L'accident de Spa aurait pu coûter cher à Giovinazzi

Après son accident à Spa-Francorchamps, Antonio Giovinazzi s'est retrouvé sous la menace directe de perdre son baquet en Formule 1. Sa réaction une semaine plus tard a inversé la tendance.

L'accident de Spa aurait pu coûter cher à Giovinazzi

Conservé par Alfa Romeo pour la saison 2020, Antonio Giovinazzi a sauvé son baquet au terme de sa première saison complète en Formule 1. Pourtant, la menace planait sur l'avenir de l'Italien, et le couperet n'était pas loin de tomber après son accident survenu lors du Grand Prix de Belgique. Alors huitième et en passe de marquer des points, il avait perdu le contrôle de sa monoplace à deux tours de l'arrivée. Mais dès la semaine suivante à Monza, il avait pris la neuvième place et rassuré sur ses capacités. Un rebond salvateur, si l'on en croit Frédéric Vasseur.

"C'était un gros choc pour tout le monde dans l'équipe [l'accident à Spa] car c'était une bonne opportunité", se souvient le directeur de l'écurie auprès de Motorsport.com. "Antonio était revenu de nulle part, et dans l'un des derniers tours il a eu cet accident. Nous avons eu une discussion difficile avec Antonio, car ce genre de choses peut décider d'une carrière. Nous réfléchissions à l'avenir. Nous avons dû nous réunir la semaine suivante et discuter de la situation, et il a eu une très bonne réaction."

Lire aussi :

Le rendez-vous du Grand Prix d'Italie a ainsi pris des allures de test ultime, dans un contexte alors compliqué pour Giovinazzi. "Il y avait beaucoup de pression, des tonnes d'invités, c'était la course à domicile d'Alfa Romeo, il était en conférence de presse donc il allait avoir énormément de questions au sujet de Spa", souligne Vasseur. "C'était le moment de réagir. Je crois qu'il a fait du très bon boulot, la pression était là. À Monza et Singapour, il a bien fait les choses, c'était bien de voir Antonio mener la course. C'était une très bonne réaction."

Après une première partie de saison compliquée, le pilote italien a su redresser la barre pour notamment afficher une plus grande régularité en course, tout en se mettant au niveau de son coéquipier Kimi Räikkönen en matière de rythme. "Dans mon esprit, la manière de réagir d'Antonio à Monza était très importante", insiste Vasseur. "C'était le vrai coup de pouce. Le problème pour Antonio est que nous étions en perte de performance lorsqu'il était au top. On peut être devant son coéquipier, mais [ça se voit moins] si c'est pour la 14e ou 15e place. Si c'est pour la sixième ou la septième, tout le monde parle de vous."

Le mouvementé Grand Prix du Brésil a ensuite permis de traduire cette progression en résultat concret, avec la cinquième place décrochée par Giovinazzi derrière Räikkönen. "Une chose est de se montrer dans l'équipe, l'autre est de marquer des points car dans le paddock, tout le monde est focalisé uniquement sur les résultats", rappelle Vasseur. "C'est difficile de faire une véritable analyse si l'on n'est pas impliqué au quotidien. Quelque part, ça retire un poids des épaules."

Propos recueillis par Scott Mitchell  

partages
commentaires
Pour Ferrari, un ex-patron d'équipe ne peut pas diriger la F1

Article précédent

Pour Ferrari, un ex-patron d'équipe ne peut pas diriger la F1

Article suivant

Steiner a cru le duo Grosjean-Magnussen devenu "ingérable"

Steiner a cru le duo Grosjean-Magnussen devenu "ingérable"
Charger les commentaires
Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc Prime

Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc

Ferrari a impressionné en signant la pole position à Monaco et à Bakou. Voici comment la Scuderia a redressé la barre après une saison 2020 difficile.

Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1 Prime

Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1

Les victoires tant attendues des anciens pilotes de Formule 1 Marcus Ericsson et Kevin Magnussen le week-end dernier, respectivement en IndyCar et en IMSA, ont rappelé à la F1 ce qui lui manque. Mais avec les nouvelles règles visant à équilibrer le plateau, l'optimisme renaît quant à la possibilité pour davantage de pilotes de lutter pour des succès autrefois inespérés.

Formule 1
17 juin 2021
Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites Prime

Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites

Les conclusions de Pirelli sur les défaillances des pneus à Bakou n'ont pas complètement rejeté la faute sur les équipes, mais la fermeté de la réponse de la FIA laisse peu de place au doute.

Formule 1
16 juin 2021
L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1 Prime

L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1

Le travail en soufflerie constitue le fondement du développement aérodynamique d’une Formule 1. Cependant, les progrès de la recherche virtuelle annoncent la disparition de cet outil coûteux et compliqué.

Formule 1
15 juin 2021
Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull Prime

Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull

Sergio Pérez a passé la majorité de sa carrière à piloter en milieu de peloton, se demandant s'il aurait un jour une chance d'accéder à une équipe de pointe. Red Bull lui a donné cette opportunité, et bien que la vie au sommet soit difficile, le vainqueur de Bakou fait tout ce qu'il faut pour s'entendre avec Max Verstappen.

Formule 1
14 juin 2021
Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1 Prime

Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1

Le Grand Prix du Canada 2008 s'était apparenté à de véritables montagnes russes en piste comme en dehors, et avait été absolument passionnant à couvrir depuis le paddock. Voici pourquoi.

Formule 1
13 juin 2021
Un calendrier de 23 Grands Prix en péril Prime

Un calendrier de 23 Grands Prix en péril

Après l’annonce de l’annulation du Grand Prix de Singapour à cause des restrictions sanitaires en vigueur, la Formule 1 cherche des alternatives pour conserver un calendrier de 23 courses. Mais ce projet audacieux est-il voué à l’échec ?

Formule 1
12 juin 2021
Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré Prime

Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré

Jean Alesi a immédiatement marqué la Formule 1 lors de ses débuts avec Tyrrell, mais sa décision de rejoindre Ferrari plutôt que Williams en 1991 était une erreur de jugement, dans une saison au cours de laquelle les luttes politiques internes ont miné le développement de la monoplace...

Formule 1
11 juin 2021