Course - Verstappen seul au monde, Norris prive Hamilton du podium

Max Verstappen était au-dessus de la mêlée au Grand Prix d'Autriche, remportant aisément la victoire devant un public acquis à sa cause. Lando Norris a créé la sensation en montant sur le podium malgré une pénalité de cinq secondes pour avoir tassé Sergio Pérez dans les graviers.

Course - Verstappen seul au monde, Norris prive Hamilton du podium

La première ligne de la grille de départ était extrêmement jeune pour ce Grand Prix d'Autriche, avec Lando Norris aux côtés du poleman Max Verstappen. Suivaient Sergio Pérez, Lewis Hamilton, Valtteri Bottas et Pierre Gasly. La plupart des pilotes ont pris le départ en pneus mediums, n'y faisant exception que Gasly, Tsunoda, Stroll et Vettel en tendres usés, ainsi que Sainz et Räikkönen en durs. Surtout, les nuages demeuraient menaçants, même si une course sur le sec restait probable.

Lire aussi :

Le top 6 n'a pas évolué au premier virage malgré un bon envol de Norris, qui a fait le 0-200 km/h en un dixième de seconde de moins que ses rivaux directs ; Verstappen a immédiatement pris la poudre d'escampette. Plus loin dans le peloton, Esteban Ocon s'est retrouvé pris en sandwich entre la Haas de Mick Schumacher et l'Alfa Romeo d'Antonio Giovinazzi. C'était l'abandon pour le pilote Alpine, suspension avant droite cassée, tandis que Giovinazzi a dû rentrer au stand. La course a été neutralisée pendant trois tours par la voiture de sécurité.

Pérez dans les graviers, pénalité pour Norris

Au restart, Pérez a tenté de faire l'extérieur à Norris aux virages 1, 3 et 4, mais il a été tassé dans les graviers à la sortie du virage 4 et a chuté au dixième rang. Il a suffi de quatre tours à Verstappen pour creuser un écart de trois secondes en tête de la course, pendant que Hamilton mettait la pression à Norris, sans porter d'attaque pour autant.

Après dix tours, Verstappen menait avec cinq secondes d'avance sur Norris et Hamilton, huit sur Bottas, 14 sur Gasly et 16 sur Yuki Tsunoda. Ce dernier a été le premier à rentrer au stand, après 12 des 71 tours, se débarrassant des tendres pour chausser les durs (non sans franchir la ligne blanche à l'entrée de la pitlane, ce qui allait lui valoir cinq secondes de pénalité... lors de ses deux arrêts du jour). Gasly a fait de même au passage suivant. Ils sont repartis avant-dernier et dernier.

Cela allait de mal en pis pour Pérez qui non seulement ne trouvait pas l'ouverture sur Daniel Ricciardo mais s'est même fait doubler par Charles Leclerc.

Au 20e tour, après les arrêts des quatre pilotes partis en pneus tendres (les AlphaTauri et les Aston Martin), Verstappen comptait neuf secondes d'avance sur Norris et Hamilton, 13 sur Bottas, 34 sur Ricciardo, 35 sur Leclerc et 36 sur Pérez. C'est à ce moment-là qu'une pénalité de cinq secondes a été annoncée pour Norris à la suite de l'incident avec Pérez, et que l'Anglais s'est incliné face à son compatriote de Mercedes.

Ricciardo est le pilote suivant à être rentré au stand, après 29 tours, chaussant les pneus durs et repartant 12e, pas si loin de Gasly. Norris et Bottas ont fait de même dans la 30e boucle, le pilote McLaren purgeant sa pénalité et rétrogradant au quatrième rang, puis c'est Hamilton qui a changé de pneus au 31e passage. Verstappen et Pérez l'ont fait à leur tour dans les deux tours suivants ; le Mexicain a ainsi fait l'undercut à Leclerc.

Leclerc dans les graviers, pénalités pour Pérez

La bataille pour la cinquième place virtuelle (Carlos Sainz ne s'étant pas encore arrêté) était animée entre Gasly, Ricciardo, Pérez et Leclerc... et Pérez a tassé Leclerc dans les graviers au virage 4, de la même manière qu'il en avait été victime face à Norris ! Sans surprise, il a reçu une pénalité de cinq secondes. Leclerc ne s'est pas laissé décontenancer et a de nouveau attaqué Pérez quelques instants plus tard... se faisant tasser dans les graviers à la sortie du virage 6. Le Mexicain a écopé d'une nouvelle sanction similaire.

 

Pendant ce temps, Verstappen continuait de s'échapper face aux Mercedes, avec 20 secondes d'avance sur Hamilton au 48e tour, mais contre toute attente, Norris réduisait l'écart sur les Flèches d'Argent. Hamilton souffrait de dégâts au fond plat consécutifs à des passages sur le vibreur.

Sainz a enfin effectué son premier et unique arrêt à ce moment-là, alors que Gasly venait d'en effectuer un second, le Français se retrouvant hors des points tandis que l'Espagnol repartait neuvième et dépassait immédiatement Tsunoda.

