Losail.

MotoGP
9 avr. 2021
Johann Zarco, la victoire avant l'heure Prime

Johann Zarco, la victoire avant l'heure

En à peine 18 mois, Johann Zarco est passé d'un extrême à l'autre en MotoGP, de pilote accablé et sans guidon à leader rayonnant du Championnat du monde 2021. Mais les Grands Prix de Losail ont surtout vu le retour au premier plan d'un homme retrouvé.

MotoGP
5 avr. 2021
Les changements derrière le retour en force de Maverick Viñales Prime

Les changements derrière le retour en force de Maverick Viñales

Sa victoire autoritaire lors de la manche d'ouverture du championnat intervient alors que Maverick Viñales vit une période de changement personnel et professionnel. Est-ce le tremplin vers une lutte pour le titre plus concrète qu'elle ne l'a été par le passé ?

MotoGP
30 mars 2021
Pramac et cette victoire si souvent touchée du doigt avec Ducati Prime

Pramac et cette victoire si souvent touchée du doigt avec Ducati

Pramac Racing entre cette année dans sa 20e saison en MotoGP, la 17e en partenariat avec Ducati. Frôlée à plusieurs reprises, sa première victoire avec le constructeur italien constitue toujours l'objectif de l'équipe, qui accueille en 2021 deux nouveaux pilotes. Le moment est-il venu ?

MotoGP
24 mars 2021
Entre Morbidelli et Rossi, une amitié plus forte que la rivalité ? Prime

Entre Morbidelli et Rossi, une amitié plus forte que la rivalité ?

Le vice-Champion du monde 2020 a clairement annoncé qu'il ne trahira pas ses valeurs pour atteindre ses objectifs sportifs, aussi élevés soient-ils, cette saison. Sorte de petit frère adoptif de Valentino Rossi, qui l'a pris sous son aile lorsque la vie l'a malmené, Franco Morbidelli veut placer l'amitié au-dessus de toute forme de concurrence entre eux.

MotoGP
21 mars 2021
Maverick Viñales, leader en quête de stabilité et de clarté Prime

Maverick Viñales, leader en quête de stabilité et de clarté

Nouveau leader moral de l'équipe officielle Yamaha de par son expérience et les succès obtenus jusqu'à présent, Maverick Viñales aborde une saison 2021 qui s'annonce peut-être comme la plus importante de sa carrière, avec une réelle chance de s'affirmer enfin.

MotoGP
6 mars 2021
Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires Prime

Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires

Les teams indépendants ont prouvé en 2020 leur capacité à se battre pour la victoire et même pour le titre en MotoGP, et Tech3 a été l'un des acteurs forts de cette saison riche en émotions. Hervé Poncharal s'en remet à peine qu'il repart avidement en quête de nouveaux succès.

MotoGP
16 févr. 2021