Éliminé en Q1, Gasly ne perd pas espoir

Alors que les unités de puissance des Toro Rosso STR12 sont en fin de vie, Pierre Gasly et Brendon Hartley ont logiquement été éliminés en Q1, alors qu'en EL3, ils occupaient déjà les 18e et 20e places.

Éliminé en Q1, Gasly ne perd pas espoir
Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso STR12
Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso STR12
Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso STR12
Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso
Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso STR12
Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso STR12
Brendon Hartley, Scuderia Toro Rosso STR12
Brendon Hartley, Scuderia Toro Rosso STR12
Brendon Hartley, Scuderia Toro Rosso
Brendon Hartley, Scuderia Toro Rosso STR12
Brendon Hartley, Scuderia Toro Rosso STR12

Ce résultat est malvenu alors que Toro Rosso tente tant bien que mal de résister au retour de Renault et de Haas pour la sixième place du championnat des constructeurs. Il sera difficile à l'équipe de marquer des points demain pour mettre toutes les chances de son côté.

Malgré la déception, Pierre Gasly a un motif de satisfaction : les 747 millièmes de seconde qui le séparent de son coéquipier Brendon Hartley.

"C'est sûr qu'aujourd'hui, on a fait du mieux possible avec la voiture qu'on a", déclare Gasly au micro de Canal+. "Après, c'est compliqué avec les ultratendres, on n'arrive pas à les faire fonctionner, donc on a fait au mieux. J'ai réussi à faire un bon tour, à mettre tout ensemble. Par rapport à Brendon, j'ai mis un bon écart. C'est dommage qu'on n'ait pas plus de performance que ça pour pouvoir se battre un peu plus."

Lorsqu'il lui est demandé s'il garde espoir, le Normand répond : "Il faut toujours en avoir, de l'espoir, on ne sait jamais ce qui peut se passer en course. On va tout tenter, il peut se passer plein de choses. On va essayer de se battre, après c'est sûr que c'est compliqué. On va faire du mieux possible."

Hartley reconnaît des erreurs

Du côté de Hartley, il est évidemment plus difficile de voir le verre à moitié plein, alors que le Néo-Zélandais était bon dernier lors de cette séance. Honnête, il reconnaît ne pas avoir été irréprochable.

"Ça n'était pas parfait, on devait de toute façon partir derrière mais on n'a pas réussi à mettre un tour ensemble", commente celui qui a écopé de dix places de pénalité sur la grille de départ pour un changement de MGU-H.

"En tant qu'équipe, on a eu du mal tout le week-end. J'ai fait des erreurs dans mes deux tours lancés, mais j'ai hâte de faire mieux demain, espérons. On n'a pas réussi à avoir un équilibre qui nous plaise tout le week-end."

Hartley n'aura pas eu la tâche facile avec sept week-ends de course consécutifs en cette fin de saison – quatre en Formule 1, trois en WEC. Le pilote Porsche LMP1 est arrivé à Abu Dhabi après avoir participé aux 6 Heures de Bahreïn le week-end dernier, et a dû se réhabituer à sa monoplace.

"Ce n'est pas simple", souligne-t-il. "On pense que ça n'a pas d'influence, mais je n'ai clairement pas fait du bon travail aujourd'hui. En tout cas, notre côté du garage est en difficulté depuis le début du week-end. L'écart est dû au fait que je n'ai pas fait de tour propre, ce qui peut arriver, ça ne devrait pas mais c'est comme ça. Ça n'a pas été un bon tour du tout."

 
partages
commentaires
Todt fait confiance aux médecins de la FIA si Kubica revient
Article précédent

Todt fait confiance aux médecins de la FIA si Kubica revient

Article suivant

Alonso préfère la 11e place à la Q3 pour viser les points

Alonso préfère la 11e place à la Q3 pour viser les points
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021