Grosjean : La F1 ne doit pas devenir aussi rude que la Formule E

partages
commentaires
Grosjean : La F1 ne doit pas devenir aussi rude que la Formule E
Par :
7 avr. 2019 à 15:32

Romain Grosjean soutient l'idée de commissaires moins sévères en Formule 1 concernant les standards de pilotage mais s'élève contre une approche qui rendrait la discipline aussi rude que la Formule E.

Comme Motorsport.com l'a révélé au cours du week-end du Grand Prix de Bahreïn, les commissaires FIA et le directeur de course Michael Masi ont rencontré les pilotes pour discuter de la meilleure manière de composer avec les règles concernant les luttes en piste. Cela est intervenu dans un contexte de recherche du bon équilibre à adopter entre des décisions trop dures qui empêcheraient les pilotes de se battre ou des décisions trop laxistes qui laisseraient les mauvais comportements se développer.

Lire aussi :

Romain Grosjean, qui est un des directeurs de l'Association des pilotes de Grand Prix (GPDA), a déclaré qu'il accueillerait avec joie une approche moins sévère, mais sans être trop extrême. "Je ne pense pas que nous souhaitions que ce soit n'importe quoi, mais je pense que si ça n'est pas intentionnel, que l'on tente un dépassement et que l'on bloque [une roue] et qu'on touche, ça n'est pas la fin du monde."

"Si vous faites une Grosjean à Spa 2012 ou une Hülkenberg à Spa l'an passé, OK, ce n'est pas intentionnel mais il y a de grosses conséquences donc il faut qu'il y ait pénalité. Même chose avec Pérez à Singapour [2018]. Mais dans le premier tour, si vous freinez un peu tard, ou comme j'ai eu à Austin avec Charles Leclerc ; je suis désolé, je l'ai fait partir en tête-à-queue mais sa course était déjà morte parce qu'il avait endommagé l'aileron avant et le fond plat, donc je pense que les conséquences n'étaient pas aussi importantes que ça."

"Je pense qu'il s'agit d'un incident de course. Sa course était compromise, donc que faire ? Je pense que nous devrions juste dire : 'Eh bien, c'est le premier tour, tout le monde veut une position'. Mais nous ne voulons pas [que ce soit comme] la Formule E, parce que je pense que la Formule E est allée un peu trop loin. De toute façon, quand vous touchez quelqu'un [en F1], votre voiture est abîmée."

Lire aussi :

Grosjean a salué les discussions avec les commissaires FIA, et notamment Garry Connelly, estimant important que les pilotes puissent donner leur point de vue. "Si je suis à la tête du GPDA, c'est parce que je suis intéressé par la discipline et que je veux la rendre meilleure."

"C'était vraiment bien que Garry et Michael écoutent ce que l'on avait à dire. Parce que le fait est que nous ne voulons pas arriver dans une zone de freinage en essayant de dépasser quelqu'un et en pensant 'Oh, si je bloque une roue et que je le touche, ça va être une pénalité'."

"On veut se battre. Il va y avoir des merdes au fil des 21 courses, mais ça s'équilibre, je pense, au final. Je crois que c'est une bonne chose qui nous puissions faire la course et nous battre."

"Évidemment, il y a des choses que l'on ne veut pas voir, et bouger au freinage en est une grosse, parce que pour moi c'est le plus grand danger de nos jours. Je pense qu'il s'agit de quelque chose où nous devons vraiment être stricts, pour le reste nous devrions être autorisés à nous battre et nous amuser."

Article suivant
Pourquoi vous devriez vous rendre au GP du Canada

Article précédent

Pourquoi vous devriez vous rendre au GP du Canada

Article suivant

Le point sur les évolutions technique vues à Bahreïn

Le point sur les évolutions technique vues à Bahreïn
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Romain Grosjean Boutique
Équipes Haas F1 Team
Auteur Jonathan Noble
Soyez le premier à recevoir
toute l'actu