Formule 1
12 mars
-
15 mars
EL1 dans
22 jours
C
GP de Bahreïn
19 mars
-
22 mars
EL1 dans
30 jours
02 avr.
-
05 avr.
EL1 dans
44 jours
C
GP d'Espagne
07 mai
-
10 mai
EL1 dans
79 jours
C
GP de Monaco
21 mai
-
24 mai
EL1 dans
92 jours
04 juin
-
07 juin
EL1 dans
107 jours
C
GP du Canada
11 juin
-
14 juin
EL1 dans
114 jours
25 juin
-
28 juin
EL1 dans
128 jours
C
GP d'Autriche
02 juil.
-
05 juil.
EL1 dans
135 jours
C
GP de Grande-Bretagne
16 juil.
-
19 juil.
EL1 dans
149 jours
C
GP de Hongrie
30 juil.
-
02 août
EL1 dans
163 jours
C
GP de Belgique
27 août
-
30 août
EL1 dans
191 jours
03 sept.
-
06 sept.
EL1 dans
198 jours
C
GP de Singapour
17 sept.
-
20 sept.
EL1 dans
212 jours
C
GP de Russie
24 sept.
-
27 sept.
EL1 dans
219 jours
08 oct.
-
11 oct.
EL1 dans
233 jours
C
GP des États-Unis
22 oct.
-
25 oct.
EL1 dans
247 jours
C
GP du Mexique
29 oct.
-
01 nov.
EL1 dans
254 jours
C
GP du Brésil
12 nov.
-
15 nov.
EL1 dans
268 jours
C
GP d'Abu Dhabi
26 nov.
-
29 nov.
EL1 dans
282 jours

Encore des rêves de voyages pour Fernando Alonso

partages
commentaires
Encore des rêves de voyages pour Fernando Alonso
Par :
10 août 2016 à 12:45

Il passe une grande partie de sa vie à parcourir le monde et à profiter de certains des plus beaux endroits de la Terre sur son temps libre, mais Alonso a encore des cases à cocher !

Ron Dennis, McLaren et Fernando Alonso, McLaren
Fernando Alonso, McLaren MP4-31
Fernando Alonso, McLaren MP4-31
Fernando Alonso, McLaren MP4-31
Fernando Alonso, McLaren lors de la parade des pilotes
Fernando Alonso, McLaren fête son 35e anniversaire avec un gâteau de son équipe
Fernando Alonso, McLaren lors de la parade des pilotes
Fernando Alonso, McLaren MP4-31

Durer en F1 requiert de nombreuses qualités et un style de vie bien particulier. Le faire avec le nom de Fernando Alonso et les attentes intrinsèques liées à une réputation positive comme négative bien ancrée dans l’esprit collectif, en nécessite encore d’autres. Fernando Alonso reflète sur sa situation actuelle et quelques sujets badins alors que la pause estivale lui permet de récupérer avant la tentative de McLaren de se rapprocher du premier tiers de plateau, en seconde moitié de saison.

C’est avec une comparaison amusante que l’Espagnol commence : "Tout en F1 est une comédie. Il s’agit d’un sport, mais rien de vraiment sérieux, clairement pas un drame ! C’est un peu comme ces comédies bouffonnes où l’on se fait taper sur la tête mais que le lendemain on est comme neuf !", sourit-il pour le site officel de la F1.

Si Alonso devait être un acteur, le choix serait tout trouvé : "Clairement un acteur de comédie ! Jim Carrey, n’importe lequel de ses rôles", s’esclaffe-t-il. "Je pense qu’il s’en sortirait bien en F1, en faisant des moqueries de tout !"

La passion et la faim encore là

Fernando Alonso a pourtant vécu la course avec intensité, comme le rappelle cet épisode illustrant qu’il fut comme beaucoup un jeune homme sanguin et déterminé. Avec désormais 16 saisons dans le casque, comment le principal intéressé pense-t-il avoir évolué?

"On change de nombreuses façons, pas uniquement en tant que pilote. Une personne âgée de 19 ans est totalement différente d’un homme de 35. C’est vrai pour tous les types de relations : famille, amis, ou l’approche avec l’équipe, les méthodes de travail et bien entendu les médias. Tout change : pas parce que vous le faites changer dans une direction, mais parce que la vie vous change! On ne peut pas y échapper : l’histoire de Peter Pan, où l’on ne grandit pas, est juste un conte de fées !"

Un pilote comme le double Champion du Monde espagnol a forcément des ambitions importantes et le fait d’avoir été absent de la lutte pour la victoire et du titre pendant de longues années est forcément difficile à digérer. Mais le pilote McLaren semble garder une réelle motivation avec son équipe actuelle et simplement espérer le retour de jours plus excitants à bord des F1 contemporaines. Dans le cas contraire, l'Indy 500 ou les 24 Heures du Mans sont des projets tentants.

"Le succès est probablement la chose qui procure le plus de plaisir quand on est là", admet-il. "On est là pour la compétition contre 21 autres pilotes et essayer d’être le meilleur au monde. Être sur le podium, gagner une course ou même un championnat sont donc des moments de plaisir. Mais il y a aussi la joie qui entoure la F1. Les voyages, qui me donnent l’opportunité de visiter de nombreux pays que je n’aurais sans doute jamais vus dans une autre vie : l’Inde, la Russie, l’Azerbaidjan… Je suis heureux de tous les à-côtés que le sport m’a offert".

Il reste cependant encore des endroits que l’Espagnol aimerait connaître et qui sont à ajouter à la liste des lieux à visiter...

"Il y a toujours des endroits qui attirent votre attention. L’Argentine, par exemple. Un jour, j’aimerais y aller et visiter l’Argentine. L’Afrique du Sud est une autre destination. Probablement tous les endroits où il n’y a plus la F1, poursuit celui qui aime aussi passer beaucoup de son temps personnel à Dubaï. Et pourquoi pas aussi la Terre de Feu, tout au Sud, ou l’Alaska, dans le Grand Nord? C’est mon genre de truc ! Je suis encore jeune - enfin pas tant que ça - mais je me sens encore jeune et je veux voir tous ces endroits. Il faut prendre les occasions dès qu’elles se présentent sur votre passage car vous ne savez jamais quand ça peut s'évaporer".

 

Polo Fernando Alonso 2016
Polo Fernando Alonso 2016, sur Motorstore
Article suivant
Magnussen tête baissée vers un avenir encore incertain

Article précédent

Magnussen tête baissée vers un avenir encore incertain

Article suivant

En bref - Pourquoi la F1 est-elle à vendre et reste-t-elle une bonne affaire ?

En bref - Pourquoi la F1 est-elle à vendre et reste-t-elle une bonne affaire ?
Charger les commentaires