L'airbag de Morbidelli s'est déployé en course

Morbidelli s'est fait une belle frayeur à la fin de la course de Jerez, dans un choc contre Miller dont il assume la responsabilité.

L'airbag de Morbidelli s'est déployé en course

Franco Morbidelli a bien failli voir ses efforts s'envoler à deux tours de l'arrivée du Grand Prix d'Espagne. Cherchant à profiter du dépassement d'Andrea Dovizioso sur Jack Miller et de la légère ouverture qu'il entrevoyait à l'intérieur du virage 6 pour lui aussi prendre l'avantage sur le pilote australien, il en a été quitte par un choc contre la Ducati Pramac.

"Ce qui s'est passé était ma faute", admet Morbidelli. "J'ai vu de la place, j'y suis allé, mais ce n'était pas totalement ouvert. J'ai eu beaucoup de chance car j'ai vraiment risqué de tomber et de ruiner une belle course. Mais j'étais en bagarre pour le podium, je remontais et j'avais envie de ce podium. Ça arrive de faire des erreurs."

Lire aussi :

Finalement resté sur ses roues, le pilote Petronas a toutefois connu quelques instants troublants, alors que son airbag s'est déployé dans le choc. "Mon airbag a explosé et j'ai eu quelques secondes durant lesquelles je ne savais pas ce qui se passait", explique-t-il. "C'était un assez gros choc. J'ai tout d'abord espéré ne pas tomber, et quand j'ai réalisé que je n'étais pas tombé, je suis reparti et j'ai été dépassé par Pol [Espargaró]."

"C'est comme un boxeur qui aurait pris un gros coup de poing sur la joue. J'étais presque K.O, je ne pouvais pas rouler normalement, mais ce moment difficile a duré six ou sept secondes car l'airbag se déploie et se vide en sept secondes environ. C'est une bonne chose car c'est quasiment impossible de piloter avec un airbag déployé."

"J'ai deux déploiements d'airbag [possibles], j'aurais donc pu avoir un autre contact ! Bravo à Dainese qui fait un travail fantastique, avec d'excellentes technologies. Ça m'aurait aidé si j'étais tombé, mais ça m'a aussi aidé avec ce choc."

Franco Morbidelli, Petronas Yamaha SRT

Une fois la situation rentrée dans l'ordre, Morbidelli est reparti à l'attaque, afin de reprendre à Pol Espargaró la cinquième place dont il venait d'être dépossédé dans cette mésaventure. Premier pilote satellite à l'arrivée, il a égalé son meilleur résultat en MotoGP (c'est son quatrième top 5), se classant à moins d'une seconde du podium.

"C'est un gros boost pour ma confiance. J'étais rapide en pneus usés, j'avais un très bon rythme, je me sentais bien sur la moto et j'ai pu remonter en course, j'ai vu que j'étais au niveau. C'est très encourageant", se félicite-t-il. "L'équipe travaille très bien, chacun fait un excellent travail pour nous mettre dans les meilleures conditions et que l'on soit aussi performants que possible. Je suis dans une très bonne situation physiquement, mentalement et techniquement, donc je peux viser de bons résultats en piste."

Objectif mieux se qualifier pour la 2e course

Après un week-end contrasté, durant lequel il a parfois brillé en essais libres mais où il n'a pu se qualifier que dixième, le coéquipier de Fabio Quartararo se satisfait de son bilan final et de son potentiel, mais sait pertinemment ce qu'il devra mieux réussir pour le deuxième Grand Prix au programme cette semaine à Jerez.

"C'était une très bonne course pour moi. En partant d'aussi loin, je visais le top 5 et je me suis retrouvé par surprise à lutter pour le podium dans les deux derniers tours. J'ai raté mon attaque, mais finir cinquième est une bonne chose pour l'équipe, on fait P1 et P5. On essaiera de progresser le week-end prochain, surtout en qualifications", souligne-t-il. "Je dirais que notre point faible, ce qui a ruiné notre lutte pour le podium et peut-être la victoire, c'était les qualifications. Je partais de trop loin, je me suis battu contre beaucoup de pilotes, et on use alors ses pneus, on perd son énergie, c'est très exigeant. Être devant c'est toujours mieux, et surtout avec cette chaleur ."

"La gestion des pneus s'est bien passée pour moi, j'étais rapide en fin de course et je pouvais attaquer, donc c'était positif. Les conditions cette année étaient très difficiles, les températures étaient très élevées, surtout derrière les Ducati et les KTM : je sentais l'air chaud entrer dans mes poumons, c'était difficile de respirer. C'est pour ça qu'il sera important de commencer à l'avant le week-end prochain, pour ne pas subir leur air chaud et leur façon de piloter. Si j'étais parti plus à l'avant ce week-end, ça aurait été une course différente."

Avec Emmanuel Touzot  

partages
commentaires
Marc Márquez opéré avec succès, le nerf radial épargné
Article précédent

Marc Márquez opéré avec succès, le nerf radial épargné

Article suivant

Le retour de Márquez "bientôt" précisé : "Nous devons être patients"

Le retour de Márquez "bientôt" précisé : "Nous devons être patients"
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021