Ocon : "Il n'y aura aucun joker" dans une saison raccourcie

Esteban Ocon n'est pas contre l'organisation d'une saison de F1 raccourcie à cause de la pandémie due au coronavirus, et le Français souligne l'importance de ne pas abandonner des courses si elles sont en nombre réduit.

Ocon : "Il n'y aura aucun joker" dans une saison raccourcie

La Formule 1 se dirige vers une raison nettement raccourcie à cause de la crise sanitaire du COVID-19. Sept Grands Prix ont déjà été reportés et trois ont été annulés à cause du confinement nécessaire pour réduire la propagation du virus, et l'incertitude règne quant à la suite de la saison, même si la F1 travaille sur la possibilité d'un lancement de saison en Autriche du 3 au 5 juillet, et que Silverstone et Barcelone visent aussi l'organisation d'un Grand Prix durant l'été.

Il semble inéluctable de vivre une saison nettement raccourcie, même si 15 à 18 GP sont pour le moment espérés. Pour Esteban Ocon, qui s'adressait à Sky Sports, ce format différent renforcera les pertes causées par un abandon : "Oui, c'est certain. Il n'y aura aucun joker, il n'y a pas de place pour des abandons. Ce sera très important de terminer toutes les courses, marquer tous les points disponibles et atteindre la ligne d'arrivée."

Lire aussi :

Charles Leclerc a quant à lui déclaré que si la saison est réduite en taille, les pilotes courront moins à l'économie et réfléchiront moins : "Si l'on a moins de courses, les gens voudront peut-être prendre un peu plus de risques. On pourrait avoir des surprises et ça pourrait être plus palpitant à regarder. Je suis sûr que Mercedes et Lewis [Hamilton] seront toujours les favoris, même si c'est un championnat à huit courses, il sera difficile de les battre. Mais il est probable que nous prenions un peu plus de risques, au moins en piste avec les dépassements ou dans les stratégies. Peut-être que ça paiera, peut-être que non."

L'autre question régulièrement soulevée par les discussions autour d'une saison raccourcie est celle de la légitimité du Champion du monde, avec moins de courses pour le couronner. Le règlement prévoit qu'il faut un minimum de huit courses pour attribuer les titres mondiaux, mais la longueur des dernières saisons amène le débat dans le cas d'une année 2020 à huit ou dix courses. Un débat qui n'a pas lieu d'être selon Sebastian Vettel, et Ocon se joint à l'avis du pilote Ferrari.

"Plus on peut faire [de courses], mieux ce sera pour le championnat", poursuit le Français. "Je suis d'accord que dix bonnes courses, si l'on peut faire ça voire un peu plus, seraient viables. Il y a assez de courses pour déterminer qui est le meilleur et qui ne l'est pas à la fin, et c'est pareil pour tout le monde. Tant que nous pouvons courir, je suis heureux."

Avec Jonathan Noble

partages
commentaires
Le jour où Senna gagna avec 0"01 d'avance !

Article précédent

Le jour où Senna gagna avec 0"01 d'avance !

Article suivant

Il y a 19 ans : le sort s'acharne sur Mika Häkkinen

Il y a 19 ans : le sort s'acharne sur Mika Häkkinen
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Esteban Ocon , Charles Leclerc
Auteur Emmanuel Touzot
À Imola, gros point d'interrogation sur la hiérarchie Prime

À Imola, gros point d'interrogation sur la hiérarchie

Mercedes a pris l'ascendant sur Red Bull lors des essais libres à Imola vendredi, mais les performances restent très serrées. L'écurie Championne du monde ne prend rien pour acquis, et les données difficilement lisibles confirment que cette méfiance est légitime.

Formule 1
17 avr. 2021
Ferrari progresse, mais il en faudra plus pour Leclerc Prime

Ferrari progresse, mais il en faudra plus pour Leclerc

La Scuderia Ferrari a débarqué à Imola après une bonne performance lors de la manche d’ouverture à Bahreïn. Mais pour Charles Leclerc, il reste encore du travail pour que Ferrari retrouve la place qu'elle mérite.

Formule 1
16 avr. 2021
Quels enjeux majeurs pour le GP d'Émilie-Romagne ? Prime

Quels enjeux majeurs pour le GP d'Émilie-Romagne ?

En Formule 1, trois semaines d’attente entre deux courses paraissent être une éternité. Avec un calendrier 2021 déjà modifié, les équipes se rendent à Imola pour reprendre la compétition après une manche d’ouverture exaltante à Bahreïn. Voici les différents enjeux et scénarios attendus pour ce Grand Prix d’Émilie-Romagne.

Formule 1
15 avr. 2021
Pourquoi la nouvelle structure de Williams épouse la tendance Prime

Pourquoi la nouvelle structure de Williams épouse la tendance

Williams a résisté à la marée pendant de nombreuses années mais l'ère du propriétaire-exploitant est révolue depuis longtemps.

Formule 1
14 avr. 2021
Le fond plat en Z est-il l'idéal en 2021 ? Prime

Le fond plat en Z est-il l'idéal en 2021 ?

Les équipes de Formule 1 semblent divisées concernant la meilleure solution pour les nouvelles règles sur le fond plat. Une fois de plus, deux tendances radicalement opposées apparaissent. Désormais, une question se pose : le tableau dressé lors du premier Grand Prix permet-il déjà d'indiquer qui est sur la bonne voie et qui ne l'est pas ?

Formule 1
13 avr. 2021
AlphaTauri sera-t-elle la surprise de 2021 ? Prime

AlphaTauri sera-t-elle la surprise de 2021 ?

Serait-il possible qu'AlphaTauri soit la grande surprise de la saison 2021 de Formule 1 ? Ce qui a été montré lors du Grand Prix de Bahreïn le suggère clairement.

Formule 1
13 avr. 2021
Quand Stirling Moss donnait une leçon sur le pilotage Prime

Quand Stirling Moss donnait une leçon sur le pilotage

Remémorons-nous quelques souvenirs marquants de Stirling Moss, légende du sport automobile, qui nous a quittés l'an dernier à l'âge de 90 ans.

Formule 1
12 avr. 2021
Le faible rake met Aston Martin à la croisée des chemins Prime

Le faible rake met Aston Martin à la croisée des chemins

Aston Martin peut-elle se sortir du trou dans lequel la réglementation aérodynamique de 2021 l'a envoyée ? Cette question, l'écurie britannique ne peut pas encore y répondre. En revanche, les récentes performances de Mercedes offrent un signe d'encouragement.

Formule 1
11 avr. 2021