Course - Lewis Hamilton, aussi écrasant que la chaleur à Barcelone !

Lewis Hamilton (Mercedes) a remporté le Grand Prix d'Espagne 2020 de F1 sans trembler en imposant son rythme à ses principaux adversaires et en mettant un tour complet au reste du peloton.

Avec 50°C au sol et 29°C dans l'air, c'est dans une fournaise que démarre le Grand Prix d'Espagne 2020 de F1. Hors top 10, seuls Kvyat, Magnussen et Russell ont fait le choix des tendres (rouges). Les sept autres pilotes sont en mediums (jaunes).

Au départ, Hamilton conserve la tête ; en revanche, Bottas est rapidement dépassé par Verstappen profitant de l'aspiration du sextuple Champion du monde mais aussi par Stroll qui fait l'intérieur au Finlandais au freinage du premier virage. Pérez ne peut en profiter même si le Mexicain avait réussi à s'infiltrer au virage 3, et Bottas limite donc la casse. Au virage 10, Leclerc tente de s'emparer de la huitième position de Gasly, mais le Français résiste.

Lire aussi :

Après deux tours, Hamilton compte 1,6 seconde d'avance sur Verstappen, 3,3 sur Stroll et 3,9 sur Bottas. Pérez, Albon, Sainz, Gasly, Leclerc et Norris complètent le top 10. Le DRS permet à Bottas de se rapprocher encore de Stroll, mais le Canadien résiste au premier virage dans le quatrième tour. Au passage suivant, en revanche, le #77 prend l'avantage dans la ligne droite principale.

Le train-train de Hamilton

Après six tours, Hamilton maintient un rythme bas et Verstappen demeure à 1,5 seconde. Bottas fait l'effort pour réduire l'écart avec le Néerlandais. Après huit boucles, le top 10 se tient en 18 secondes. En 11e position, Vettel est sous la menace de Kvyat alors que, dans l'autre lutte Ferrari-AlphaTauri, Gasly a distancé Leclerc. Passé le cap des dix tours, Hamilton augmente le rythme en tête de course, Verstappen se trouvant à deux secondes et Bottas à quatre.

Au 12e tour, l'écart entre Hamilton et Verstappen est de 2,8, alors que Bottas pointe à 2 seconde de la Red Bull. Au passage suivant, Kvyat se fait pressant sur Vettel, toujours dans la lutte pour la 11e place. Les Renault de Ricciardo (13e) et Ocon (16e) sont dans le peloton et ne semblent pas en capacité de faire mieux.

Au 18e tour, Verstappen dit souffrir au niveau des pneus arrière. Red Bull fait passer Albon au stand pour qu'il monte des pneus durs. Il ressort 16e, juste derrière une des seules luttes en piste entre Räikkönen et Ocon. Le Français prend la position au Champion du monde 2007 malgré une défense rugueuse de l'Alfa Romeo qui l'oblige à mettre deux roues hors piste.

Les mediums entrent en jeu

Au 20e tour, Verstappen s'énerve à la radio contre son équipe et lui reproche de ne pas l'arrêter alors qu'il perd de la performance. Le Néerlandais est finalement accueilli par son écurie en fin de 21e passage, il passe aux pneus mediums. Au 23e tour, Mercedes répond en arrêtant ses deux pilotes pour des mediums aussi : l'arrêt de Hamilton n'est pas idéal avec un problème sur la roue arrière gauche mais le Britannique ressort avec quatre secondes d'avance sur Verstappen, Bottas avec cinq de retard sur le #33.

Alors que Bottas reprend des poignées de dixièmes à Verstappen, le 25e tour voit un train se former derrière Magnussen, qui ne s'est pas arrêté, pour la neuvième position avec Ocon, Albon, Sainz et Gasly. Cela profite aux Ferrari et à Ricciardo, devant ce groupe, qui bénéficient d'un rempart de luxe au retour des pilotes sur une stratégie plus agressive.

Stroll s'arrête finalement au 27e tour, il repart huitième, Pérez fait de même ensuite. Les deux hommes remontent rapidement dans la hiérarchie à la faveur de leur rythme et des arrêts. Un regroupement s'opère à nouveau en milieu de peloton avec des différences de rythme criantes, tout cela derrière Ocon qui fait partie des rares pilotes pas encore passés par les stands à mi-course.

Au 32e tour, une bataille s'engage pour la cinquième place entre les Racing Point. Pérez tente l'extérieur sur Stroll au virage 1 mais le Canadien le tient en respect. Albon dépasse Ocon pour se positionner au huitième rang, alors que Leclerc est sur les talons de Norris en 11e position. Gasly dépasse le pilote Renault au 34e passage. La bataille entre Leclerc et Norris devient très chaude, le Monégasque ne souhaitant pas être retenu plus longtemps. Ocon passe enfin par les stands.

