De Vries "honoré" d'avoir fait partie des rumeurs F1

Nyck de Vries, Champion du monde en titre de Formule E, a révélé qu'il s'était senti "honoré" lorsque son nom avait été évoqué pour les baquets Williams et Alfa Romeo en F1 en 2022.

De Vries "honoré" d'avoir fait partie des rumeurs F1

Auréolé du premier titre de Champion du monde de Formule E de l'Histoire, Nyck de Vries a vu son nom être lié à de potentielles opportunités en Formule 1. Ainsi, le pilote néerlandais était dans la course pour le deuxième volant Williams en 2022 jusqu'à ce que l'écurie britannique ne choisisse Alexander Albon comme futur coéquipier de Nicholas Latifi. D'autres rumeurs parlaient d'une arrivée du pilote chez Alfa Romeo mais cette porte s'est rapidement refermée ; la structure a choisi Guanyu Zhou pour faire équipe avec Valtteri Bottas.

Par conséquent, de Vries se concentre aujourd'hui sur la défense de son titre en Formule E avec l'équipe Mercedes. Avant le début de la nouvelle saison du championnat de monoplaces électriques, programmé en Arabie Saoudite à la fin du mois de janvier, le pilote a été invité à participer à l'émission This Week with Will Buxton, sur Motorsport.tv. Si de Vries n'a pas souhaité indiquer à quel point il avait été proche d'un volant en F1, il a néanmoins admis qu'il avait été flatté de faire partie de cette conversation, lui qui rêve toujours de la catégorie reine.

"Mon nom circulait et des gens me laient à des équipes de F1, je me suis senti honoré", a commenté le Néerlandais. "Au final, je n'ai pas tant de contrôle sur les rumeurs et les spéculations, et même sur les opportunités. La seule chose que je puisse vraiment contrôler, c'est ma performance sur la piste. Et je place ma concentration et ma priorité sur ce point. Je pense que c'est le seul moyen d'aller de l'avant dans ma carrière et de continuer à créer de nouvelles opportunités."

"Je dois reconnaître que tous les jeunes pilotes ont le même rêve, le même objectif : devenir un pilote de F1. Je suis encore jeune donc je mentirais si je disais que je ne partageais plus ce rêve et cet objectif. Mais en fin de compte, vous connaissez probablement la Formule 1 mieux que moi, c'est pourquoi je reste concentré sur mon travail et je laisse le reste se régler tout seul."

Vainqueur du championnat de Formule 2 en 2019, de Vries n'a pas fait le saut attendu en F1 l'année suivante et s'est dirigé en Formule E avec Mercedes. Depuis, son rôle avec la marque à l'étoile a légèrement évolué, un poste de réserviste dans la structure F1 venant s'ajouter à ses responsabilités dans l'équipe zéro émission. Le Néerlandais s'est également tourné vers l'Endurance en prenant part à cinq épreuves ELMS avec G-Drive Racing et trois manches en WEC, dont les 24 Heures du Mans.

"La saison de Formule E est évidemment très compacte et se termine en août, donc nous nous concentrons davantage sur nos missions en F1 et en Endurance par la suite", a-t-il précisé. "Puis, pendant l'hiver, nous avons un peu de temps pour nous ressourcer avant de revenir en Formule E."

"Mais c'est super d'être si occupé et de participer à différents championnats au sein de grandes équipes car, c'est très cliché mais c'est vrai, on observe et apprend en permanence. Donc je profite énormément. Je suis reconnaissant pour toutes ces opportunités et j'espère continuer à faire aussi bien."

Lire aussi :

partages
commentaires

Voir aussi :

Masi défend le temps pris par les commissaires sur les décisions F1
Article précédent

Masi défend le temps pris par les commissaires sur les décisions F1

Article suivant

La moitié du circuit d'Austin resurfacée en février

La moitié du circuit d'Austin resurfacée en février
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021