Ferrari avait fait "trois pas en arrière" dans sa reconstruction

Mattia Binotto perçoit la saison 2020 comme un revers important dans la reconstruction de Ferrari, et non comme le point de départ de son retour aux avant-postes.

Ferrari avait fait "trois pas en arrière" dans sa reconstruction
Charger le lecteur audio

À mi-saison, le bilan de Ferrari oscille entre le positif et le négatif. S'il y a le sentiment évident d'avoir gâché plusieurs opportunités qui ont ainsi permis à Max Verstappen et Red Bull de prendre leurs distances au championnat, il y a aussi celui, plus optimiste, d'être enfin de retour dans la lutte pour la victoire. Un comeback que l'on peut imputer à la nouvelle réglementation technique, ce que Mattia Binotto relativise toutefois en insistant également sur les leçons tirées des erreurs du passé.

"Il n'y a pas de solution miracle en F1", explique le directeur de la Scuderia dans un entretien exclusif accordé à Motorsport.com. "Il n'a pas fallu qu'un ou deux ans [pour revenir au sommet]. C'est plus que ça. Je pense que ce que nous avons aujourd'hui a commencé il y a longtemps, peut-être même en 2016 ou 2017. C'est une construction continue de l'équipe. C'est une question d'organisation, de compétences, d'expérience, de méthodologie, d'outils et d'atouts. Et quand je parle d'atouts, ça peut être le simulateur, l'amélioration de la soufflerie, tout ce que l'on a."

Mattia Binotto revient également en longueur sur la pénible saison 2020, qui a marqué les esprits et laissé des cicatrices à Maranello tout en enrichissant une reconstruction entamée bien avant. Une campagne qui a été "plus qu'un pas en arrière, c'était trois pas en arrière", avance-t-il. "Pourquoi ? Je pense qu'en 2020, on a tout simplement raté notre projet. Puis tout a été gelé au début de la saison. C'est comme si Mercedes avait été gelé au premier Grand Prix de la saison [2022] : qu'est-ce qui se passerait chez eux ?".

Mattia Binotto parle de 2020 comme d'un

Mattia Binotto parle de 2020 comme d'un "projet raté".

"La saison 2020 a aussi été le produit de ce que l'on a essayé de mettre en place pendant 2019, quand on a complètement remanié l'organisation et l'équipe", poursuit Mattia Binotto. "En 2020 et 2021, on n'a eu qu'une opportunité limitée de développer la voiture, qui était une monoplace difficile. Alors je pense que 2020 ou 2021 ne reflètent pas la capacité totale de l'équipe à ce moment-là."

C'est avec cette réflexion que le directeur de Ferrari voit le retour aux avant-postes de l'écurie italienne comme un chemin encore inachevé, quel que soit l'issue de la saison en cours.

"Je pense que l'équipe, depuis 2017 comme je l'ai dit, essaie simplement de progresser chaque année", conclut-il. "Aujourd'hui, je pense que l'on a davantage une véritable concrétisation de ses capacités. Mais il ne fait aucun doute que l'on a progressé chaque saison, et que 2020 nous a été utile pour qu'il y ait encore plus de nécessité de s'améliorer : analyser toutes les faiblesses à ce moment-là, le projet, essayer de mettre en place quelque chose de mieux pour l'avenir. Et à partir de 2020, on a fait des changements dans l'organisation avec des rôles et des responsabilités plus clairs. On avait un nouveau simulateur, donc c'était le moment pour nous de dire : 'OK, faisons un point, soulignons les faiblesses et essayons de toutes les aborder'. Et je pense que ça a été fait."

Propos recueillis par Jonathan Noble

Lire aussi :
partages
commentaires

Voir aussi :

Alfa Romeo : La fiabilité nous a coûté "une fortune" en points
Article précédent

Alfa Romeo : La fiabilité nous a coûté "une fortune" en points

Article suivant

Tsunoda a "le potentiel pour gagner des GP" selon Marko

Tsunoda a "le potentiel pour gagner des GP" selon Marko