Honda évalue ses options face au dilemme Hartley

Honda est en train d'évaluer ses options face au dilemme de la gestion des pièces moteur de Brendon Hartley, après le violent accident du pilote Toro Rosso à Barcelone.

Brendon Hartley a eu besoin d'une unité de puissance flambant neuve ainsi que d'une nouvelle boîte de vitesses après avoir perdu l'arrière et percuté le mur lors des Essais Libres 3 du Grand Prix d'Espagne.

Le Néo-Zélandais a ainsi été équipé de ses troisièmes MGU-H et turbo de la saison, Honda ayant changé ces deux pièces après un problème à Melbourne. Le quatrième élément de chaque sera synonyme de pénalité sur la grille.

"Nous réfléchissons à nos options", déclarait Toyoharu Tanabe, directeur technique Honda, à Motorsport.com à l'issue du week-end. "Nous évaluerons l'unité de puissance accidentée, mais les dégâts ont l'air conséquents. Honda évaluera ses options du côté de l'unité de puissance, puis nous travaillerons avec l'équipe pour savoir comment nous pouvons gérer la situation. Nous ne savons pas ce qui peut se passer à la prochaine course !"

Honda apporterait sa première évolution majeure à l'occasion du Grand Prix de Canada, mettant l'accent sur ses systèmes de récupération d'énergie, ce qui implique l'arrivée d'un nouveau MGU-H. Généralement, le turbo est également changé lorsqu'un nouveau package est utilisé.

Or, une pénalité de dix places est infligée dès qu'un élément supplémentaire est employé, avec cinq places de plus pour chaque autre élément.

Pour Honda et Toro Rosso, il s'agit de décider si Hartley encaissera cette pénalité dès l'arrivée de l'évolution ou s'il continuera avec les pièces actuelles pour réduire le nombre de courses que les deuxième et troisième spécifications de moteur devront effectuer.

Si Hartley parvenait à tenir jusqu'à la trêve estivale avec les pièces dont il a été équipé en Espagne, soit sept week-ends de Grand Prix et demi, il pourrait encaisser une pénalité en Belgique, sur un circuit qui y est favorable, car les opportunités de dépassement sont plus nombreuses à Spa-Francorchamps.

"Je n'ai pas réfléchi si loin, à vrai dire", reconnaît toutefois le pilote de la petite Scuderia, qui peut encore changer de moteur à combustion interne, de MGU-K, d'unité de contrôle électronique et de batterie sans être sanctionné.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Brendon Hartley
Équipes Toro Rosso
Type d'article Actualités