Formule 1 GP de Bahreïn

Des évolutions dès le GP de Bahreïn pour Alpine

Après des essais encourageants à Bahreïn, Alpine va apporter des évolutions pour le premier Grand Prix de la saison.

Pierre Gasly, Alpine A523

En dépit des apparences, les essais de Bahreïn se sont bien passés pour une écurie Alpine qui n'a pas cherché la performance pure, satisfaite de son rythme sur les longs relais et de la fiabilité affichée jusqu'ici. Et dès le premier Grand Prix de la saison, ce week-end, de nouvelles pièces vont être installées sur l'A523.

Lire aussi :

"Il y aura des différences visuelles lors de la première course", annonce le directeur technique Matt Harman. "Nous avons de belles évolutions qui arrivent, en espérant que cela contribuera à notre quête : se rapprocher de cette troisième place [dans la hiérarchie des constructeurs, ndlr], si ce n'est y être. Avec ce que nous avons appris cette semaine, non seulement nous allons améliorer la voiture pour la première course elle-même, mais nous savons aussi que nous voulons être agressifs au niveau du développement, comme nous l'avons été l'an dernier – si ce n'est davantage."

Harman précise qu'il n'y aura pas des évolutions à chaque course. "Mais nous allons tenter de développer quelque chose à chaque course, même si ce ne sont pas forcément de la carrosserie et des choses que l'on peut voir mais aussi des choses qui ne nous donnent pas forcément du temps au tour", insiste-t-il. "Telle est notre intention. Nous étions assez fiers de ça l'an dernier, et nous avons les mêmes ressources, les mêmes finances, voire légèrement meilleures. Alors à nous de faire ce travail."

Quant au directeur d'équipe Otmar Szafnauer, il insiste sur la nécessité d'"équilibrer les évolutions avec le plafond budgétaire", ce plafond étant abaissé en 2023 à 135 M$ (sur la base de 21 Grands Prix) auxquels s'ajoutent 1,8 M$ par Grand Prix supplémentaire (soit 138,6 M$ au total) et un probable ajustement lié à l'inflation.

"Nous ne pouvons pas avoir des évolutions trop souvent si nous dépensons trop", explique Szafnauer. "Parfois, il faut attendre et tout mettre dans le même package – par exemple, plutôt que d'apporter trois planchers à un ou deux points [d'appui aéro] chacun, attendre d'accumuler huit, neuf, dix points pour apporter un plancher. Cependant, il y a des évolutions qui ne coûtent pas grand-chose et qui sont des valeurs sûres. Celles-là, nous allons les apporter d'emblée."

Propos recueillis par Adam Cooper

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Alonso ne veut pas rêver : "Il n'y a pas de miracles en F1"
Article suivant Trop de traînée : le symptôme des difficultés de McLaren

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France