Peugeot - Donner des consignes est "impossible" à ce stade

partages
commentaires
Peugeot - Donner des consignes est
Valentin Khorounzhiy
Par : Valentin Khorounzhiy
9 janv. 2017 à 09:38

Le patron de Peugeot Sport, Bruno Famin, insiste sur le fait que son équipe ne considère pas l'éventualité de donner des consignes à ses équipages en ce début de deuxième semaine de course.

Stéphane Peterhansel, Peugeot Sport
#300 Peugeot Sport Peugeot 3008 DKR: Stéphane Peterhansel, Jean-Paul Cottret
#309 Peugeot Sport Peugeot 3008 DKR: Sébastien Loeb, Daniel Elena
#309 Peugeot Sport Peugeot 3008 DKR: Sébastien Loeb, Daniel Elena
#309 Peugeot Sport: Sébastien Loeb, Daniel Elena
Sébastien Loeb, Peugeot Sport
#309 Peugeot Sport Peugeot 3008 DKR: Sébastien Loeb, Daniel Elena
#307 Peugeot Sport Peugeot 3008 DKR: Cyril Despres, David Castera
Cyril Despres,Team Peugeot

Après les cinq premières étapes du Dakar, le trio de 3008 DKR restant en course occupe les trois premières places du classement général avec dans l'ordre Stéphane Peterhansel, Sébastien Loeb et Cyril Despres. Tous trois se tiennent dans un mouchoir de poche (en un peu moins de cinq minutes, les deux premiers étant séparés de 1’09”) et ont creusé un écart important sur leurs rivaux à l'exception notable de Nani Roma, à seulement cinq minutes et demie du leader sur son pick-up Toyota - autant dire pas grand-chose.

Interrogé par Motorsport.com pour savoir si la question des consignes d'équipe avait déjà été abordée en interne, Bruno Famin a répondu : “Non, il est juste impossible de prévoir des consignes à ce stade.”

La seconde semaine va être beaucoup plus difficile, c'est sûr, avec beaucoup plus de différences dans les chronos”, a argumenté le directeur de Peugeot Sport. “Et puis, on a Nani Roma à seulement cinq minutes derrière, et même [Mikko] Hirvonen à 42 minutes, et même Giniel de Villiers à une heure...”

Les seules choses que nous devons faire est d'être concentrés sur nos pilotes et nos copilotes, concentrés sur les spéciales jour après jour, et faire de notre mieux jour après jour. Il n'y a pas d'autre consigne que ça.”

Hirvonen n'y croit plus

La prudence est logiquement de mise dans l'équipe française, qui a dû avoir des sueurs froides jeudi dernier quand, alors qu'elle avait déjà placé trois de ses voitures en tête du général, deux d'entre elles avaient connu des soucis (techniques pour Loeb, de navigation pour Peterhansel) et la troisième avait abandonné sur sortie de route tout près de l'arrivée de la spéciale (Carlos Sainz).

À l'entame de la seconde semaine de course, rien n'est donc joué, même si Mikko Hirvonen dit ne plus y croire et considère que seuls des soucis de navigation pour ceux qui le devancent, comme ceux qui l'ont lui-même grandement retardé vendredi, pourraient lui permettre de venir menacer les 3008 et la Toyota de Roma.

Propos recueillis par Valentin Khorounzhiy

Article suivant
De Rooy - "Nous n'étions pas les plus rapides, mais les plus intelligents"

Article précédent

De Rooy - "Nous n'étions pas les plus rapides, mais les plus intelligents"

Article suivant

Romain Dumas dans le top 10 après la première semaine

Romain Dumas dans le top 10 après la première semaine
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Dakar
Événement Dakar 2017
Pilotes Sébastien Loeb , Stéphane Peterhansel , Cyril Despres
Équipes Peugeot Sport
Auteur Valentin Khorounzhiy
Type d'article Actualités