Haas explique son rythme étonnant lors des tests

L'écurie Haas F1 Team a été parmi les surprises des essais hivernaux de Barcelone, avec un rythme qui a impressionné les observateurs.

Les temps signés par Kevin Magnussen jeudi et par Romain Grosjean vendredi ont été d'autant plus impressionnants qu'ils sont arrivés après six jours relativement anonymes et loin d'être totalement tranquilles pour la structure américaine.

Même si la première semaine fut largement perturbée par les conditions climatiques, Haas fut parmi les moins assidus et, lors de la seconde semaine des tests, des problèmes techniques ont maintenu l'équipe fondée par Gene Haas à moins de 100 boucles par jour. Elle était d'ailleurs la seule à ne pas avoir accompli cela jusqu'au septième jour de roulage où non seulement Magnussen a parcouru 153 fois le tracé catalan mais il a aussi réalisé un temps lui offrant la sixième place du symbolique classement des pilotes au terme de ces tests.

Ce chrono en 1'18"360 est d'autant plus marquant et qu'il n'a pas été réalisé en gommes hypertendres comme pour les cinq pilotes devant lui, mais en supertendres. De plus, il ne pâlit pas vraiment quand on le compare à la meilleure marque absolue des deux semaines en pneus à flancs rouges, qui a été l'oeuvre de Kimi Räikkönen, en 1'18"292.

Même s'il s'agit d'essais hivernaux et qu'il est difficile de pouvoir aller au-delà des conjectures, la forme de Haas n'étonne pas Günther Steiner, son directeur, qui explique simplement : "Nous faisons fonctionner [les pneus]. Nous n’utiliserons pas les hypertendres ici. Nous avons fait fonctionner [tous les autres composés]."

"Les ultratendres, tout le monde a semblé avoir le même problème. Personne ne va plus vite en passant des supertendres aux ultratendres. Mais nous l’avons essayé désormais, et les conditions ici à partir de 11h30 ne se dégradent pas vite, ça se réchauffe. Nous avons travaillé sur les ultratendres et les comprenons un petit peu mieux. L’un dans l’autre, ça va plutôt bien."

Un travail qui semble pour le moment payant donc, pour un constructeur qui a depuis ses débuts en F1 souffert de problèmes qui ont toujours été difficiles à surmonter et n'ont jamais semblé vraiment être réglés.

En tout cas, en dehors de la question du fonctionnement des gommes, tout n'est pas parfait sur la VF-18, qui va nécessiter un peu de travail d'ici Melbourne. "Il n’y a pas eu beaucoup [d’évolutions], nous en avions ici et là. Nous avons eu quelques problèmes de fiabilité avec des pièces de carrosserie lors des premiers jours."

"Il faut les réparer et ça sera déjà une évolution de ce que nous avons aujourd’hui, car actuellement nous faisons un petit peu de compromis. Nous allons régler tout ça et ensuite ajouter quelques pièces que nous avions prévues avant."

Enfin, quand il lui est demandé ce qu'il pense de la hiérarchie après ces huit journées de préparation, il répond : "Le top 3 ? Je pense qu’actuellement, Mercedes est un petit peu devant mais, de nouveau, ce n’est pas encore terminé. C'est très serré également. Red Bull a progressé et Ferrari n’est pas mal. [Vendredi matin], ils étaient très bons et [jeudi aussi], donc je pense que ça va être très intéressant."

"Le [milieu du peloton] va être plus ou moins ce à quoi il ressemble. Parce que c’est très serré, il est difficile de faire des estimations pour l’instant. Nous verrons en Australie."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement Essais de mars à Barcelone
Circuit Circuit de Barcelona-Catalunya
Pilotes Romain Grosjean , Kevin Magnussen
Équipes Haas F1 Team
Type d'article Actualités
Tags barcelone, gunther steiner, tests