Steiner explique pourquoi Haas s'est voilé la face

Sortant de la saison la plus décevante de sa jeune Histoire en Formule 1, l'écurie Haas fait désormais son autocritique, à commencer par son directeur Günther Steiner, qui n'est apparemment pas exempt de tout reproche.

Steiner explique pourquoi Haas s'est voilé la face

Haas avait connu sa meilleure campagne en 2018, engrangeant 93 points et accrochant la cinquième place du championnat des constructeurs, mais le potentiel de la VF-19 s'est avéré difficile à exploiter et l'écurie américaine s'est retrouvée neuvième l'an passé, avec seulement 28 unités au compteur. La saison avait pourtant bien commencé avec la sixième place de Kevin Magnussen à Melbourne, mais les évolutions apportées à partir du Grand Prix d'Espagne se sont avérées contre-productives et Haas n'a quasiment plus marqué de points ensuite, malgré de belles performances en qualifications : l'équipe ne parvenait pas à tirer le meilleur des pneus Pirelli.

Lire aussi :

D'après Steiner, les bons résultats obtenus en 2018 ont peut-être eu pour conséquence un excès de confiance. Lorsqu'il lui est demandé si le Grand Prix de Bahreïn, deuxième manche de la saison 2019, a été le premier signe des problèmes de pneus, l'Italien répond : "Non, c'est la première fois qu'il est apparu que quelque chose n'allait pas, et nous nous sommes rendu compte que nous n'arrivions pas à gérer les pneus. Puis nous avons essayé de les faire fonctionner, de les influencer de l'extérieur au lieu d'aller voir si nous avions un problème aéro, car la voiture était bonne en qualifications."

Günther Steiner, Team Principal, Haas F1 Team

"À Barcelone, encore une fois, nous n'étions pas sûrs que les pneus fonctionnent, mais quand on a un bon résultat, on y croit. Peut-être qu'en ayant ces bons résultats au début, nous avons été un peu pris en traître, car en sortant d'une très bonne saison comme 2018, nous avons peut-être aussi été un peu trop sûrs de nous ; nous ne le savons que maintenant."

"Quand on ne sait pas où l'on se trouve, on ne réagit pas correctement, et une fois que l'on comprend vraiment le problème – à savoir lors de la trêve estivale – il est trop tard. Après la trêve estivale, on ne pense plus au circuit, nous étions simplement trop loin. Il était donc mieux de se concentrer sur 2020."

Les pilotes Haas, en particulier Romain Grosjean, n'ont pas manqué de manifester leur inquiétude quant à l'efficacité et à l'impact des évolutions apportées à la VF-19 à Barcelone. Steiner, honnête, reconnaît que l'écurie ne les a pas écoutés car ils s'étaient qualifiés septième et huitième, loin devant leurs concurrents directs.

"Nous avons eu un bon résultat [en Espagne]", relate-t-il. "Nous l'avons vu de nouveau en qualifications, mais pas en course, car il y a eu [un accident]. Nous n'avons donc pas su ce qui aurait pu se passer en course, mais la voiture aurait pu être compétitive à Barcelone. Par conséquent, peut-être qu'à Barcelone, nous avons un peu trop cru que la voiture était bonne partout. Cette voiture était bonne à Barcelone en particulier. À l'époque, les pilotes disaient donc que c'était bien. Nous sommes passés en Q3, je crois que nous nous y sommes qualifiés sixième ou septième, c'était très bien. Alors comment pouvions-nous dire que ce n'est pas bien ? Nous nous avons peut-être été un peu aveuglés par le résultat de 2018."

"Avec le recul, c'est facile de dire que je réagirais différemment à ce qui s'est passé à Barcelone. Je dirais : 'Les gars, il faut faire une réunion, il y a quelque chose qui ne colle pas'. Nous avons fait confiance aux résultats plus qu'aux données et aux pilotes. Nous avons fait confiance à ce qui était facile et agréable à croire, à savoir le résultat, et non à la réalité, qui n'était pas séduisante."

Propos recueillis par Jonathan Noble

partages
commentaires
Honda voit du Senna dans ses liens avec Verstappen

Article précédent

Honda voit du Senna dans ses liens avec Verstappen

Article suivant

Photos - Les vainqueurs F1 des années 2010

Photos - Les vainqueurs F1 des années 2010
Charger les commentaires
Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1 Prime

Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1

Le Grand Prix du Canada 2008 s'était apparenté à de véritables montagnes russes en piste comme en dehors, et avait été absolument passionnant à couvrir depuis le paddock. Voici pourquoi.

Un calendrier de 23 Grands Prix en péril Prime

Un calendrier de 23 Grands Prix en péril

Après l’annonce de l’annulation du Grand Prix de Singapour à cause des restrictions sanitaires en vigueur, la Formule 1 cherche des alternatives pour conserver un calendrier de 23 courses. Mais ce projet audacieux est-il voué à l’échec ?

Formule 1
12 juin 2021
Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré Prime

Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré

Jean Alesi a immédiatement marqué la Formule 1 lors de ses débuts avec Tyrrell, mais sa décision de rejoindre Ferrari plutôt que Williams en 1991 était une erreur de jugement, dans une saison au cours de laquelle les luttes politiques internes ont miné le développement de la monoplace...

Formule 1
11 juin 2021
Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego Prime

Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego

Les pilotes ont tendance à être égoïste, mais pas Riccardo Patrese. Retour sur la carrière d'un véritable gentleman.

Formule 1
9 juin 2021
Les notes du Grand Prix d'Azerbaïdjan 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Azerbaïdjan 2021

Après le Grand Prix d'Azerbaïdjan, sixième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
7 juin 2021
Comment Honda a transformé son moteur en rival de Mercedes Prime

Comment Honda a transformé son moteur en rival de Mercedes

Pour la première fois de l'ère turbo hybride, Red Bull mène les deux championnats après sa victoire au Grand Prix de Monaco.

Formule 1
5 juin 2021
Comment Amazon aide à façonner le futur de la F1 Prime

Comment Amazon aide à façonner le futur de la F1

Le partenariat entre la Formule 1 et Amazon Web Services se traduit par de nombreux graphiques servant à approfondir la compréhension des Grands Prix. Mais la discipline cherche également à améliorer le spectacle proposé en piste aux spectateurs.

Formule 1
2 juin 2021
Pourquoi la survie du GP de Monaco n'est pas menacée Prime

Pourquoi la survie du GP de Monaco n'est pas menacée

Les avis sont divisés sur la place du Grand Prix de Monaco au sein du calendrier de la Formule 1. Néanmoins, l'épreuve continue d'offrir un défi unique pour les pilotes et les équipes.

Formule 1
1 juin 2021