Aston Martin s'est concentré sur le DRS avec son évolution

Tom McCullough, directeur de la performance d'Aston Martin, a indiqué que l'équipe britannique cherchait à réduire son déficit sur le terrain du DRS avec sa nouvelle évolution.

Fernando Alonso, Aston Martin AMR23

Alors que l'avance d'Aston Martin sur les équipes à la poursuite de Red Bull commençait à se réduire, l'équipe britannique a réagi avec une évolution majeure de l'AMR23 au Grand Prix du Canada. Les pontons et le plancher de la monoplace ont été révisés, des nouvelles pièces qui ont contribué à la deuxième place de Fernando Alonso en course.

De plus, l'Espagnol n'a accusé que neuf secondes de retard sur Max Verstappen, vainqueur de l'épreuve, ce qui représente le plus faible écart de la saison entre une Aston Martin et une Red Bull victorieuse lors d'une arrivée sous drapeau vert.

Les longues lignes droites du Circuit Gilles-Villeneuve ont probablement contribué à cette performance car, comme l'a expliqué Tom McCullough, directeur de la performance d'Aston Martin, l'évolution se concentrait sur l'amélioration de l'efficacité du DRS. "Nous y travaillons à chaque fois que nous améliorons la voiture", a-t-il précisé.

"Tout cela est lié à l'amélioration de l'efficacité au moment de l'activation du DRS donc nous faisons des progrès constants dans ce domaine. [L'évolution du Canada] est un petit pas en avant. Toute mise à jour de la voiture vise à améliorer l'efficacité de l'appui aérodynamique, en particulier dans les zones où nous n'étions peut-être pas aussi forts qu'avant. Peut-être que certaines nouvelles pièces que nous avons apportées conviendront mieux à d'autres circuits qu'au Canada."

Le DRS est l'une des meilleures armes de la Red Bull RB19, il lui confère une vitesse de pointe impressionnante et, jusqu'à présent, difficilement égalable. Le rendez-vous du Grand Prix d'Autriche sera donc scruté avec attention en raison des nombreuses longues lignes droites de la piste de Spielberg et des potentiels progrès réalisés par Aston Martin, bien qu'Alonso ait tempéré les attentes.

Mike Krack est du même avis, le directeur estimant qu'il y a encore beaucoup à optimiser sur le Red Bull Ring, qui présente un mélange de virages à basse, moyenne et haute vitesse. "Lorsque vous mettez de nouvelles pièces sur la voiture, vous devez toujours faire une petite boucle de réapprentissage : comment votre voiture se comporte dans différentes conditions, avec différents réglages. Nous avons beaucoup à apprendre et nous devons également développer la voiture au cours des prochaines courses", a-t-il indiqué.

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Newey : Le "compte à rebours" de la retraite a débuté
Article suivant Ce que Honda F1 a changé dans l'espoir d'éviter un énième retrait

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France