EL2 - Red Bull pointe son groin en Hongrie

partages
commentaires
EL2 - Red Bull pointe son groin en Hongrie
Guillaume Navarro
Par : Guillaume Navarro
28 juil. 2017 à 13:33

Tandis que Renault contemplait avec détresse le second accident de Jolyon Palmer de la journée, son équipe cliente Red Bull se plaçait elle aussi pour la seconde fois en haut de la feuille des temps.

Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team RS17
Fernando Alonso, McLaren MCL32
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB13
Sergio Perez, Sahara Force India VJM10
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB13
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR12
Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team RS17
Lewis Hamilton, Mercedes-Benz F1 W08
Felipe Massa, Williams FW40
Un mécanicien de la Mercedes-Benz F1 W08 Hybrid

Avec des températures plus élevées que dans la matinée et une piste légèrement gommée par le passage des F1 pendant 90 minutes, le plateau se lance en EL2 avec l’intention de collecter des données significatives sur le comportement des pneus tendres, dont l’endurance et la dégradation seront des facteurs cruciaux en course.

Dimanche, ce sont 70 passages des 4,381 km du circuit qui seront à boucler, avec une stratégie probable en un arrêt unique. Un exercice particulièrement attendu, tant le Hungaroring ne propose que peu de répit aux pilotes avec ses courbes incessantes. Observer les caméras embarquées rappelle à quel point les 20 représentants du plateau doivent jongler avec les molettes et boutons du volant à de nombreuses reprises au fil du tour, optimisant en une fraction de seconde les réglages de leur monoplace aux différents secteurs.

Programme d'évaluation pneumatique studieux

Le premier quart d’heure ne voit que des pilotes en pneus tendres en piste, avec une référence réalisée par Hamilton en 1'19"373, une demi-seconde moins vite que dans la matinée avec le composé supertendre.

Tandis que l’essentielle majorité du plateau poursuit sur sa lancée dans le quart d’heure suivant, Räikkönen est le premier à chausser le composé supertendre, sans que cela ne se traduise par une montée au sommet de la hiérarchie, toujours menée par Hamilton, ayant posté une amélioration en 1'18"779.

Comme toujours en EL2, une demi-heure de programme est ensuite prévue par les teams pour la compréhension des pneus supertendres avec une importante charge de carburant, représentative des conditions d'un premier relais de course. Dans ces conditions, la vivacité des Ferrari de Vettel et Räikkönen devient apparente, suggérant une aisance dont la Red Bull de Ricciardo dispose elle aussi de manière nette dans ces conditions. Certes, le 1'18"455 signé par l’Australien n’est pas encore exactement au niveau de son meilleur chrono matinal des EL1, mais les autos sont sensiblement plus lourdement chargées en carburant.

Difficultés à travers le plateau

C’est pourtant à ce moment que Räikkönen rencontre un ennui et doit s’arrêter dans l’abord de la colline du virage 13. "Pas de puissance, je n’ai plus d’accélération ! Que puis-je faire pour le faire fonctionner ?", s’enquiert-il avec calme dans la radio. Grâce à une intervention à distance sur la batterie, Ferrari est en mesure de relancer l’auto pour lui permettre de regagner les stands.

Vus en difficultés, Grosjean (Haas) et Massa (Williams) se plaignent respectivement "d'un comportement de pire en pire à l'arrière" et d'une "voiture pas facile". Leurs équipiers respectifs ne font pas meilleure impression ; pas plus que les pilotes Sauber. McLaren savait disposer d'une opportunité de bon week-end en Hongrie. L'impression positive des EL1 semble se confirmer, le top 10 semblant être une zone accessible au milieu d'une bataille impliquant Force India, Toro Rosso et la Renault de Hülkenberg.

Wehrlein et Palmer dans le mur

Un gros accident lié à une erreur de pilotage de Pascal Wehrlein vient interrompre la séance par drapeau rouge à 40 minutes de son terme.

 

Victime d’une sortie ressemblant à celle de Giovinazzi dans la matinée, l’Allemand a juste le temps de lâcher son volant avant d'achever sa course par un gros contact de trois quarts face secouant fortement sa tête. Le pilote Sauber s’extrait sans peine de son auto après avoir rassuré son équipe dans la radio, mais l’auto est très sérieusement endommagée.

"Je ne sais plus quoi faire, les gars, le sous-virage est si énorme", se plaint toujours Grosjean dans la radio à la reprise de la séance, alors que Vandoorne rejoint les stands au ralenti en parlant d'un "bruit très étrange" sur sa McLaren.

Quelques instants plus tard, c'est Jolyon Palmer qui heurte le mur pour la seconde fois en autant de séances, et enfonce l'arrière de sa Renault contre le mur de pneus du virage 13. Les mécaniciens Renault n'auront pas volé leur nuit de sommeil, ce soir, après des réparations considérables.

 

 

Seul un petit quart d'heure est épargné pour boucler des tours rapides en piste. Ricciardo conserve les commandes d'une séance particulièrement perturbée selon les standards hongrois et demeure inégalé ce week-end. 

 Grand Prix de Hongrie - Essais Libres 2

 PiloteÉquipe TrsTempsÉcart 
1 australia Daniel Ricciardo  Red Bull 32 1'18.455  
2 germany Sebastian Vettel  Ferrari 28 1'18.638 0.183
3 finland Valtteri Bottas  Mercedes 33 1'18.656 0.201
4 finland Kimi Räikkönen  Ferrari 28 1'18.755 0.300
5 united_kingdom Lewis Hamilton  Mercedes 31 1'18.779 0.324
6 netherlands Max Verstappen  Red Bull 25 1'18.951 0.496
7 germany Nico Hülkenberg  Renault 33 1'19.714 1.259
8 spain Fernando Alonso  McLaren 31 1'19.815 1.360
9 spain Carlos Sainz Jr.  Toro Rosso 35 1'19.834 1.379
10 belgium Stoffel Vandoorne  McLaren 18 1'19.909 1.454
11 france Esteban Ocon  Force India 34 1'20.126 1.671
12 mexico Sergio Pérez  Force India 33 1'20.266 1.811
13 russia Daniil Kvyat  Toro Rosso 37 1'20.577 2.122
14 canada Lance Stroll  Williams 31 1'20.791 2.336
15 brazil Felipe Massa  Williams 22 1'20.869 2.414
16 united_kingdom Jolyon Palmer  Renault 12 1'21.175 2.720
17 denmark Kevin Magnussen  Haas 11 1'21.345 2.890
18 france Romain Grosjean  Haas 25 1'21.504 3.049
19 sweden Marcus Ericsson  Sauber 31 1'21.559 3.104
20 germany Pascal Wehrlein  Sauber 16 1'21.722 3.267

Article suivant
Gasly croit toujours à un baquet Toro Rosso

Article précédent

Gasly croit toujours à un baquet Toro Rosso

Article suivant

Vettel plutôt optimiste malgré un vendredi "délicat"

Vettel plutôt optimiste malgré un vendredi "délicat"
Charger les commentaires