Espargaró juge les relations avec l'équipe essentielles cette année

Le pilote Aprilia a repris la piste trois mois après les derniers essais de pré-saison, l'occasion de renouer des liens avec certains membres de son équipe.

Espargaró juge les relations avec l'équipe essentielles cette année

Quatre-vingt-quatorze jours après son dernier test, Aleix Espargaró a retrouvé la semaine dernière son ingénieur de piste, Antonio Jiménez, et l'un de ses mécaniciens, Robert Galán, à l'occasion d'une séance d'entraînement en piste, à Barcelone. Une étape importante aux yeux du pilote espagnol, qui estime que les relations qu'il entretient avec son équipe seront fondamentales dans une saison aussi atypique et condensée que celle-ci.

"Les sensations les plus agréables n'avaient rien à voir avec la moto, c'était de sortir de la maison, de passer les grilles et d'être dans la rue. Et de retrouver mon technicien et mon mécanicien, que je n'avais pas vus depuis trois mois. D'enfiler ma combinaison et mon casque, des choses très élémentaires auxquelles je n'avais jamais accordé autant de valeur dans ma vie, mais qui après cette longue quarantaine sont appréciables, et même beaucoup", explique-t-il à Motorsport.com.

Lire aussi :

"Personnellement, même s'il n'y avait pas beaucoup de choses à régler sur la moto, je voulais vraiment que mon technicien vienne, profitant du fait qu'il n'habite pas loin du circuit. Je voulais revenir en mode travail, pas en mode jeu, pour me concentrer sur ce que j'avais à faire", poursuit le pilote Aprilia, convaincu qu'il doit entretenir les liens avec son staff technique. "Ce sera une année très difficile, tout est très condensé. Les relations personnelles avec l'équipe seront très importantes, on va passer beaucoup de temps ensemble dans les prochains mois et la vérité c'est que j'ai déjà envie de recommencer."

À son impatience se mêlent toutefois des incertitudes quant aux conditions dans lesquelles se fera la reprise, espérée pour le 19 juillet avec un premier Grand Prix à Jerez : "Le principal problème c'est l'incertitude de ne pas savoir combien de courses on aura, combien de personnes il y aura en moins dans le stand pour travailler, ce que ça fera de courir sans public, ce que sera la vie dans le paddock, qui sera très différente… Mais je suis sûr que l'on va s'adapter rapidement aux changements. On ne pourra pas faire d'erreurs, car il n'y aura pas assez de temps pour se rattraper. Mis à part ça, je pense qu'à la fin de la saison la situation sera plus normale que ce que nous pensons tous maintenant."

Aleix Espargaró

Un choc de retrouver les 300 km/h

Espargaró n'a pas pris part aux entraînements organisés en Andorre depuis la mi-mai, cependant il a repris la piste jeudi dernier sur le circuit qui accueille habituellement le Grand Prix de Catalogne, aux côtés d'autres pilotes professionnels. "Cela faisait très longtemps que je n'étais pas monté sur une moto, en gros depuis le test du Qatar il y a trois mois. Et bien que ce ne soit pas une MotoGP, j'ai pu utiliser une Superstock [une Aprilia RCV 1100, ndlr] qui roule vraiment bien, elle atteint presque les 310 km/h en bout de ligne droite. C'est une moto qui transmet des sensations", explique-t-il.

"Cela fait plus de 25 ans que je roule à moto, depuis mes quatre ans, et je peux vous assurer que [la veille au] soir, j'étais nerveux à l'idée d'en piloter une à nouveau après avoir passé tant de temps confiné chez moi, et je dois avouer que je me suis beaucoup amusé", ajoute Aleix Espargaró.

Lire aussi :

Dans l'attente de piloter à nouveau sa RS-GP dans les prochains jours, le pilote espagnol souhaitait retrouver en partie les sensations et les automatismes que procurent les hautes vitesses. "Je me souviens d'autres entraînements avec ces motos, qui sont dérivées des motos de la série, et j'ai toujours eu le sentiment qu'elles n'avaient rien de comparable aux MotoGP. Mais cette fois, la sensation de vitesse a été très grande dans les premiers tours, après avoir passé tant de temps sans rouler. Évidemment, cela ne fait que trois mois et c'est comme le vélo, ça ne s'oublie pas, mais la sensation d'être aussi rapide est un peu un choc, surtout dans les premiers tours."

partages
commentaires
Barcelone ne paiera pas pour accueillir la F1 et le MotoGP

Article précédent

Barcelone ne paiera pas pour accueillir la F1 et le MotoGP

Article suivant

Crutchlow convaincu que Miller a "le talent pour battre Márquez"

Crutchlow convaincu que Miller a "le talent pour battre Márquez"
Charger les commentaires
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021