Et Miller se retrouva seul sur la première ligne…

Le pilote australien n'a eu aucun mal à faire le holeshot au premier virage du Grand Prix d'Argentine, suite à une procédure de départ inédite.

Cela restera comme l'une des images fortes de ce Grand Prix d'Argentine : celle de Jack Miller, seul sur la première ligne de la grille, avec ses adversaires plusieurs rangs derrière lui.

C'est que la Direction de course s'est retrouvée face à un dilemme, tiraillée entre la nécessité d'assurer la sécurité des pilotes et celle de récompenser la prise de risque de Jack Miller, qui avait été le seul à prendre d'emblée le pari des pneus slicks.

Pour le vainqueur de l'épreuve, Cal Crutchlow, qui regrettait déjà à l'issue des qualifications son erreur tactique qui l'a contraint à prendre un départ éloigné, la décision de la Direction de course n'a rien arrangé à l'affaire.

Mais peu lui chaut, compte tenu de son résultat dimanche. "Je pense que c'était une décision fantastique, parce que j'ai remporté la course", a plaisanté l'Anglais. "Peu m'importe. Je pense qu'il y a tellement de pilotes que vous ne pouvez pas rouler tout seul, donc il faut faire quelque chose. Il [Jack Miller] a joué sa carte, peut-être qu'il aurait pu prendre le départ et pas nous, je ne sais pas."

Johann Zarco s'est quant à lui dit satisfait d'avoir l'opportunité de chausser des gommes adaptées aux récentes évolutions du tarmac argentin, et ce afin d'avoir la possibilité de jouer la victoire – qu'il a été en mesure d'empocher jusqu'à deux tours de l'arrivée. "Il [Miller] était le seul à être prêt à prendre le départ en pneus slicks, et il a pris cette décision très tôt", rappelle le Français. "Nous avons eu de la pluie cinq minutes après le départ normal, et ensuite cela a été totalement sec, donc tous les pilotes sont rentrés au stand. Nous avons été chanceux qu'ils nous donnent l'opportunité de nous battre pour la victoire, car sinon, si nous aurions dû tous aller dans la voie des stands, il aurait pu y avoir beaucoup d'accidents."

Le buzz sur les réseaux sociaux

Des accidents qui auraient pu faire grand bruit, notamment sur les réseaux sociaux. Pour Álex Rins, auteur de son premier podium dans la discipline, sur le circuit de Termas de Río Hondo, c'est surtout le buzz créé en ligne par cette grille de départ atypique qui est intéressant. "Je pense qu'ils ont fait du bon travail durant tout ça", a déclaré le pilote Suzuki. "Au final les réseaux sociaux vous ne pouvez pas imaginer combien de blagues il va y avoir avec Jack sur la première ligne, mais ils ont fait du bon travail."

Le poleman, Jack Miller, s'est de son côté voulu philosophe, et ne s'est pas appesanti outre mesure sur la scène étrange qui a précédé le départ de la course. "Bah, c'est comme ça ! On a fait la bonne chose, on ne peut pas dire que quelqu'un a fait la mauvaise chose, mais ça faisait bizarre d'être sur la grille, il aurait dû y avoir quoi, 24 motos autour de moi, et il n'y en avait pas une seule, c'était différent", s'est amusé celui qui a fini quatrième de cette deuxième manche.

Avec Michaël Duforest

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP d'Argentine
Sous-évènement Course
Circuit Autodromo Termas de Rio Hondo
Pilotes Cal Crutchlow , Johann Zarco , Jack Miller , Álex Rins
Type d'article Actualités