Red Bull salue l'attitude de Gasly après sa rétrogradation

Christian Horner a salué la façon dont Pierre Gasly, auteur d'un podium lors du GP du Brésil 2019, avait abordé sa rétrogradation chez Toro Rosso à l'été.

Pierre Gasly a signé au Brésil un podium surprise récompensant tout de même une course très sérieuse et performante derrière un top 6 qui semblait figé et difficilement accessible en conditions normales. Mais le Français a profité de l'abandon de Valtteri Bottas pour gagner une position, du Safety Car qui a suivi pour revenir dans les roues du top 5, avant de tirer parti du double abandon des Ferrari, puis de l'accrochage entre Alex Albon et Lewis Hamilton dans les deux derniers tours pour s'offrir la seconde position sur la piste, au prix d'une remontée côte à côte vers la ligne de départ/arrivée du dernier tour avec le sextuple Champion du monde.

Lire aussi :

Un résultat en forme de pied de nez pour Gasly qui a été rétrogradé de Red Bull vers Toro Rosso à l'été, après une première partie de saison décevante, loin des attentes en termes de rythme et d'agressivité en piste. Il faut dire que l'année n'a pas démarré sous les meilleurs auspices, la faute notamment à deux sorties de piste coûteuses en essais hivernaux qui l'ont immédiatement placé sous pression, pression qui a semblé ensuite l'inhiber, sauf à de rares occasions, au cours des 12 premières épreuves de la campagne. 

Même s'il n'a pas caché une certaine déception après l'annonce de son retour à Faenza, alors qu'Alex Albon faisait le chemin inverse, il a au moins pu retrouver là-bas un climat plus serein dans une structure familière et, même s'il n'avait pas goûté à la STR14 avant, s'est rapidement mis dans le rythme. Un état d'esprit positif souligné par Christian Horner, le directeur de Red Bull : "Je pense que dans la manière d'accueillir le changement, il avait deux choix", a-t-il déclaré suite à une question de Motorsport.com. "Il pouvait soit être déprimé, soit être reconnaissant du fait qu'il était toujours impliqué en Formule 1 et que Red Bull croyait toujours en lui."

Lire aussi :

"Je pense qu'il a embrassé cela au lieu d'être découragé. Et je pense qu'il y avait presque un léger soulagement également, car évidemment la pression ne fait que s'accentuer [en F1], et il a entamé la saison après deux accidents. Ensuite, il y a eu des courses vraiment difficiles pour lui, et vous les gars [les médias] n'avez pas non plus été très indulgents. Donc la pression n'a fait que s'accentuer, et je pense que ça a été une bonne chose de le soustraire à cette pression. C'est bien de le voir vraiment retrouver confiance chez Toro Rosso."

Et au vu de ses performances, il n'est pas exclu qu'il dispose d'une nouvelle chance au sein de l'écurie-mère. "Si nous n'avions pas cru qu'il était un candidat pour nous, nous l'aurions libéré de son contrat", a poursuivi Horner. "Mais évidemment, nous croyons toujours dans son talent et c'est pourquoi nous l'avons gardé dans le groupe."

partages
commentaires
Un problème de MGU-K a handicapé Grosjean en fin de GP

Article précédent

Un problème de MGU-K a handicapé Grosjean en fin de GP

Article suivant

Ferrari "pour la première fois" proche de Red Bull en courbe

Ferrari "pour la première fois" proche de Red Bull en courbe
Charger les commentaires
Frédéric Vasseur, le capitaine idéal pour un navire en F1 Prime

Frédéric Vasseur, le capitaine idéal pour un navire en F1

Deux dixièmes places lors des dernières courses ont permis à Alfa Romeo de se hisser en tête de la lutte parmi les écuries de fond de peloton, mais à plus long terme, l'équipe basée en Suisse a des ambitions bien plus grandes. Avec les nouvelles règles de 2022 qui devraient équilibrer les choses, le patron de l'écurie, Frédéric Vasseur, a de bonnes raisons d'être optimiste, comme il l'a expliqué à Motorsport.com dans une interview exclusive.

Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc Prime

Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc

Ferrari a impressionné en signant la pole position à Monaco et à Bakou. Voici comment la Scuderia a redressé la barre après une saison 2020 difficile.

Formule 1
18 juin 2021
Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1 Prime

Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1

Les victoires tant attendues des anciens pilotes de Formule 1 Marcus Ericsson et Kevin Magnussen le week-end dernier, respectivement en IndyCar et en IMSA, ont rappelé à la F1 ce qui lui manque. Mais avec les nouvelles règles visant à équilibrer le plateau, l'optimisme renaît quant à la possibilité pour davantage de pilotes de lutter pour des succès autrefois inespérés.

Formule 1
17 juin 2021
Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites Prime

Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites

Les conclusions de Pirelli sur les défaillances des pneus à Bakou n'ont pas complètement rejeté la faute sur les équipes, mais la fermeté de la réponse de la FIA laisse peu de place au doute.

Formule 1
16 juin 2021
L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1 Prime

L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1

Le travail en soufflerie constitue le fondement du développement aérodynamique d’une Formule 1. Cependant, les progrès de la recherche virtuelle annoncent la disparition de cet outil coûteux et compliqué.

Formule 1
15 juin 2021
Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull Prime

Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull

Sergio Pérez a passé la majorité de sa carrière à piloter en milieu de peloton, se demandant s'il aurait un jour une chance d'accéder à une équipe de pointe. Red Bull lui a donné cette opportunité, et bien que la vie au sommet soit difficile, le vainqueur de Bakou fait tout ce qu'il faut pour s'entendre avec Max Verstappen.

Formule 1
14 juin 2021
Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1 Prime

Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1

Le Grand Prix du Canada 2008 s'était apparenté à de véritables montagnes russes en piste comme en dehors, et avait été absolument passionnant à couvrir depuis le paddock. Voici pourquoi.

Formule 1
13 juin 2021
Un calendrier de 23 Grands Prix en péril Prime

Un calendrier de 23 Grands Prix en péril

Après l’annonce de l’annulation du Grand Prix de Singapour à cause des restrictions sanitaires en vigueur, la Formule 1 cherche des alternatives pour conserver un calendrier de 23 courses. Mais ce projet audacieux est-il voué à l’échec ?

Formule 1
12 juin 2021