Bilans Saison 2020
Dossier

Bilans Saison 2020

Bilan 2020 - L'épée de Damoclès est tombée sur Albon

Tout au long de la saison 2020, Alexander Albon a su son avenir chez Red Bull Racing menacé. La sentence a fini par tomber : il ne sera pas sur la grille de départ l'an prochain.

Bilan 2020 - L'épée de Damoclès est tombée sur Albon
Charger le lecteur audio

Ces bilans 2020 sont aussi l'occasion pour vous de noter chaque pilote, grâce au module situé au bas de cet article.

Daniil Kvyat, Pierre Gasly… Alexander Albon n'est pas le premier pilote à s'être cassé les dents sur une promotion prématurée chez Red Bull Racing. La collaboration de l'Anglo-Thaïlandais avec la structure de Milton Keynes avait pourtant bien commencé, certes au pied levé, en 2019, avec six qualifications et huit courses dans le top 6 en neuf Grands Prix – il n'y avait échoué sous le drapeau à damier qu'à Interlagos, où un accrochage provoqué par Lewis Hamilton l'avait privé du podium.

En 2020 toutefois, au volant d'une Red Bull RB15 certes difficile à piloter, l'écart qui le séparait de Max Verstappen est devenu un gouffre. Ou bien peut-être l'est-il simplement resté avec une hiérarchie plus serrée qui a exacerbé la différence entre les deux pilotes ? Car l'an dernier, Albon était déjà généralement à une demi-seconde de Verstappen en moyenne en qualifications, même s'il avait l'excuse de découvrir la monoplace en cours de campagne. Cette saison, il a encaissé un sévère 17-0 avec un déficit moyen de 0"523 sur le sec. Jamais il ne s'est rapproché à moins de 0"295, sa meilleure performance, signée en Italie.

Retrouvez aussi :

Conséquence logique : Albon ne s'est hissé sur les deux premières lignes de la grille que quatre fois en 17 Grands Prix, à chaque fois à la quatrième place. Autre conséquence : il n'était jamais dans le top 3 au terme du premier tour, même classé 11 fois hors du top 5 et cinq fois hors du top 10. Coincé dans le peloton sans forcément parvenir à dépasser et nettement moins rapide que son coéquipier, il a forcément connu des courses difficiles.

Le pilote Red Bull a perdu 41 secondes sur Verstappen sur les 50 premiers tours du Grand Prix de Styrie, puis accusait 70 secondes de retard à l'arrivée en Hongrie, 99 secondes en Espagne, 90 secondes (dont cinq secondes pour non-respect des limites de la piste) en Russie, 82 secondes au Portugal… Le Grand Prix de l'Eifel a été un véritable calvaire pour Albon, qui a fait un gros plat sur ses pneus dès le premier tour en touchant au passage la Renault de Ricciardo, a donc dû rentrer au stand très tôt puis a accroché l'AlphaTauri de Kvyat avant de commettre un nouveau blocage de roue coûteux face à Gasly. Il avait 57 secondes de retard sur Verstappen lorsqu'il a été contraint à l'abandon par des débris avant même la mi-course. À l'issue de cette épreuve, le jeune loup paraissait quelque peu déprimé.

Alex Albon, Red Bull Racing RB16, abandonne la course

Certes, n'oublions pas qu'il y a eu quelques bonnes prestations cette saison. Albon avait des chances de victoire lors du tout premier Grand Prix de l'année, en Autriche, mais un accrochage avec Lewis Hamilton l'en a privé. Solide au Mugello et à Bahreïn, il a profité des circonstances de course pour monter sur le podium, et à Abu Dhabi, il était suffisamment proche du top 3 pour peser sur la stratégie des Mercedes. Mais globalement, quand Red Bull avait besoin de lui, Albon n'a pas répondu présent – que ce soit pour aider Verstappen ou pour briller en son absence. Un exemple criant est la course d'Imola, où il est tout simplement parti en tête-à-queue au restart alors qu'il était cinquième, et a fini dernier.

Dans ce contexte, il n'est pas étonnant que Red Bull ait perdu patience et que la pression se soit rapidement accumulée sur les épaules d'Albon. Ce dernier a dû faire face, tout au long de la saison, aux incessantes questions des journalistes remettant en cause son avenir face à ses performances médiocres. Son discours n'a pas varié d'un iota, avec la volonté de se concentrer sur son travail, mais il s'est retrouvé de plus en plus fragilisé, un coûteux accident en essais libres à Bahreïn semblant sceller son sort.

À l'image de Gasly avant lui, Albon n'est probablement pas aussi médiocre que son passage à Milton Keynes ne le laisse imaginer. Mais avec Sergio Pérez et Nico Hülkenberg sur le marché face à un pilote qui n'a pas marqué la moitié des points de Verstappen (105 à 214), la décision de Red Bull de faire appel au Mexicain pour 2021 n'est pas surprenante. Après tout, il a marqué 20 points de plus qu'Albon en 2020 en manquant deux Grands Prix… Particulièrement apprécié par son écurie malgré tout, le très sympathique Londonien va désormais avoir un an pour se ressaisir, avec le rôle de réserviste Red Bull/AlphaTauri pour 2021.

partages
commentaires
Esteban Ocon ravi de ses "gros progrès" en 2020
Article précédent

Esteban Ocon ravi de ses "gros progrès" en 2020

Article suivant

McLaren espère que Norris et Ricciardo partageront leurs "secrets"

McLaren espère que Norris et Ricciardo partageront leurs "secrets"
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021