Ben Sulayem : "Un grand constructeur tirerait la F1 vers le haut"

Mohammed Ben Sulayem se montre favorable à l'arrivée de nouvelles écuries en Formule 1, surtout avec le soutien d'un grand constructeur comme General Motors.

Mohammed Ben Sulayem, président de la FIA

Si Andretti vient d'annoncer que son projet d'écurie de Formule 1 était rejoint par General Motors via sa marque Cadillac, son arrivée dans la catégorie reine du sport automobile reste loin de susciter l'enthousiasme.

Les autres équipes ainsi que la F1 elle-même ont exprimé leur scepticisme, certains teams estimant même que seul un paiement compensatoire de 500 millions de dollars de la part d'Andretti pourrait justifier son arrivée. Il est déjà prévu que toute nouvelle écurie verse 200 millions aux dix structures déjà établies, soit 20 millions chacune, pour compenser la perte de revenus liée à la présence d'une équipe supplémentaire. Certains teams sont de surcroît agacés par la politique d'Andretti et ne considèrent pas General Motors comme un constructeur qui s'impliquerait véritablement en Formule 1 puisqu'il serait envisagé de rebadger les moteurs Renault.

L'un des rares soutiens d'Andretti est finalement le président de la FIA, Mohammed Ben Sulayem. "À ce jour, la viabilité a deux aspects", commente-t-il. "Il y a la viabilité de l'environnement, et il y a la viabilité de la F1. Si l'on veut que la F1 soit viable, il faut l'ouvrir aux autres constructeurs. Nous avons le droit d'avoir 12 écuries sur la grille. Une grande compagnie comme General Motors, qui est dans le top 5 mondial, nous devrions l'encourager à venir en Formule 1. C'est ainsi que j'aimerais voir l'avenir : qu'un grand constructeur arrive avec de la viabilité."

Mohammed Ben Sulayem, President FIA

Mohammed Ben Sulayem, président de la FIA

Bien que la majorité des écuries rivales ne considèrent pas que les projets de General Motors soient très différents du sponsoring opéré par Alfa Romeo chez Sauber, Ben Sulayem est enthousiasmé par l'implication du manufacturier américain.

"Un grand constructeur tirerait vraiment la F1 vers le haut", estime l'Émirati. "Si nous ne devons pas l'accueillir, j'ai juste besoin de savoir pourquoi. Chaque partenaire présent [en F1], chaque partie prenante [de la F1] devrait se réjouir de l'arrivée d'un grand constructeur, surtout américain. Il y a trois courses là-bas ; or, nous n'avons peut-être pas de pilote, et nous n'avons certainement pas de grand constructeur." Rappelons que le Floridien Logan Sargeant va faire ses débuts dans l'élite cette saison.

"Tout le monde est bienvenu pour remplir les 12 [places], mais que ce soient de vraies écuries. Nous avons accepté de bonnes écuries mais aussi des écuries plus petites, comme Haas et Sauber [qui est arrivé en 1993 sans être une petite structure pour l'époque, ndlr]. J'espère que cela va changer et que nous pourrons avoir une vraie écurie sur la grille. Ce sera bizarre avec 11 équipes au lieu de dix ou 12, mais on verra."

Selon nos informations, malgré ses réserves, la Formule 1 est favorable à l'implication de General Motors, qui pourrait rejoindre le championnat avec une autre écurie si le projet d'Andretti n'est pas approuvé. Quant à savoir si ce dernier se concrétisera, Ben Sulayem reste prudent. "Il y a des vérifications à faire. Il y a un processus. En tant que FIA ou en tant que président, je n'ai pas dit oui, nous avons ouvert [le dossier]. Alors on va voir. Vont-ils réussir ? Vont-ils cocher les cases ? Pourront-ils venir ? Nous ne pouvons pas simplement nous appuyer sur ce qui se passe maintenant, nous devons penser à l'avenir", conclut-il.

Avec Benjamin Vinel et Mario Galán

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Quand les F1 couraient sous le poids réglementaire
Article suivant Masi ne voulait pas rester à la FIA, selon Ben Sulayem

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France