Hamilton laisse passer Bottas

Il a finalement été demandé à Hamilton de laisser passer Bottas afin de sauver au moins une Mercedes face à la menace Norris, à raison : le pilote McLaren a trouvé l'ouverture dès le tour suivant et s'est emparé de la troisième place. Hamilton est aussitôt rentré au stand pour chausser un nouveau train de durs, mais n'était même pas suffisamment rapide pour faire le meilleur tour en course. Verstappen, lui, avait suffisamment d'avance pour faire un arrêt à 11 tours du but et être équipé de pneus neufs : il avait une coupure sur le pneu arrière droit.

Pendant ce temps, la bataille pour la cinquième place virtuelle (Pérez ayant dix secondes de pénalité) se résumait à un duel entre Ricciardo et Leclerc, auquel allait toutefois se joindre Sainz dans les derniers tours. Le Monégasque a laissé passé son coéquipier, équipé de gommes moins usées, au 66e tour. Sainz a trouvé l'ouverture avec l'aide du DRS au 70e passage.

Pendant ce temps, Verstappen signait le grand chelem avec la pole position, le meilleur tour et toute la course en tête. Bottas et Norris l'ont accompagné sur le podium, devant Hamilton et Sainz, qui s'est maintenu de justesse à moins de dix secondes de Pérez sur la ligne, le Mexicain étant pénalisé.

Suivaient Ricciardo, Leclerc et Gasly, tandis que George Russell a opposé une résistance farouche à Fernando Alonso pour la dixième place mais a finalement cédé à quelques tours du but. Les points lui échappent encore. Juste derrière, le dernier tour a été le théâtre d'un spectaculaire accrochage entre Kimi Räikkönen et Sebastian Vettel pour la 12e place au virage 5. Le Finlandais a fini 16e, l'Allemand a été contraint à l'abandon, et cet incident fera l'objet d'une enquête ultérieure des commissaires.

Austria Grand Prix d'Autriche 2021

P. Pilote Constructeur Tours Écart
1 Netherlands Max Verstappen Red Bull 71  
2 Finland Valtteri Bottas Mercedes 71 17.973
3 United Kingdom Lando Norris McLaren 71 20.019
4 United Kingdom Lewis Hamilton Mercedes 71 46.452
5 Spain Carlos Sainz Jr. Ferrari 71 57.144
6 Mexico Sergio Pérez Red Bull 71 57.915
7 Australia Daniel Ricciardo McLaren 71 1'00.395
8 Monaco Charles Leclerc Ferrari 71 1'01.195
9 France Pierre Gasly AlphaTauri 71 1'01.844
10 Spain Fernando Alonso Alpine 70  
11 United Kingdom George Russell Williams 70  
12 Japan Yuki Tsunoda AlphaTauri 70  
13 Canada Lance Stroll Aston Martin 70  
14 Italy Antonio Giovinazzi Alfa Romeo 70  
15 Canada Nicholas Latifi Williams 70  
16 Finland Kimi Räikkönen Alfa Romeo 70  
17 Germany Sebastian Vettel Aston Martin 69  
18 Germany Mick Schumacher Haas 69  
19 Russian Federation Nikita Mazepin Haas 69  
  France Esteban Ocon Alpine 0  

partages
commentaires
Ocon, hors course dès le 1er tour : "On ne peut pas faire pire"

Article précédent

Ocon, hors course dès le 1er tour : "On ne peut pas faire pire"

Article suivant

GP d'Autriche : les meilleurs tours en course

GP d'Autriche : les meilleurs tours en course
Charger les commentaires
Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire Prime

Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire

La Formule 1 reprend ses droits pour le Grand Prix de Russie, deux semaines après le dernier épisode du combat entre Max Verstappen et Lewis Hamilton. Alors que les incidents de Silverstone et de Monza ont suscité la controverse, ils manquaient heureusement d'un élément qui, jusqu'à présent, sépare la lutte pour le titre de 2021 des pires exemples de batailles peu glorieuses...

Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes Prime

Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes

Le plafonnement des budgets en Formule 1 a été présenté comme le sauveur de plusieurs équipes et a contribué à garantir leur viabilité pour les investisseurs. Mais il existe déjà un autre mécanisme qui a eu le même effet et qui dissuade fortement ceux qui ont les moyens de créer seuls une nouvelle équipe.

Formule 1
22 sept. 2021
Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Formule 1
20 sept. 2021
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021
Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison Prime

Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison

Il y a trente ans, Michael Schumacher réalisait des débuts étincelants en F1 à Spa, avec Jordan, avant de rapidement rejoindre Benetton pour le Grand Prix d'Italie. Ce transfert allait mener l'Allemand à sa première victoire un an plus tard et poser les bases de son ascension vers le titre, qu'il décrocherait en 1994.

Formule 1
14 sept. 2021