Formule 1
26 sept.
-
29 sept.
Événement terminé
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
28 nov.
-
01 déc.
EL1 dans
9 jours

Course - Vettel met fin à la disette face à un Leclerc en colère

partages
commentaires
Par :
22 sept. 2019 à 14:17

Sebastian Vettel a battu Charles Leclerc lors du Grand Prix de Singapour 2019 de Formule 1, profitant notamment d'un arrêt au stand un tour plus tôt qui l'a replacé devant son équipier. Max Verstappen complète le podium d'une épreuve marquée par trois Safety Cars.

Les oiseaux de nuit sont de sortie à Singapour pour la 15e manche de la saison 2019 de F1. Pour la troisième fois en trois GP depuis le retour de la trêve, c'est Charles Leclerc qui s'élance en tête après sa pole de la veille. Il devance le leader du championnat sur la grille, Lewis Hamilton. Qualifiés avec cette gomme en Q2, les neuf premiers pilotes s'élancent en pneus tendres (rouges). Derrière, tous les pilotes sont en mediums, sauf Pierre Gasly qui prend le pari audacieux des durs.

En vidéo :

Au départ, l'extinction des feux est très rapide après le décompte initial mais aucun des leaders ne se fait surprendre. Leclerc conserve la tête alors que Vettel menace rapidement Hamilton qui doit résister dans les virages 7, 8 et 9, offrant au Monégasque le champ libre pour accélérer. Derrière, du grabuge dans le peloton fait plusieurs victimes : Russell est légèrement touché par Ricciardo au premier virage et casse son aileron. Sainz est accroché par Hülkenberg au virage 5. Les trois pilotes doivent passer par les stands. Les commissaires considèrent que l'accrochage entre l'Espagnol et l'Allemand est un simple incident de course qui ne nécessite pas de pénalité. Idem pour Grosjean qui n'est pas passé à droite du plot dans l'échappatoire du virage 3.

Gestion et attente

Après cinq tours, les écarts se stabilisent progressivement aux avant-postes : Leclerc voit Hamilton revenir et lui mettre la pression à la faveur des zones DRS sans toutefois être assez proche pour tenter quoi que ce soit. Le top 6 se tient en cinq secondes, à un rythme qui est contenu pour gérer les pneus et les mécaniques. L'animation en piste est en dehors du top 10 en ce début d'épreuve, avec les pilotes qui attaquent en gommes mediums : au 10e tour, Ricciardo se joue de Kvyat au virage 14, pour le gain de la 12e place, avant que Stroll puis Pérez lors du passage suivant ne fassent de même.

Au 15e tour, pas de changement dans le top 6 dont les écarts fluctuent au gré de la gestion. Cela profite à Norris notamment, qui n'est qu'à deux secondes de la sixième place d'Albon, alors que Giovinazzi, Magnussen et Gasly complètent un top 10 qui se tient en 16 secondes. Derrière, Räikkönen passe au stand et se retrouve derrière Kubica en 16e place. Le Polonais résiste un temps au petit train formé par le Finlandais, Pérez et Kvyat.

Leclerc perd la tête, Hamilton allonge son relais

En tête de course, à l'approche du premier tiers de course, les écarts évoluent : Vettel est distancé à deux secondes du duo de tête, tout comme Verstappen qui peine grandement. Bottas est dans les échappements du Néerlandais. Vettel et Verstappen rentrent au stand à l'entame du 20e tour, pour passer en pneus durs (blancs). Au tour suivant, c'est Leclerc qui rentre, cédant la tête aux deux Mercedes ; le #16 ressort ensuite derrière son équipier. Hamilton, en tête, allonge logiquement son relais alors que Bottas doit lui s'arrêter au 22e passage.

Hamilton, Giovinazzi et Gasly constituent le top 3 à la fin du 23e tour. Le Britannique n'est pas sur un bon rythme mais doit obligatoirement allonger son relais. Ce qu'il fait jusqu'au 25e tour, alors que Mercedes a demandé à Bottas de ralentir sa cadence pour éviter de gêner la course du quintuple Champion du monde à la sortie des stands. Il ressort juste devant son équipier en huitième place provisoire.

