Course - 100e victoire pour Hamilton, qui vainc Norris sous la pluie

Lewis Hamilton a remporté un Grand Prix de Russie à suspense, longtemps mené par Lando Norris, qui a fait un mauvais pari lorsque la pluie est arrivée en fin d'épreuve.

Course - 100e victoire pour Hamilton, qui vainc Norris sous la pluie

Après des qualifications perturbées par la pluie à Sotchi, c'est un top 3 inédit qui se présentait à l'avant de la grille au Grand Prix de Russie. Lando Norris était en pole position devant Carlos Sainz et George Russell, la quatrième place étant occupée par Lewis Hamilton. Sergio Pérez s'élançait seulement huitième, tandis que Valtteri Bottas et Max Verstappen étaient en fond de grille après avoir changé de moteur, respectivement 16e et 20e.

Lire aussi :

Malgré des nuages menaçants, c'est sur piste sèche qu'a eu lieu le départ. Sainz a pris le moins bon envol aux avant-postes... ce qui lui a permis de prendre l'aspiration de Norris et de se propulser en tête au premier freinage ! Russell était toujours troisième devant Lance Stroll, Daniel Ricciardo et Fernando Alonso, qui a emprunté l'échappatoire sans lever le pied au virage 2. Gêné par Norris au freinage, Hamilton a chuté au septième rang, juste devant Pérez, mais n'a pas tardé à se défaire d'Alonso au virage 4.

Pendant ce temps, Verstappen et Bottas remontaient avec leurs pneus durs, et au septième tour, le Néerlandais a trouvé l'ouverture sur la Mercedes au virage 13, pour le gain de la 14e place.

Après dix des 53 tours, Sainz menait avec une fraction de seconde d'avance sur Norris, revenu dans ses échappements. Suivaient Russell à sept secondes, Stroll à sept et demie, Ricciardo à huit, Hamilton à neuf et Pérez à neuf et demie. Verstappen était 12e, ayant doublé Charles Leclerc et Pierre Gasly, non sans se faire une frayeur quand la Ferrari devant lui a attaqué l'Aston Martin de Sebastian Vettel avant de se raviser.

Norris et Sainz bataillent puis se séparent

Stroll est le premier des hommes de tête à être rentré au stand, après seulement 12 tours, pour tenter de faire l'undercut à Russell. Il est logiquement passé des mediums aux durs et est reparti 15e, avec une piste complètement libre entre Bottas et le quintet du fond de peloton. Et c'est alors que Norris a pris l'avantage sur Sainz au virage 13, s'emparant de la tête de l'épreuve.

Russell a sans surprise répondu à Stroll au tour suivant, sans succès, n'ayant pu se maintenir devant l'Aston Martin. Fallait-il que les leaders réagissent ? Sainz et Ferrari l'ont fait, l'Espagnol reparti juste devant Stroll après un arrêt légèrement lent, mais Norris est resté en piste au volant de sa McLaren.

Hamilton, lui, était toujours coincé derrière Ricciardo, et après 20 tours, Verstappen n'était plus qu'à trois secondes de la Mercedes, avec seuls Pérez et Alonso entre eux... Ricciardo est finalement rentré au stand au 22e tour, mais son changement de pneus s'est éternisé et il s'est retrouvé 14e.

Hamilton réduit l'écart

Libéré du bouchon devant lui, Hamilton s'est attelé à réduire l'écart sur Norris avant de passer par la pitlane au 26e passage, tout comme Verstappen. Le premier a chaussé les durs, le second les mediums. Le pilote Mercedes est reparti neuvième devant Ricciardo, celui de Red Bull a rétrogradé au 12e rang.

Dernier pilote parti en mediums encore en piste, Norris s'est arrêté au terme du 28e tour, tout comme Bottas (qui avait pris le départ en durs). L'Anglais n'a perdu que trois places, quatrième avec cinq secondes d'avance sur le groupe Gasly-Sainz-Hamilton-Stroll-Ricciardo. Hamilton n'a pas perdu de temps pour se débarrasser des deux monoplaces qui le séparaient du leader virtuel, avec huit secondes entre la McLaren et la Mercedes au 31e tour. Cinq boucles plus tard, l'écart n'était plus que de quatre secondes.

