Grosjean remet en question le statut de constructeur en F1

Faut-il que toutes les écuries de Formule 1 conçoivent leur monoplace elles-mêmes ? Romain Grosjean n'en est pas convaincu.

Grosjean remet en question le statut de constructeur en F1

"Je trouve plutôt cool de voir une Racing Point se qualifier troisième à Silverstone et pouvoir potentiellement se battre pour les podiums." Dans un paddock où la plupart des teams semblent se liguer contre Racing Point, les commentaires de Romain Grosjean détonnent. La structure de Silverstone est sous le feu des projecteurs, s'étant ouvertement inspirée de la Mercedes W10 pour concevoir sa monoplace 2020.

Cette inspiration, en ce qui concerne les écopes de frein arrière, lui vaut un retrait de 15 points au championnat des constructeurs et 400 000 € d'amende, sanctions qui pourraient être réévaluées par la Cour d'Appel Internationale – appel a effectivement été fait par Renault, Ferrari… et Racing Point.

Lire aussi :

La question du partage de pièces entre deux écuries est cruciale pour l'écurie Haas, qui en acquiert auprès de Ferrari autant que le permet la réglementation. Toto Wolff, directeur de l'écurie Mercedes qui a fourni les plans de ses écopes de frein à Racing Point, est allé plus loin en comparant l'affaire actuelle à un partage de données entre Haas et la Scuderia l'année précédant les débuts de l'équipe américaine en Formule 1.

Lire aussi :

S'il n'a "même pas envie" de commenter une telle comparaison, Romain Grosjean se dit en revanche extrêmement favorable à davantage de similitudes entre les différentes monoplaces, afin que la hiérarchie soit plus serrée et que le pilote fasse davantage la différence.

"Je suis pour que les constructeurs offrent un maximum de pièces aux autres", déclare Grosjean. "Quel est l'intérêt que l'on ait dix équipes qui fabriquent dix boîtes de vitesses, dix suspensions, dix châssis, dix trucs différents, alors qu'au final, on fait la même chose ? Regardez en MotoGP, c'est ce qui se passe : [Johann] Zarco était en pole avec une Ducati de l'an dernier [à Brno], c'est une KTM officielle qui a gagné devant une Yamaha satellite et une Ducati satellite. Personne ne s'en plaint, c'est comme ça, et je trouve ça cool."

"De ce côté-là, je suis pour que l'on partage plus de choses, je suis pour qu'il y ait plus de bagarres, de possibilités de voir des choses différentes sur le podium. Depuis le premier matin des essais hivernaux, on sait que Lewis Hamilton va être Champion du monde ! Ça limite l'intérêt, quand même."

Lorsqu'il lui est fait remarquer que si Renault a en quelque sorte accepté de se faire devancer par ses clients Red Bull et McLaren, la réaction de Ferrari et Mercedes pourrait être tout autre, Grosjean souligne le besoin de changement dans le contexte actuel de crise économique.

"Le problème, c'est que l'on dit que l'on fait comme ça depuis les années 1970", poursuit-il. "Ça avance, ça évolue, ce ne sont plus les mêmes budgets. Il y a le coronavirus, le COVID-19 qui sont là. L'économie est compliquée pour tout le monde. Aujourd'hui, il y a beaucoup plus d'accès à des informations, à la télé… Je trouve juste que oui, j'aimerais qu'il y ait plus de bagarres, que ce soit plus un sport de pilotes. Peut-être qu'à l'époque il y avait plus de soucis techniques, donc cela ouvrait des brèches à certaines performances. Aujourd'hui, comme il n'y a pas de soucis techniques, les courses sont un peu monotones."

Pierre Gasly, AlphaTauri AT01, devant Romain Grosjean, Haas VF-20

Grosjean a un allié en Franz Tost, directeur de la Scuderia AlphaTauri, selon qui la définition actuelle du statut de constructeur n'est effectivement pas en phase avec la Formule 1 moderne.

"Mon opinion personnelle, c'est que les équipes devraient pouvoir acheter bien davantage à une autre écurie", déclare Tost. "Pourquoi ? Parce que pour moi, cette philosophie selon laquelle chaque équipe doit être un constructeur est dépassée. Je sais que tous les puristes de la Formule 1 disent : 'Ah, il faut être un constructeur. Chaque écurie doit tout concevoir elle-même'. Mais comment tout financer ? Nous avons atteint un si haut niveau du côté technique que les top teams ont des infrastructures fantastiques. Si quelqu'un veut venir en Formule 1 – voire si les écuries qui sont en F1 veulent rattraper leur retard – c'est très difficile, quasiment impossible."

"On dépense des millions. Et je pose la question : pour quoi ? Je pose la question : pourquoi chaque équipe devrait-elle avoir sa propre soufflerie, avoir ses propres outils de CFD [mécanique des fluides numérique, ndlr], avoir 500-600 employés ? Certes, le plafond budgétaire arrive. Il n'empêche qu'à mon avis, nous dépensons quand même trop d'argent, surtout dans ces circonstances économiques difficiles. Mais le règlement est ainsi. Je me rappelle l'époque où nous sommes arrivés en Formule 1 avec Toro Rosso, Red Bull Technology nous donnait une voiture vieille d'un an et nous courions avec un tiers du budget actuel. Bref, c'est mon avis."

partages
commentaires

Voir aussi :

Pironi : la tragédie du pilote vedette Ferrari le plus mal aimé

Article précédent

Pironi : la tragédie du pilote vedette Ferrari le plus mal aimé

Article suivant

La copie interdite ne change rien au modèle Racing Point

La copie interdite ne change rien au modèle Racing Point
Charger les commentaires
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021
Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison Prime

Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison

Il y a trente ans, Michael Schumacher réalisait des débuts étincelants en F1 à Spa, avec Jordan, avant de rapidement rejoindre Benetton pour le Grand Prix d'Italie. Ce transfert allait mener l'Allemand à sa première victoire un an plus tard et poser les bases de son ascension vers le titre, qu'il décrocherait en 1994.

Formule 1
14 sept. 2021
Les notes du Grand Prix d'Italie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Italie 2021

Après le Grand Prix d'Italie, quatorzième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
13 sept. 2021
La culture de Red Bull, un poids dans sa politique Prime

La culture de Red Bull, un poids dans sa politique

La stratégie par défaut de Red Bull, qui consiste à provoquer des réactions sur les réseaux sociaux chaque fois qu'elle ne parvient pas à obtenir ce qu'elle veut, fait beaucoup de bruit, mais n'a pas vraiment généré de résultats positifs pour l'équipe. Il est temps d'essayer une meilleure tactique.

Formule 1
12 sept. 2021
Monza, la fin tragique de Ronnie Peterson Prime

Monza, la fin tragique de Ronnie Peterson

Le Grand Prix d'Italie, à Monza, résonne aussi comme un rappel dramatique de l'accident qui fut fatal à Ronnie Peterson. C'était le 11 septembre 1978, il y a 43 ans.

Formule 1
11 sept. 2021
Comment le nouveau carter de boîte Ferrari améliore son aéro Prime

Comment le nouveau carter de boîte Ferrari améliore son aéro

La saison 2021 de la Formule 1 a posé des défis sans précédent aux équipes, car l'impact de la pandémie de COVID-19 les a empêchées de produire des voitures entièrement nouvelles.

Formule 1
10 sept. 2021