Lire aussi :

Giovinazzi et Gasly constituent le duo de tête de la course à l'approche du 30e tour. Derrière, Vettel parvient à se jouer rapidement de Stroll, Ricciardo puis Gasly en quelques tours, au prix d'un contact avec le Français qui est noté par les commissaires, qui décident de ne pas intervenir. Au 31e passage, Giovinazzi ouvre la porte à Vettel au virage 7 et l'Allemand s'empare du commandement de l'épreuve. Leclerc, Verstappen, Hamilton et Bottas effacent rapidement l'Italien également. En revanche, Ricciardo n'y parvient pas sans toucher l'Alfa Romeo. L'Australien crève sur la manœuvre, qui est notée par les commissaires. 

Trois Safety Cars pour un statu quo

Au 36e tour, Grosjean, à la lutte avec Russell, accroche le Britannique à la sortie du virage 7. La Williams s'encastre dans le mur et la voiture de sécurité est déclenchée après un temps de latence de la direction de course. Le peloton est regroupé et à basse vitesse, ce qui permet à Leclerc de faire bien comprendre à la Scuderia qu'il n'est pas satisfait de la tournure du duel interne et d'avoir perdu le commandement.

La course reprend à la fin du 40e tour. Vettel gère bien cette relance et conserve la tête face à Leclerc dans un top 5 inchangé. Derrière, Gasly surprend Stroll par l'extérieur au virage 7. Un léger contact entre les deux hommes entraîne une crevaison à l'avant droit pour le Canadien qui doit passer par les stands à faible vitesse. Quelques tours après, Pérez rencontre un problème technique et il lui est ordonné d'immobiliser sa monoplace dans la ligne droite entre les virages 13 et 14, ce qui déclenche une voiture de sécurité.

Lire aussi :

La reprise est pour le 47e tour. Vettel réaccélère plus tard mais maintient sa position face à Leclerc. Suivent Verstappen, Hamilton, Bottas, Albon et Norris. Gasly surprend Magnussen et s'empare de la huitième position. Le Danois cède ensuite immédiatement face à Hülkenberg. Au tour suivant, Kvyat tente de dépasser Räikkönen au virage 1, mais la manœuvre est trop optimiste et conduit à un accrochage ; le Finlandais doit abandonner et le Safety Car rentre à nouveau en piste.

À dix tours de la fin, la course est relancée. Vettel surprend Leclerc et se construit un beau matelas d'avance. Derrière la situation d'évolue pas. Grosjean se hisse à la 11e place devant Magnussen, le #20 perdant par la suite beaucoup de positions sur des pneus visiblement en mauvais état. La fin de course est marquée par la pression mise par Hamilton sur Verstappen pour le gain de la troisième place, sans succès. 

Vettel l'emporte et met fin à plus d'un an de disette, il devance Leclerc, Verstappen, Hamilton et Bottas. Le Britannique augmente son avance de deux points au championnat du monde.

Singapore Grand Prix de Singapour 2019

P. Pilote Constructeur Tours Écart
1 Germany Sebastian Vettel Ferrari 61  
2 Monaco Charles Leclerc Ferrari 61 2.641
3 Netherlands Max Verstappen Red Bull 61 3.821
4 United Kingdom Lewis Hamilton Mercedes 61 4.608
5 Finland Valtteri Bottas Mercedes 61 6.119
6 Thailand Alexander Albon Red Bull 61 11.663
7 United Kingdom Lando Norris McLaren 61 14.769
8 France Pierre Gasly Toro Rosso 61 15.547
9 Germany Nico Hülkenberg Renault 61 16.718
10 Italy Antonio Giovinazzi Alfa Romeo 61 17.855
11 France Romain Grosjean Haas 61 35.436
12 Spain Carlos Sainz Jr. McLaren 61 35.974
13 Canada Lance Stroll Racing Point 61 36.419
14 Australia Daniel Ricciardo Renault 61 37.660
15 Russian Federation Daniil Kvyat Toro Rosso 61 38.178
16 Poland Robert Kubica Williams 61 47.024
17 Denmark Kevin Magnussen Haas 61 1'26.522
  Finland Kimi Räikkönen Alfa Romeo 49  
  Mexico Sergio Pérez Racing Point 42  
  United Kingdom George Russell Williams 34  
Article suivant
LIVE F1 - Suivez le GP de Singapour en direct

Article précédent

LIVE F1 - Suivez le GP de Singapour en direct

Article suivant

Vettel élu "Pilote du Jour" du GP de Singapour 2019

Vettel élu "Pilote du Jour" du GP de Singapour 2019
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP de Singapour
Catégorie Course
Auteur Fabien Gaillard