Ferrari "pour la première fois" proche de Red Bull en courbe

Ferrari estime que son travail sur les réglages de sa monoplace a porté ses fruits à Interlagos, avec une vitesse de passage en courbe qui pouvait rivaliser avec celle des Red Bull pour la première fois de la saison.

Ferrari "pour la première fois" proche de Red Bull en courbe

Martelant le fait d'avoir adopté une approche différente dans ses réglages lors des deux derniers Grands Prix, qui explique la réduction de son avantage habituel en ligne droite, Ferrari souligne les progrès induits au niveau des passages en courbe. En choisissant d'accroître l'appui aérodynamique sur sa SF90, la Scuderia prétend avoir atteint à Interlagos un niveau qui lui permettait d'être quasiment aussi rapide que Red Bull dans les virages.

Les rumeurs vont bon train concernant la légalité de l'unité de puissance Ferrari, qui plus est suite à la publication de deux Directives Techniques par la FIA, et en l'absence de réclamation déposée par un concurrent. Néanmoins, Mattia Binotto insiste sur le tournant pris par son équipe avec le set-up de la monoplace, alors que dans le même temps c'est la vitesse de pointe des Red Bull qui a étonné au Brésil.

"Ils [Red Bull] étaient certainement rapides", constate le directeur de Ferrari. "Ils étaient rapides sur un tour, ils l'étaient dans les lignes droites aussi. Nous devons analyser ça, mais si je compare nos qualifications aux leurs, je crois que nous sommes presque à leur niveau lorsque l'adhérence est limitée. Et c'était serré également dans la ligne droite. Je pense donc que c'est un équilibre avec la configuration aéro, ça dépend ce que l'on choisit. C'est peut-être la toute première fois que nous sommes si proches d'eux lorsque l'adhérence est limitée, ce qui montre que Ferrari va dans une direction différente avec le set-up, pour donner un avantage dans les courbes."

Lire aussi :

À Interlagos, et avant l'accrochage polémique entre Sebastian Vettel et Charles Leclerc, Ferrari n'était pas à la lutte pour la victoire mais affichait un rythme en net progrès par rapport à la déception d'Austin. L'écurie italienne met une part de cette différence sur les problèmes rencontrées avec les pneus aux États-Unis.

"C'était [au Brésil] similaire à Mexico et aux courses précédentes", estime Mattia Binotto. "Nous manquons encore un peu de rythme en course. Pas tant que ça, mais certainement assez pour nous assurer de rester devant. Sebastian était facilement troisième, il était plus rapide qu'une Mercedes au moins, et qu'une Red Bull. En partant 14e, Charles aurait pu terminer sur le podium, donc je pense que la course était bonne."

"Austin était une mauvaise course pour nous. Elle n'était pas dans la continuité de toutes les autres. Ce qui s'est passé là-bas n'est pas encore très clair. Mais l'équilibre de la voiture n'était certainement pas bon, les pilotes ont commencé la course avec des difficultés à mettre de l'énergie dans les pneus pour les faire chauffer. C'est donc lié au set-up et aux pneus. Nous avons agi [à Interlagos], mais cela reste interne à l'équipe car c'est spécifique à la voiture."

Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W10, devant Sebastian Vettel, Ferrari SF90, Valtteri Bottas, Mercedes AMG W10, et Alexander Albon, Red Bull RB15

partages
commentaires
Red Bull salue l'attitude de Gasly après sa rétrogradation

Article précédent

Red Bull salue l'attitude de Gasly après sa rétrogradation

Article suivant

Remplaçant de Wolff, Allison regrette une "course chaotique"

Remplaçant de Wolff, Allison regrette une "course chaotique"
Charger les commentaires
Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1 Prime

Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1

Les victoires tant attendues des anciens pilotes de Formule 1 Marcus Ericsson et Kevin Magnussen le week-end dernier, respectivement en IndyCar et en IMSA, ont rappelé à la F1 ce qui lui manque. Mais avec les nouvelles règles visant à équilibrer le plateau, l'optimisme renaît quant à la possibilité pour davantage de pilotes de lutter pour des succès autrefois inespérés.

Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites Prime

Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites

Les conclusions de Pirelli sur les défaillances des pneus à Bakou n'ont pas complètement rejeté la faute sur les équipes, mais la fermeté de la réponse de la FIA laisse peu de place au doute.

Formule 1
16 juin 2021
L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1 Prime

L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1

Le travail en soufflerie constitue le fondement du développement aérodynamique d’une Formule 1. Cependant, les progrès de la recherche virtuelle annoncent la disparition de cet outil coûteux et compliqué.

Formule 1
15 juin 2021
Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull Prime

Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull

Sergio Pérez a passé la majorité de sa carrière à piloter en milieu de peloton, se demandant s'il aurait un jour une chance d'accéder à une équipe de pointe. Red Bull lui a donné cette opportunité, et bien que la vie au sommet soit difficile, le vainqueur de Bakou fait tout ce qu'il faut pour s'entendre avec Max Verstappen.

Formule 1
14 juin 2021
Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1 Prime

Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1

Le Grand Prix du Canada 2008 s'était apparenté à de véritables montagnes russes en piste comme en dehors, et avait été absolument passionnant à couvrir depuis le paddock. Voici pourquoi.

Formule 1
13 juin 2021
Un calendrier de 23 Grands Prix en péril Prime

Un calendrier de 23 Grands Prix en péril

Après l’annonce de l’annulation du Grand Prix de Singapour à cause des restrictions sanitaires en vigueur, la Formule 1 cherche des alternatives pour conserver un calendrier de 23 courses. Mais ce projet audacieux est-il voué à l’échec ?

Formule 1
12 juin 2021
Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré Prime

Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré

Jean Alesi a immédiatement marqué la Formule 1 lors de ses débuts avec Tyrrell, mais sa décision de rejoindre Ferrari plutôt que Williams en 1991 était une erreur de jugement, dans une saison au cours de laquelle les luttes politiques internes ont miné le développement de la monoplace...

Formule 1
11 juin 2021
Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego Prime

Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego

Les pilotes ont tendance à être égoïste, mais pas Riccardo Patrese. Retour sur la carrière d'un véritable gentleman.

Formule 1
9 juin 2021