Márquez : "La même intensité que quand je me battais pour le titre"

Qualifié en troisième ligne pour le Grand Prix de Saint-Marin, Marc Márquez se félicite d'avoir inversé la tendance après un week-end mal engagé. Mais, comme toujours, il lui faut attentivement écouter son corps.

Márquez : "La même intensité que quand je me battais pour le titre"

Week-end après week-end, Marc Márquez poursuit ce qui a tout d'un chemin de croix, toujours fortement limité par son épaule droite blessée l'an dernier. Malgré son retour à la compétition, et même la victoire qu'il a pu décrocher dans les conditions spécifiques du Sachsenring, le champion espagnol semble en permanence devoir trouver des manières de contourner ses difficultés physiques.

Samedi, à Misano, c'est en suiveur d'autres pilotes qu'il s'est illustré en qualifications, jusqu'à provoquer les remarques grinçantes de Joan Mir. Lui assume toutefois à 100% cette stratégie, un besoin avoué pour réussir à s'exprimer au mieux au guidon de la Honda sur le tour lancé. Prendre la roue de Stefan Bradl est ce qui lui a permis, dit-il, de passer de la Q1 à la Q2, et suivre Pecco Bagnaia a également semblé être sa seule solution pour aller chercher une bonne place sur la grille. Cela l'a toutefois mené à la chute.

"Je suis content", assurait-il malgré tout samedi soir, "parce que j'ai commencé la journée en n'ayant pas de très bonnes sensations et, tour après tour, on a fait des changements et inversé la situation. Partir septième, c'est une bonne place pour moi sur ce circuit. En qualifs on sait qu'on est en difficulté et j'ai trouvé le plus rapide en piste. Pecco pilotait de manière incroyable, plus rapide que quiconque − et que moi, bien sûr. J'ai essayé de le suivre mais j'ai freiné trop tard à cet endroit."

"Rouler derrière un autre pilote fait que la moto bouge moins, et cela m'aide à gérer mon physique", a ajouté la #93. Mais ce n'est pas pour lui le seul intérêt : "Cette stratégie démontre que mon intensité est la même que quand je me battais pour le titre".

Lire aussi :

Au vu de ses difficultés physiques, on pourrait penser que Márquez préférerait une course sous la pluie ce dimanche, car moins exigeante pour le corps, mais non. "Sur le mouillé, mes sensations ne sont pas non plus les meilleures. Et sur le sec, si on est réaliste, je pense que l'on devrait avoir pour objectif de terminer entre la cinquième et la dixième place", a-t-il estimé.

Une gestion compliquée de l'entraînement quotidien

Y a-t-il matière à s'inquiéter pour la suite ? Márquez ne cache pas lui-même que son quotidien est compliqué, loin de ses habitudes en termes d'investissement à l'entraînement, lui qui se voit contraint de gérer attentivement sa forme chaque jour et d'écouter un corps qui a besoin d'une récupération bien plus longue que par le passé. Pourtant, il assure ne pas remettre en question sa place sur la grille : "Quand on est dans une situation délicate, on essaye de tout évaluer. Les médecins insistent pour que je continue à travailler sur mon épaule, que tout doit revenir à sa place. On n'en est pas loin. Je ne suis pas là juste pour être là".

"Chez moi, je m'entraîne normalement, comme en 2019, j'ai le même programme d'entraînement. Mais je ne peux pas suivre tout le programme parce qu'en général, quand je reviens d'un circuit, j'ai besoin de reposer mon épaule deux ou trois jours", explique-t-il. "Je peux juste faire du vélo mais je ne peux pas solliciter les muscles parce qu'ils sont douloureux. C'est encore plus difficile de travailler quand on a deux courses consécutives, mais après Austin, il y aura deux semaines au cours desquelles on va essayer de travailler plus en profondeur sur l'épaule, mais toujours avec un entraînement physique."

"Je continue les traitements de kinésithérapie chez moi, une fois par semaine. Carlos [García] est parti à Madrid donc c'est avec un autre kiné. J'essaie de rester au même niveau. Il semble que ça s'améliore lentement mais cette dernière étape, aborder les week-ends sans penser à l'épaule, semble difficile à franchir. C'est mon objectif : essayer d'améliorer mon niveau, de peut-être aborder les deux dernières courses sans penser à l'épaule, mais ça sera difficile."

Avec Vincent Lalanne-Sicaud

partages
commentaires

Voir aussi :

Photos - Bagnaia et les pilotes Ducati dominent, Quartararo résiste

Article précédent

Photos - Bagnaia et les pilotes Ducati dominent, Quartararo résiste

Article suivant

La grille de départ du GP de Saint-Marin MotoGP

La grille de départ du GP de Saint-Marin MotoGP
Charger les commentaires
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021