Une saison beaucoup plus difficile qu'attendu pour KTM

La saison 2021 de KTM aura été rude, trop inconstante pour satisfaire les troupes de Mattighofen, et notamment Brad Binder, premier pilote de la marque au championnat.

Une saison beaucoup plus difficile qu'attendu pour KTM

Brad Binder a jugé la saison 2021 beaucoup plus difficile que ce à quoi lui-même et l'ensemble de l'équipe KTM s'attendaient.

Il faut dire qu'après les succès de 2020, ce nouveau championnat s'est révélé très irrégulier, entre une entame décevante, de gros progrès obtenus grâce à un nouveau cadre et une évolution du carburant qui ont mené Miguel Oliveira à la victoire en Catalogne, puis des performances plus décevantes après l'été. Entre-temps, Binder a lui aussi retrouvé le chemin de la première place, lorsqu'il a fait le pari de rester en pneus slicks sur la piste mouillée du Red Bull Ring, mais ce ne fut qu'une gloire ponctuelle pour lui au cœur d'une année trop inconstante pour véritablement le satisfaire.

"Cette saison a été un immense défi. On a eu beaucoup de hauts et de bas, mais dans l'ensemble, ça a été beaucoup plus difficile que ce que l'on pensait. Compte tenu de la façon dont on a fini la saison dernière, on s'attendait à être beaucoup plus préparés et prêts cette année. En fait, on a juste été un peu plus lents que ce qu'il fallait. Ça nous a vraiment compliqué la tâche", a expliqué le pilote sud-africain.

"On avait de très grosses attentes avant d'arriver au Qatar et on n'a pas répondu à nos propres attentes. C'était vraiment dur de comprendre pourquoi et ce qu'il se passait", a admis Binder, qui estime néanmoins que KTM a su se remettre en question et ainsi préparer le terrain à la saison 2022. "Je pense qu'on a fait un bon travail dans la deuxième partie de l'année, pour comprendre où on doit progresser, nos faiblesses et nos forces. Ça a donné aux gars de l'usine le temps de se préparer pour le test de fin d'année et 2022."

"On doit s'estimer heureux parce qu'on a vraiment donné le meilleur de nous-mêmes. D'un autre côté, je pense qu'on est tous un peu déçus parce qu'on s'attendait à beaucoup plus que ce qu'on a pu faire. L'année a été difficile, il n'y a pas d'autre façon de la résumer. Honnêtement, beaucoup de gars dans l'équipe et moi-même attendions beaucoup plus de nous-mêmes et on pensait être beaucoup plus forts, mais malheureusement on ne l'a tout simplement pas été."

Si le changement pneumatique a pu être pointé du doigt lorsque le championnat a débuté, les responsables du groupe KTM ont rapidement voulu creuser plus en profondeur leurs difficultés au lieu de les résumer à un aspect extérieur sur lequel ils auraient été impuissants. Les progrès accomplis au printemps avec les quelques changements techniques possibles ont été source d'espoir, mais le manque de confirmation à la fin de l'été a poussé à une nouvelle remise en question.

"Après la pause estivale nous nous attendions à continuer comme cela, mais les choses ont changé. La course c'est la course, on fait avec ce qu'on a et parfois les choses changent assez vite", avait admis Mike Leitner à la fin du championnat, peu avant de quitter son poste de directeur de course. "Cela nous a pris un peu de temps pour le comprendre, mais il y a aussi eu un gros changement pour nous dans l'opération course avec la perte des concessions qui nous a forcés à développer la moto différemment et [qui a] surtout [poussé] l'entreprise [à repenser] la façon dont sont produites les nouvelles pièces et toutes ces choses-là, les procédures qu'il faut repenser. Sur le moment, nous avons beaucoup appris de cela."

Miguel Oliveira, Red Bull KTM Factory Racing

Miguel Oliveira et Iker Lecuona

"À la fin de la saison, on est quand même sixième, donc on ne peut pas se plaindre. On doit faire notre travail mieux que cinq autres personnes sur la grille et alors ce sera une grande saison", a ajouté Brad Binder. Le Sud-Africain a en effet su capitaliser sur le fait de n'avoir abandonné qu'une seule fois et sur ses cinq entrées dans le top 5 en course pour prendre les rênes du groupe KTM avec une sixième place finale qui reste parfaitement honorable.

Oliveira, en revanche, a glissé de la neuvième à la 14e position au général, et KTM est passé derrière Honda au championnat des constructeurs. Au classement des équipes, enfin, la dégringolade est nette puisque la structure officielle a perdu trois places tandis que le team Tech3 a hérité de la dernière position, les difficultés de la RC16 ayant encore plus pesé sur son binôme que sur celui, plus expérimenté, formé par Binder et Oliveira dans le box voisin.

Des points faibles identifiés sur lesquels travailler

La marque a déjà réagi avec des changements à la tête de l'équipe officielle, mais la moto devra également évoluer pour faire repartir la courbe de résultats à la hausse la saison prochaine. "On aimerait toucher un peu tous les domaines", a précisé Oliveira. "Ce n'est pas facile mais il faut le gérer au mieux. Je pense qu'on a des forces. La vitesse n'est pas un point faible. Et on a des faiblesses sur lesquelles on veut travailler et se concentrer, surtout le cadre."

Les premiers essais de l'intersaison ont permis d'évaluer de nouvelles pièces, même s'il faudra attendre la reprise des tests après la trêve hivernale pour assembler l'ensemble des développements prévus pour 2022. "On essaie d'avoir de mieux tourner et d'avoir un peu plus de grip à l'arrière", a expliqué Oliveira, qui s'est dit dans l'attente d'une RC16 moins proche de la version 2021.

"Pour nous tous chez KTM, ce dont on a besoin et ce que l'on veut réaliser est clair", a renchéri Binder. "Les gars ont travaillé incroyablement dur à l'usine pour nous apporter des pièces et différentes choses afin de vraiment nous aider sur nos points faibles. On n'est pas loin, mais on a encore du chemin à parcourir. Si on arrive à résoudre certains problèmes, on sera vraiment beaucoup, beaucoup plus forts."

Le Sud-Africain veut même croire que Ducati ne sera pas inatteignable en 2022 si le travail est bien orienté cet hiver : "Je suis sûr que notre moto aussi sera meilleure, donc on va voir qui aura fait les plus gros progrès. J'espère vraiment qu'on va bien progresser, mais il est clair que les Ducati sont fortes. On y travaille et on ne va pas baisser les bras, donc on va finir par y arriver."

Lire aussi :
partages
commentaires

Voir aussi :

Rossi a vraiment pris conscience de son aura en annonçant sa retraite
Article précédent

Rossi a vraiment pris conscience de son aura en annonçant sa retraite

Article suivant

La crise avec Maverick Viñales a pris Yamaha par surprise

La crise avec Maverick Viñales a pris Yamaha par surprise
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021