Márquez fait évoluer sa stratégie pour ne pas être "prévisible"

Leader de près des deux tiers des tours bouclés à ce stade du championnat, le Champion du monde en titre a su adapter son approche des courses à la concurrence qui s'est présentée à lui.

Márquez fait évoluer sa stratégie pour ne pas être "prévisible"

L.B., Le Mans - Marc Márquez a, mathématiquement, commencé cette saison 2019 comme la précédente : après quatre Grands Prix, il compte deux victoires, une deuxième place et un score vierge, ce qui lui a permis, cette semaine comme il y a 12 mois, d'arriver au Mans en tête du championnat avec 70 points au compteur. Une différence attire l'œil, toutefois, celle de la proportion de tours qu'il a bouclés en tête sur ces quatre premières courses.

L'an dernier à pareille époque, ils avaient été sept pilotes à mener les épreuves, plus ou moins longtemps. Márquez, lui, avait été le seul à y parvenir sur chacune des quatre courses, bien qu'il y ait eu une nette différence entre le GP du Qatar, où il n'avait pu boucler qu'un seul tour en tête, et celui des Amériques, où en leader incontesté il avait irrémédiablement creusé son avance en filant vers la victoire.

Lire aussi :

Cette année encore, le numéro 93 a figuré en tête à chacune des courses. Si, une nouvelle fois, il n'a pu tenir les commandes de la course qatarie que durant un seul tour, il a au contraire fait carton plein lors de deux épreuves, en Argentine et en Espagne, et avait le potentiel pour en faire de même au Texas s'il n'était pas parti à la faute à la surprise générale. Contesté en tête de la course par uniquement trois pilotes cette année (Dovizioso au Qatar, Rins au Qatar et au Texas, et Rossi en Espagne), il a d'ores et déjà bouclé un total de 59 tours en tête, soit 64,1% du total possible. Il y a 12 mois, cette proportion était de 48,3% (44 tours). En comparaison des années précédentes, l'évolution est encore plus nette, à ceci près que ses résultats, cette fois, n'avaient pas été les mêmes : il y a deux ans, il n'avait en effet bouclé que 16 tours en tête sur ces quatre premières courses, contre 39 en 2016 ou encore 40 en 2015. Il n'a finalement fait mieux qu'une seule fois, en 2014, alors qu'il était lancé dans une série de dix victoires consécutives.

Année

Pos. championnat

après 4 GP

Points

après 4 GP

Tours en tête

après 4 GP

2019 1er 70 59
2018 1er 70 44
2017 3e 58 16
2016 1er 82 39
2015 4e 56 40
2014 1er 100 66
2013 2e 77 9

"C'est vrai que depuis l'Argentine j'ai mené beaucoup de tours", confirme Márquez, qui souligne que cela traduit pour lui un changement de stratégie. "Je ne suis pas habitué à courir de cette façon, mais parfois il faut s'adapter à la concurrence sinon on devient prévisible. Quand j'ai la moto, le feeling, et que je me sens suffisamment fort, alors pourquoi pas ? Si j'ai de nouveau le feeling, pourquoi ne pas faire de nouveau comme cela ici ?" suggère-t-il. "Mais c'est après le warm-up que vous comprenez si cela est possible ou non. C'est en tout cas quelque chose de positif car les concurrents ne peuvent pas savoir quelle stratégie vous allez appliquer dans ce cas."

Lire aussi :

Une stratégie qui ne doit rien au hasard

Andrea Dovizioso, qui a été son adversaire le plus pugnace depuis deux ans et demi, n'est pas dupe face à cette flexibilité de l'Espagnol, qu'il sait particulièrement attentif à la situation donnée à chaque instant et prompt alors à s'y adapter. "On m'avait dit à Jerez, après le test, que Marc se sent beaucoup mieux avec sa moto et qu'il peut donc désormais gagner en dominant. Mais, à mon avis, Marc est un pilote très, très malin", sourit l'Italien, qui estime que cette progression ne vient pas de la moto, mais bien du pilote. "Il sait lire de nombreuses situations et à mon avis ça n'a pas été un hasard qu'il soit parti devant et qu'il ait creusé l'écart [à Jerez] : il a lu le week-end, il avait la possibilité d'être plus rapide et en faisant cela il a pris moins de risques pour gagner, il a mis les autres en difficulté. Je n'en suis pas surpris, c'est normal."

"Je ne sais pas vraiment à quel point il se sent mieux par rapport à l'année dernière, parce que je ne peux pas le savoir", poursuit le pilote Ducati, qui se refuse toujours à spéculer sur le niveau réel des machines concurrentes. "Je crois que sur les dernières courses il a simplement appliqué une stratégie différente par rapport au passé. Par le passé, il ne l'aurait pas fait. Face à certains pilotes, il a voulu appliquer une stratégie pour essayer de les mettre en difficulté. Je pense que c'est ça [qui a joué], plutôt que le fait qu'il se sente mieux que l'année dernière."

Avec Michaël Duforest

partages
commentaires
EL3 - Viñales se joue de la pluie, Rossi de nouveau en Q1

Article précédent

EL3 - Viñales se joue de la pluie, Rossi de nouveau en Q1

Article suivant

EL4 - Márquez au sol, puis au sommet des chronos !

EL4 - Márquez au sol, puis au sommet des chronos !
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021