Grosjean : "Une de mes meilleures courses de l'année"

Aux portes du top 10 à l'arrivée du Grand Prix d'Abu Dhabi, le pilote français n'a aucun regret, et se satisfait de pouvoir envisager la saison prochaine sereinement.

Grosjean : "Une de mes meilleures courses de l'année"
Lance Stroll, Williams FW40 leads Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-17
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-17
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-17, en lutte avec Lance Stroll, Williams FW40
Lance Stroll, Williams FW40, Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-17
Kevin Magnussen, Haas F1 Team et Romain Grosjean, Haas F1 Team, après la parade des pilotes
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-17
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-17
Romain Grosjean, Haas F1 Team
Kevin Magnussen, Haas F1 Team VF-17 et Pascal Wehrlein, Sauber C36 en lutte pour une position
Kevin Magnussen, Haas F1 Team
Kevin Magnussen, Haas F1 Team VF-17

Onzième du Grand Prix d'Abu Dhabi, Romain Grosjean a terminé à la porte des points après s'être élancé 16e sur la grille de départ. De quoi lui donner beaucoup de satisfaction, alors qu'il a dû mener une course d'attaque sur un tracé de Yas Marina peu favorable aux offensives.

Patient derrière Lance Stroll en tout début de premier relais, le Français a su trouver la clé pour venir à bout de la Williams du Canadien, au prix d'un dépassement aussi maîtrisé qu'intelligent à la suite des deux zones DRS. Il a ensuite pu profiter d'un meilleur rythme pour remonter et échouer finalement proche du top 10. Si la récompense n'est pas à l'arrivée, le pilote Haas estime avoir livré une belle prestation pour conclure sa saison.

"Je pense que c’est une de mes meilleures courses de l’année, clairement", confie Romain Grosjean au micro de Canal+. "J’ai tiré le maximum de la voiture du début à la fin. C’est vrai qu’avec Stroll, c’était compliqué, il avait énormément de puissance dans la ligne droite. J’ai tout utilisé : mode qualif, tout à fond, et ce n’était pas évident. Après l’avoir passé, j’ai pu faire un écart et j'ai essayé d’aller chercher le top 10. Les drapeaux bleus nous ont coûté un peu [de temps]."

"J'ai vraiment attaqué fort. J'ai essayé de faire de mon mieux. Je pense que c'était une superbe course, mais ce n'était pas suffisant pour être dans les points. J'ai tenté tout ce que je pouvais."

Une meilleure compréhension pour préparer 2018

Avec 28 points inscrits sur l'ensemble de sa campagne, le pilote Haas termine 13e du championnat tandis que l'écurie américaine, huitième chez les constructeurs, confirme sa position de l'année dernière. Si l'espoir était de faire mieux, Romain Grosjean pointe la meilleure situation dans laquelle lui et son team se trouvent aujourd'hui pour préparer la saison suivante, alors que les incertitudes étaient nombreuses en 2016 à pareille époque.

"Quoi qu’il en soit, on va dire que c’est une bonne année", estime-t-il. "On ne va pas se mentir : huitième au championnat constructeurs, on aurait voulu mieux. Mais c’est une bonne année, car on sait sur quoi on doit travailler pour l’an prochain. Fin 2016, on ne savait pas forcément quoi faire pour 2017, mais là, je sais quelle direction j’ai envie que l’équipe prenne pour 2018."

Magnussen dresse le bilan

Sur l'autre VF-17, Kevin Magnussen a connu un dimanche plus compliqué, qui a été compromis dès le départ avec un tête-à-queue. Le Danois a finalement terminé 13e du Grand Prix et pense déjà au bilan à tirer de sa première saison avec l'équipe américaine.

"Ça n'a pas été une mauvaise année", estime-t-il. "Bien sûr, je suis un peu déçu d'aujourd'hui. C'est frustrant d'être si proches de la septième place au championnat constructeurs et de ne pas y arriver. Nous n'avons pas été suffisamment solides pour le faire, mais nous reviendrons plus forts l'an prochain. Nous pouvons franchir un cap. "

"Nous avons une bonne base désormais, sur laquelle nous pouvons travailler pendant l'hiver. Nous connaissons la faiblesse de la voiture, et nous voulons l'améliorer considérablement pour l'année prochaine. Nous verrons comment ça se passera. Je pense que nous pouvons le faire."

partages
commentaires
Ocon, 8e : "Compliqué de faire beaucoup mieux"
Article précédent

Ocon, 8e : "Compliqué de faire beaucoup mieux"

Article suivant

Prost : Renault n'est "pas prêt à être Champion du monde"

Prost : Renault n'est "pas prêt à être Champion du monde"
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021