Formule 1
C
GP d'Émilie-Romagne
18 avr.
Course dans
43 jours
C
GP du Portugal
30 avr.
Prochain événement dans
55 jours
09 mai
Prochain événement dans
61 jours
C
GP du Canada
13 juin
Course dans
100 jours
C
GP d'Autriche
04 juil.
Prochain événement dans
117 jours
C
GP de Grande-Bretagne
18 juil.
Course dans
134 jours
C
GP de Hongrie
01 août
Course dans
148 jours
C
GP de Belgique
29 août
Course dans
176 jours
C
GP des Pays-Bas
05 sept.
Course dans
183 jours
12 sept.
Course dans
190 jours
C
GP de Russie
26 sept.
Course dans
204 jours
C
GP de Singapour
03 oct.
Prochain événement dans
208 jours
10 oct.
Course dans
218 jours
C
GP des États-Unis
24 oct.
Course dans
233 jours
C
GP de Mexico
31 oct.
Course dans
240 jours
07 nov.
Course dans
247 jours

Alexander Albon explique ses difficultés chez Red Bull

Après plus d'un an chez Red Bull Racing, Alexander Albon peine toujours à obtenir les résultats que sa monoplace est capable d'atteindre.

Alexander Albon explique ses difficultés chez Red Bull

Après une deuxième moitié de campagne 2019 plutôt prometteuse, où il était un habitué du top 6, Alexander Albon est en grande difficulté cette saison, généralement relégué loin de son Max Verstappen en qualifications comme en course – à tel point qu'à Sotchi, il a franchi la ligne d'arrivée 85 secondes après son coéquipier. Le bilan comptable est lourd de sens : 128 points à Verstappen contre 64 pour Albon, pile la moitié. L'Anglo-Thaïlandais ne parvient manifestement pas à tirer le meilleur de la Red Bull RB16.

Lire aussi :

Lorsque Motorsport.com lui demande d'expliquer dans un entretien exclusif ce qui lui pose problème, Albon répond : "C'est difficile de le dire avec précision, sincèrement. C'est général. Je veux juste davantage de confiance. Je pense que Max est à la limite tout au long du virage, et il n'a certainement pas peur que la voiture bouge autour de lui. Si l'on regarde un tour qualificatif de Max, on voit à quel point il la malmène. C'est ce dont j'ai besoin, pouvoir être à la limite tout au long de chaque virage. Ce n'est pas quelque chose de majeur çà et là, c'est la sensation globale de confiance dans la voiture."

"Bien sûr, c'est forcément plus délicat en qualifications parce qu'on a peu de carburant et des pneus qui adhèrent. En course, on n'attaque pas toujours à 100%, il faut plutôt gérer les pneus et garder le contrôle de la voiture sans détruire les pneus. Il semble clairement que nous soyons plus compétitifs le dimanche que le samedi. Je vais donc me concentrer un peu plus sur le samedi."

Albon doit-il s'adapter à la voiture, ou bien faut-il que Red Bull adapte la RB16 à son pilote ? "C'est forcément les deux", analyse l'intéressé. "Il faut trouver le juste milieu. Être rapide ne signifie pas forcément que la voiture est agréable à piloter. Il faut pouvoir l'utiliser et être à la limite, quels que soient les réglages nécessaires pour la voiture, il faut en tirer le meilleur. Cela ne requiert vraiment que du temps au volant."

"Quand on y pense, je sais que nous avons fait la moitié de la saison, mais j'ai encore un sentiment de relative nouveauté au sein de l'équipe avec cette voiture. Max, ça fait quoi, cinq ans qu'il est là ? Il a pu développer son style de pilotage autour de la voiture, tandis que je suis encore en train de comprendre, d'apprendre et de travailler avec mes ingénieurs. Juste pour l'exploiter et en tirer le meilleur."

