Réactions
Formule 1 GP du Canada

Leclerc : "C'était un enfer du début jusqu'à la fin"

Charles Leclerc a dû abandonner le Grand Prix du Canada. D'abord victime d'un problème moteur, puis d'une stratégie audacieuse qui n'a finalement pas payé, le pilote Ferrari a vécu un "enfer du début jusqu'à la fin".

Charles Leclerc, Ferrari SF-24, Yuki Tsunoda, RB F1 Team VCARB 01, Alex Albon, Williams FW46

Charles Leclerc a dû abandonner le Grand Prix du Canada ce dimanche, d'abord victime d'un problème moteur apparu seulement au troisième tour, puis d'une stratégie audacieuse qui l'a finalement handicapée. Ce problème moteur, dont l'origine est pour l'instant inconnue, faisait perdre au pilote Ferrari 1,2 seconde en ligne droite, soit entre 20 et 25 km/h.

Au 25e tour, au vu du rythme affaibli du Monégasque, Ferrari a tenté le tout pour le tout en appelant Leclerc au stand pour enfiler des pneus durs, alors que la pluie devait revenir sur le circuit Gilles-Villeneuve. Au moment de changer de gommes, le pilote a réinitialisé son moteur ce qui a semblé arranger le problème, tout en lui faisant perdre 30 secondes.

Cependant, ressorti dernier et à plus de 20 secondes du peloton, Leclerc est rentré au stand quelques tours plus tard pour remettre des intermédiaires, la piste étant trop mouillée pour des gommes slicks. Alors qu'il s'est fait prendre un tour par les leaders de la course, Ferrari a décidé de retirer la monoplace.

Malgré la difficulté de la course, Leclerc reconnaît que le risque de chausser les pneus à flancs blancs devait être pris par la Scuderia, puisqu'au vu de sa position au moment du premier pitstop, la course n'aurait rien rapporté.

"C'était un enfer du début jusqu'à la fin. On a eu un problème avec le moteur dès les premiers tours, on perdait 1,2 secondes dans les lignes droites", a expliqué Leclerc au micro de Canal+. "C'est resté jusqu'au pitstop, où on s'est arrêté pour mettre les slicks quand la piste était encore trop mouillée, mais il fallait qu'on prenne des risques parce que dans tous les cas, on allait finir en dehors des points."

Lire aussi :

"J'ai fait un reset de la voiture quand je suis arrivé aux stands et par magie, on sait pas ce qui s'est passé, mais ça marchait un peu mieux après, mais le couple en sortie de virage était super inconstant donc c'était impossible à piloter. Donc il va falloir qu'on regarde. Dans tous les cas, la course était perdue à partir du moment où on a eu ce problème moteur."

Interrogé sur une possible inquiétude pour les prochaines courses, le Monégasque ne semble pas perturbé, compte tenu du flou autour des causes de ce problème moteur : "Non ça ne m'inquiète pas forcément pour le reste de la saison, après il va falloir analyser ce qu'il s'est passé exactement, parce que je ne sais vraiment pas [de quoi il s'agit]."

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Ocon s'en prend à Alpine : "J'ai fait mon job, pas l'équipe"
Article suivant Famin calme le jeu et explique la consigne d'Alpine à Ocon

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France