La pluie menace

Au 35e tour, Hamilton dispose de cinq secondes d'avance sur Verstappen et 7,2 sur Bottas. Le temps semble se gâter et la pluie est même annoncée chez certaines structures pour la fin de course. Leclerc est victime d'un tête-à-queue à la chicane au 37e tour, apparemment causé par un problème électrique : après avoir vu l'ensemble du peloton passer, le Monégasque repart à petite vitesse mais rentre au stand pour abandonner.

Hamilton augmente sensiblement son avance au moment où la pluie paraît probable et compte bientôt 9 secondes d'avance au 40e tour. Il faut dire que les leaders sont dans le trafic. Leclerc abandonne pour sa part après son passage au stand. Verstappen passe à son garage en fin de 41e tour pour monter un nouveau train de mediums. Il repart troisième.

Au 43e tour, Hamilton compte 12 secondes d'avance sur Bottas et 31 sur Verstappen ; Sainz résiste à Albon dans la lutte pour la neuvième place. Stroll s'arrête à son tour pour passer les tendres. Norris passe quant à lui les mediums au 44e tour, et ressort hors du top 10. Vettel se retrouve alors dans le top 5, derrière Pérez et devant Stroll.

Au 47e tour, Hamilton compte 16 secondes d'avance sur Bottas et 33 sur Verstappen. Le Finlandais s'arrête à la fin du 48e tour pour monter les tendres. Hamilton s'arrête deux tours plus tard, après avoir expressément refusé les tendres. Il ressort avec une dizaine de secondes d'avance sur Vettel et une quinzaine sur Bottas.

A 15 tours de la fin, quand le stand Ferrari demande à Vettel ce qu'il pense d'aller au bout de la course avec ses pneus, l'Allemand répond : "Ah, je te l'ai demandé avant !", avant de dire "Je tente, je n'ai rien à perdre". Bonne ambiance. Pérez et Kvyat sont sous enquête des commissaires et écopent d'une pénalité de cinq secondes pour ne pas avoir respecté les drapeaux bleus.

Au 57e tour, Stroll fait la jonction et passe directement Vettel grâce au DRS, reprenant ainsi la cinquième place. L'Allemand est dépassé ensuite par Sainz deux boucles plus tard. Grosjean, quant à lui, commet à nouveau une défense très limite face à son ancien coéquipier Kimi Räikkönen. Quelques instants plus tard, en lutte contre l'autre Alfa Romeo, le Français est poussé hors piste au virage 1, perd un morceau de carbone en passant sur les boudins du dégagement, sur lequel finit par rouler Hamilton.

Au 63e tour, Hamilton signe le meilleur tour mais Bottas le lui reprend. D'ailleurs le Finlandais plonge même dans les puits en fin de 64e tour pour chausser des mediums neufs. Grosjean manque de s'accidenter violemment en sortie du virage 8 après un gros travers mais reste finalement sur la piste et se remet dans le sens de la marche. Verstappen est relégué à 24 secondes, Bottas à 44 secondes et le reste du peloton à un tour.

Spain Grand Prix d'Espagne - Course

P. Pilote Constructeur Tours Temps Écart Intervalle
1 United Kingdom Lewis Hamilton Mercedes 66 -    
2 Netherlands Max Verstappen Red Bull 66 24.177 24.177 24.177
3 Finland Valtteri Bottas Mercedes 66 44.752 44.752 20.575
4 Canada Lance Stroll Racing Point 65 1 lap    
5 Mexico Sergio Pérez Racing Point 65 1 lap    
6 Spain Carlos Sainz Jr. McLaren 65 1 lap    
7 Germany Sebastian Vettel Ferrari 65 1 lap    
8 Thailand Alexander Albon Red Bull 65 1 lap    
9 France Pierre Gasly AlphaTauri 65 1 lap    
10 United Kingdom Lando Norris McLaren 65 1 lap    
partages
commentaires
LIVE F1 - Suivez le GP d'Espagne 2020 en direct
Article précédent

LIVE F1 - Suivez le GP d'Espagne 2020 en direct

Article suivant

Sebastian Vettel élu "Pilote du Jour" du GP d'Espagne 2020

Sebastian Vettel élu "Pilote du Jour" du GP d'Espagne 2020
Charger les commentaires
La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1 Prime

La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1

Trois ans après sa dernière victoire en Formule 1, à Austin, Kimi Räikkönen est désormais à quelques Grands Prix de mettre un terme à la plus longue carrière de l'Histoire. Son ami et ancien attaché de presse au sein de l'équipe de rallye Ice1 Racing, Anthony Peacock, explique pourquoi il laissera un vide tout en s'épanouissant dans une nouvelle vie.

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Formule 1
26 oct. 2021
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021