Chez Haas la fiabilité fait défaut, la confiance aussi

Günther Steiner, directeur de Haas, estime que son équipe doit améliorer la manière dont elle gère la course en surmontant un "problème de confiance" qui l'empêche de faire les bons choix stratégiques.

Chez Haas la fiabilité fait défaut, la confiance aussi
Charger le lecteur audio

Si Haas n'a pas manqué de rythme depuis le début de la saison 2022, l'équipe américaine n'occupe que la neuvième place du classement général, avec un compteur bloqué à 15 points depuis le Grand Prix d'Émilie-Romagne. La raison est simple : les hommes et femmes de Günther Steiner ont laissé filer de gros points à diverses occasions.

Le directeur d'équipe l'explique par un manque de confiance forgé par les deux saisons difficiles de 2020 et 2021, au cours desquelles l'écurie a entamé une longue descente vers le fond du classement. Selon lui, les stratèges de Haas ont été conditionnés par les mauvais résultats et ont donc perdu l'habitude de prendre des décisions importantes en course.

"Nous devons toujours faire mieux", a affirmé Steiner. "Nous devons mieux faire la [stratégie], nous devons travailler là-dessus. Ce n'est pas comme si l'on ne connaissait pas la stratégie et que l'on ne savait pas quoi faire mais, parfois, nous hésitons à prendre des décisions. Nous manquons un peu de confiance en nous. Et plus on fait d'erreurs, plus on manque de confiance. Au bout d'un moment, ça revient. Il faut quelques bons résultats et quelques bonnes décisions et ça revient. Donc nous devons travailler là-dessus."

"Après les deux années que nous avons eues, il y a un petit problème de confiance. On ne veut pas faire le mauvais choix et, parfois, ça nous empêche de faire le bon choix. Ça peut paraître bizarre mais c'est ce qui se passe lorsque l'on doit prendre ces décisions. Il faut les prendre en quelques secondes. Parfois, on se bloque et on ne prend pas de décision parce que l'on est un peu rouillé et que l'on ne veut pas prendre la mauvaise décision. On pense ensuite que ne pas prendre de décision est la bonne chose à faire, ce qui n'est pas le cas."

Mick Schumacher et Kevin Magnussen ont fait sept apparitions en Q3 mais n'ont inscrit des points que trois fois.

Mick Schumacher et Kevin Magnussen ont fait sept apparitions en Q3 mais n'ont inscrit des points que trois fois.

La stratégie n'est pas l'unique raison du manque de réussite de Haas, l'équipe américaine est également touchée par les problèmes de fiabilité et les incidents. Lors des quatre derniers Grands Prix, Kevin Magnussen a dû abandonner deux fois en raison de pannes moteur et s'est accroché deux fois avec Lewis Hamilton au départ.

"Concernant la fiabilité, Ferrari y travaille. Ils ne sont pas contents de ce qui s'est passé avec nous et ils sont évidemment dans le même bateau. Ils ont le même moteur, le même MGU-K, et ça pourrait arriver à n'importe qui d'entre nous", a ajouté Steiner.

"Je suis sûr que [Magnussen] sait que quand Hamilton n'est pas loin, il ne doit plus s'approcher de lui parce qu'il peut lui prendre quelque chose. Il y a toujours quelque chose qui joue contre nous. Nous aurions dû avoir 10 à 15 points de plus. Mais le conditionnel ne nous emmène nulle part. La seule chose que l'on peut faire, c'est garder le moral. Tout le monde est optimiste, quand nous nous sommes qualifiés cinquième et sixième [au GP du Canada], c'était une bonne journée et ça a été très bien exécuté."

Lire aussi :

partages
commentaires
Russell souffre un peu mais voit Mercedes dans le rythme de Ferrari
Article précédent

Russell souffre un peu mais voit Mercedes dans le rythme de Ferrari

Article suivant

L'équation complexe derrière la fin du marsouinage

L'équation complexe derrière la fin du marsouinage