Albon est prompt à souligner son manque d'expérience vis-à-vis de Verstappen, ayant débuté en Formule 1 l'an dernier et rejoint Red Bull Racing à l'été 2019 quand le Néerlandais (pourtant plus jeune) a commencé dans l'élite dès la saison 2015 avant d'être promu chez RBR au printemps 2016. C'est notamment pour cette raison que l'écurie a rappelé le vétéran Simon Rennie pour être l'ingénieur de course d'Albon, ce qui semble porter ses fruits : "Je dirais qu'en matière d'expérience, Simon apporte beaucoup, surtout au niveau de la communication radio par exemple. Il est vraiment au top là-dessus." Le natif de Londres a encore sept Grands Prix pour faire ses preuves et convaincre Red Bull de le maintenir au sein de l'écurie mère en 2021.

Propos recueillis par Jonathan Noble

partages
commentaires

Voir aussi :

Günther Steiner : Sans Domenicali, Haas ne serait pas en F1

Article précédent

Günther Steiner : Sans Domenicali, Haas ne serait pas en F1

Article suivant

Stewart : Hamilton n'est pas au niveau de Fangio et Clark

Stewart : Hamilton n'est pas au niveau de Fangio et Clark
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Alexander Albon
Équipes Red Bull Racing
Auteur Benjamin Vinel
Aston Martin : plus qu'une livrée verte, une structure à la Ferrari Prime

Aston Martin : plus qu'une livrée verte, une structure à la Ferrari

La présentation de l'Aston Martin était sans doute la plus attendue cette saison, alors que les nombreux changements apportés à l'équipe s'étendent bien au-delà d'un simple travail de peinture sur la livrée. Mais il est vrai que l'équipe n'aura pas à opérer un redémarrage et peut construire sur de solides fondations.

Les approximations qu'Ocon devra éviter avec Alpine et Alonso Prime

Les approximations qu'Ocon devra éviter avec Alpine et Alonso

Depuis son retour en F1, Esteban Ocon a connu une période difficile. De nouveaux défis l'attendent, puisqu'il a été rejoint par le double Champion du monde Fernando Alonso dans la nouvelle équipe Alpine. STUART CODLING établit une feuille de route à suivre pour franchir ce cap avec succès.

Formule 1
3 mars 2021
L'évolution récente des volants de Formule 1 Prime

L'évolution récente des volants de Formule 1

Les volants de Formule 1 ont drastiquement changé au fil des années, les pilotes disposant désormais de plus de contrôle, ce qui leur permet d'apporter les changements les plus subtils et de prendre l'avantage sur leurs rivaux.

Formule 1
2 mars 2021
L'impact qu'ont déjà les nouveaux investisseurs de McLaren Prime

L'impact qu'ont déjà les nouveaux investisseurs de McLaren

L'accord conclu par McLaren avec MSP Sports Capital l'an dernier non seulement aide l'écurie à financer la rénovation de ses infrastructures, ce dont elle avait bien besoin, mais est également un signe de l'avenir de la Formule 1.

Formule 1
1 mars 2021
La F1 à quatre roues directrices qui a failli rouler en Grand Prix Prime

La F1 à quatre roues directrices qui a failli rouler en Grand Prix

Pour la beauté du geste avant l'interdiction définitive de nombreuses aides en 1994, Benetton voulait faire rouler en Grand Prix sa B193C en fin de saison 1993, ce qui aurait fait d'elle la première voiture à quatre roues directrices à prendre un départ en F1...

Formule 1
28 févr. 2021
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021
Pourquoi la Red Bull 2021 n'a pas que quelques autocollants en plus Prime

Pourquoi la Red Bull 2021 n'a pas que quelques autocollants en plus

À première vue, la nouvelle Red Bull pour la saison 2021 de F1 semble très similaire à la monoplace de l'an passé, mais un examen attentif révèle qu'il y a en réalité beaucoup de choses intéressantes.

Formule 1
24 févr. 2021
Ce que révèle la manière dont Alfa Romeo a dépensé ses jetons Prime

Ce que révèle la manière dont Alfa Romeo a dépensé ses jetons

Comme les autres monoplaces présentées jusque-là, l'Alfa Romeo C41 dévoilée ce lundi en Pologne s'apparente davantage à une évolution qu'à une révolution.

Formule 1
23 févr. 2021