Hamilton attaque Norris, la pluie perturbe les débats

À 15 tours de l'arrivée, tout le monde était enfin passé par les stands, et Norris menait avec trois secondes d'avance sur Hamilton, 21 sur Sainz, 22 sur Ricciardo, 23 sur Pérez (dont l'arrêt a duré neuf secondes), 24 sur Verstappen, 25 sur Alonso, 26 sur Stroll et 31 sur Russell. S'étant arrêté dix tours plus tard que Verstappen, Alonso lui a alors chipé la sixième place.

Hamilton n'est jamais passé durablement à moins d'une seconde de Norris avant... l'arrivée de la pluie au 46e des 53 passages ! Une première sortie de piste du pilote McLaren l'a mis sous la pression directe de son adversaire, avant qu'il ne creuse un écart de deux secondes et ne commette la même erreur au tour suivant. Toutes les monoplaces étaient légèrement au ralenti à cause du manque d'adhérence.

Mercedes a appelé Hamilton au stand, mais ce dernier a décidé de ne pas rentrer, voyant Norris rester en piste, contrairement à nombre de pilotes comme Verstappen et Russell. Hamilton s'est finalement résolu à chausser les intermédiaires à quatre tours du but, contrairement à Norris, qui a persévéré avec son pari.

Pari perdant : reparti avec environ 25 secondes de retard, Hamilton a réduit l'écart et s'est emparé de la tête de la course en moins de deux tours, alors que la pluie s'intensifiait ! Le temps de rentrer au stand (non sans franchir la ligne blanche) et de changer de pneus, Norris s'est retrouvé septième.

Lewis Hamilton a ainsi remporté sa centième victoire en Formule 1 et repris la tête du championnat du monde, rejoint sur le podium par un Max Verstappen qui a parfaitement tiré son épingle du jeu lors de cette averse et Carlos Sainz. Daniel Ricciardo a fini quatrième devant Valtteri Bottas, également l'un des pilotes qui ont adopté les intermédiaires le plus tôt. Fernando Alonso, Lando Norris, Kimi Räikkönen, Sergio Pérez (qui était remonté au troisième rang avant l'averse) et George Russell complétaient le top 10.

Charles Leclerc a perdu ses chances de points avec une sortie de piste sous la pluie, tandis que les Aston Martin se sont accrochées, une collision étant également à déplorer entre Lance Stroll et Pierre Gasly.

Russian Federation Grand Prix de Russie 2021

P. Pilote Constructeur Tours Temps Écart
1 United Kingdom Lewis Hamilton Mercedes 53 1:30'41.001  
2 Netherlands Max Verstappen Red Bull 53 1:31'34.272 53.271
3 Spain Carlos Sainz Jr. Ferrari 53 1:31'43.476 1'02.475
4 Australia Daniel Ricciardo McLaren 53 1:31'46.608 1'05.607
5 Finland Valtteri Bottas Mercedes 53 1:31'48.534 1'07.533
6 Spain Fernando Alonso Alpine 53 1:32'02.322 1'21.321
7 United Kingdom Lando Norris McLaren 53 1:32'08.225 1'27.224
8 Finland Kimi Räikkönen Alfa Romeo 53 1:32'09.956 1'28.955
9 Mexico Sergio Pérez Red Bull 53 1:32'11.077 1'30.076
10 United Kingdom George Russell Williams 53 1:32'21.552 1'40.551
11 Canada Lance Stroll Aston Martin 53 1:32'27.199 1'46.198
12 Germany Sebastian Vettel Aston Martin 52 1 lap  
13 France Pierre Gasly AlphaTauri 52 1 lap  
14 France Esteban Ocon Alpine 52 1 lap  
15 Monaco Charles Leclerc Ferrari 52 1 lap  
16 Italy Antonio Giovinazzi Alfa Romeo 52 1 lap  
17 Japan Yuki Tsunoda AlphaTauri 52 1 lap  
18 Russian Federation Nikita Mazepin Haas 51 2 laps  
  Canada Nicholas Latifi Williams 47    
  Germany Mick Schumacher Haas 32    

partages
commentaires
LIVE F1 - Suivez le Grand Prix de Russie en direct

Article précédent

LIVE F1 - Suivez le Grand Prix de Russie en direct

Article suivant

Lando Norris élu "Pilote du Jour" du GP de Russie 2021

Lando Norris élu "Pilote du Jour" du GP de Russie 2021
Charger les commentaires
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021