Formule 1
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
28 nov.
-
01 déc.
Événement terminé

Claire Williams : "Bien sûr que je pense à m'en aller"

partages
commentaires
Claire Williams : "Bien sûr que je pense à m'en aller"
Par :
31 juil. 2018 à 06:20

Avec seulement quatre points au compteur, en un seul top 10, Williams vit actuellement sa pire saison en Formule 1 depuis la triste campagne 2013.

Claire Williams, team principal adjointe de Williams
Lance Stroll, Williams FW41, dans les stands
Nez et ailerons avant de Williams FW41
Lance Stroll, Williams FW41
Lance Stroll, Williams FW41
Lance Stroll, Williams FW41
Lance Stroll, Williams FW41
Sergey Sirotkin, Williams FW41 sort large
Lance Stroll, Williams FW41
Claire Williams, Deputy Team Principal, Williams Martini Racing

Cette pénible année 2013 avait d'ailleurs précédé une grosse remise en question et une réorganisation réussie sous l'impulsion de Pat Symonds, qui a depuis quitté l'équipe. Mais après de belles saisons au début de l'ère hybride, l'écurie britannique est en chute libre depuis l'an passé et touche le fond cette année avec une monoplace qui n'est pas à la hauteur. Lance Stroll et Sergey Sirotkin semblent bien démunis et les week-ends riches en désillusions se succèdent.

Pour Claire Williams, la situation dans laquelle se trouve l'écurie fondée par son père Frank est dure à admettre. Si elle occupe officiellement le poste de directrice adjointe, c'est bien elle qui est à la manœuvre dans les faits, avec la lourde tâche de pérenniser l'héritage familial. Le tout dans un contexte économique qui reste toujours difficile pour un team indépendant comme celui de Grove.

Les résultats ne les validant pas, les décisions prises par Claire Williams et la direction de l'écurie au cours des derniers mois – notamment celle d'aligner deux pilotes peu expérimentés – sont vivement critiquées. Ainsi Jacques Villeneuve a-t-il parlé récemment d'une équipe "morte", sans aucun espoir de s'en sortir, selon lui, avec à sa tête le management actuel.

Lire aussi :

Partir ? Claire Williams avoue y avoir songé. Sans doute ne l'exclut-elle pas encore. Mais de récentes discussions avec son père la poussent à tenir la barre contre vents et marée pour tenter de redresser l'écurie.

"Bien sûr que je pense à m'en aller", confie-t-elle dans une interview accordée au Sun. "Quiconque a une équipe dans cette situation y penserait, mais ce n'est pas parce que je ne veux plus d'ennuis. Je me demande si je suis la bonne personne pour faire ce job. Mais je ne suis pas arrivée au point où, en me regardant dans le miroir, je pense être le problème."

"Si les gens me critiquent dans le paddock ou sur les réseaux sociaux, ils peuvent faire tout ce qu'ils veulent. Mais si quelqu'un chez Williams me disait en face que je fais du mal à l'équipe, alors je partirais. En attendant, j'ai beaucoup à faire et je n'abandonnerai pas. Nous sommes dixièmes. C'est à nous de régler ça. C'est un processus difficile et c'est humiliant. Nous sommes là tous les week-ends, l'esprit de Williams est avec nous et nous continuerons à nous battre."

Lire aussi :

"J'ai eu une grosse discussion avec mon père il y a quelques mois, et il m'a beaucoup plus soutenue que ce que j'aurais pensé. Je pensais qu'il allait dire 'Oh mon dieu, que fais-tu !', mais non. Il était très philosophe et m'a dit : 'Claire, nous avons connu des périodes de merde et nous les avons traversées. Tu dois poursuivre tes efforts'. Je veux l'impressionner car il m'a confié cette tâche. Je ne veux pas mettre mon père dans l'embarras, ni faire tomber son équipe. Ce serait horrible."

Depuis l'an passé, Williams a pris une nouvelle orientation technique avec l'arrivée de Paddy Lowe, qui est également actionnaire. L'écurie britannique franchira-t-elle un nouveau pas en acceptant d'aller acheter davantage d'éléments auprès d'un constructeur, alors qu'elle a toujours martelé son attachement à son indépendance ? La piste est envisagée, mais pas encore validée.

Article suivant
Stats - Hamilton, la Hongrie lui va si bien

Article précédent

Stats - Hamilton, la Hongrie lui va si bien

Article suivant

Les ailerons 2019 en piste à Budapest

Les ailerons 2019 en piste à Budapest
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Williams
Auteur Basile Davoine