Formule 1 GP d'Arabie saoudite

Le crash de Schumacher pourrait coûter jusqu'à un million

La voiture considérablement amochée après le crash de Mick Schumacher au Grand Prix d'Arabie saoudite pourrait engendrer des coûts de réparation particulièrement élevés pour l'écurie Haas.

Les commissaires avec la monoplace détruite de Mick Schumacher, Haas VF-22

Les qualifications du Grand Prix d'Arabie saoudite, le week-end dernier, ont été marquées par le spectaculaire accident de Mick Schumacher en Q2. Le pilote Haas a perdu le contrôle sur le vibreur du virage 10, fracassant sa VF-22 contre le mur à une vitesse, selon ses propos, de 270 km/h.

Forcément, avec un tel choc, Schumacher a dû faire étape à l'hôpital, mais il était heureusement indemne ; on ne peut toutefois pas en dire autant de sa monoplace, en dehors de la cellule de survie et peut-être de l'unité de puissance.

"Le châssis en lui-même n'a pas l'air cassé", commentait le directeur d'équipe Günther Steiner. "L'infrastructure [sic] sur le côté, on peut la changer. Bien sûr, nous devons mener de véritables vérifications, mais on dirait que ce n'est pas trop mal, à vrai dire. Et Ferrari m'a dit que le moteur avait l'air d'aller bien. La batterie aussi. Mais tout le reste, c'est cassé !"

Quant à savoir combien vont coûter ces dégâts et le remplacement des pièces associées, Steiner n'a pas fait preuve d'optimisme. "Je crois que le coût est quand même élevé, car toute la suspension est partie, à part l'avant gauche. Je crois qu'il y reste quelque chose. Le reste, c'est juste de la poudre de carbone. En termes financiers, entre la boîte de vitesses, toute la carrosserie et les radiateurs, je dirais que c'est entre un demi-million et un million", a estimé l'Italien, s'exprimant probablement en dollars.

Certes, Haas ne fait pas partie des écuries qui sont le plus en difficulté vis-à-vis du plafond budgétaire, mais il faut quand même financer ces frais, et Günther Steiner espère donc que de tels accidents ne vont pas se multiplier. "Dans une écurie, on ne peut jamais tenir le budget comme dans une entreprise commerciale normale, car il y a ce risque. Il y a évidemment un budget en cas d'imprévu, mais s'il y en a deux ou trois comme ça, ce budget disparaît et on perd de l'argent. Bref, il faut simplement gérer cela. Bien sûr, j'espère que nous n'en aurons pas beaucoup d'autres", a-t-il conclu.

Lire aussi :

Propos recueillis par Jonathan Noble

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Wolff : Les résultats "douloureux" de Mercedes forcent l'humilité
Article suivant Alonso : "Je pourrais être 6e ou 7e au championnat"

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France