Ce que cachent les dernières directives techniques sur les moteurs

Quand les boîtes aux lettres des écuries de F1 ont été submergées la semaine passée par quatre directives techniques consécutives de la FIA concernant la surveillance des moteurs, des questions se sont posées sur ce qui avait déclenché tout cela.

Ce que cachent les dernières directives techniques sur les moteurs

Avec en mémoire les procédures de la FIA sur le contrôle des unités de puissance suite à l'accord secret conclu avec Ferrari concernant le moteur 2019 de l'équipe italienne, il semblait difficile de croire que cela n'était pas connecté. D'un côté, certains ont directement lié la démarche à Maranello. Après tout, une partie de l'accord avec la fédération portait sur des engagements techniques afin d'aider à la surveillance de toutes les unités de puissance en F1 pour les saisons à venir. Mais d'un autre côté, la plupart des choses mises en place par la FIA la semaine passée correspondent exactement à ce que les rivaux de Ferrari, à savoir Mercedes et Red Bull, ont demandé une grande partie de la saison dernière.

Lire aussi :

La réalité se situe probablement entre les deux. La décision prise par la FIA s'inscrit dans le cadre d'un effort de l'instance dirigeante pour s'assurer que rien n'est laissé au hasard sur le front de l'unité de puissance afin de garantir que les équipes suivent les règles à la lettre. La F1 voulait éviter que les suspicions et les accusations qui ont entaché la saison passée ne refassent surface.

Il s'agissait davantage de clarifier, en coopération avec les équipes, des pistes qui, selon elles, existaient encore en dehors des règles, que d'essayer de mettre fin, dans un esprit de confrontation, à ce que l'une d'entre elles pouvait déjà faire. La FIA voulait simplement s'assurer que les contrôles, les capteurs, les mesures et les systèmes mis en place soient totalement fiables pour garantir que les équipes agissent dans les limites.

Quatre directives pour quatre domaines différents

Les directives techniques concernent quatre domaines différents des unités de puissance : les systèmes de récupération d'énergie, la consommation d'huile, les capteurs de pression et de température ainsi que la mesure de la consommation de carburant.

Concernant la surveillance de l'énergie et de la puissance liées à l'ERS, la directive TD/018-20 a confirmé le plan précédemment évoqué d'ajouter un nouveau capteur crypté pour mesurer la puissance de l'ERS. L'idée est qu'il soit monté sur les monoplaces du top 3 (Mercedes, Ferrari, Red Bull) dès le début de la saison avant d'être étendu aux autres structures plus tard. Ce qui est véritablement nouveau à ce sujet, c'est la limitation de la fréquence à laquelle les équipes peuvent demander de la puissance. En effet, cela réduit l'intérêt pour les écuries de procéder à des modifications soudaines des niveaux de puissance, qui pourraient fausser les mesures des capteurs FIA.

Concernant la consommation d'huile, et dans la lignée de la nouvelle limite de 0,3 litres pour 100 km entrée en vigueur cette année, la FIA a clairement établi dans la directive TD/019-20 la manière dont les mesures allaient être effectuées afin d'obtenir les résultats les plus précis possibles et de s'assurer que les équipes ne puissent pas rajouter de l'huile ou utiliser des lubrifiants pour ajouter des produits chimiques à l'essence.

Lire aussi :

Dans la directive TD/020-20, la FIA a souligné l'information concernant les débitmètres et les capteurs de pression et de température des unités de puissance afin de clarifier auprès des écuries la manière dont les mesures allaient être effectuées.

Et enfin, dans la directive TD/021-20, concernant la mesure du carburant consommé, une mise à jour à été faite au sujet de la méthodologie employée par la FIA pour ses procédures en tenant compte des expériences de l'année passée, avec notamment la controverse entourant le carburant supplémentaire mystérieusement ajouté à la Ferrari de Charles Leclerc avant le Grand Prix d'Abu Dhabi.

Aucune des quatre actions mises en avant par la FIA ne va changer la donne en F1, et aucune ne vise spécifiquement à exclure une pratique d'une des écuries. Au lieu de ça, la fédération a exprimé de façon claire son intention de surveiller de très près tout ce que les structures font autour de leurs moteurs. Il s'agit d'écouter, d'observer, d'améliorer et d'agir afin de garantir aux équipes de pouvoir opérer confortablement et dans les limites sans qu'il y ait de tentation ou de possibilité d'essayer d'exploiter les zones grises d'ici le début de la saison.

partages
commentaires
Pirelli relance le développement des pneus 18 pouces

Article précédent

Pirelli relance le développement des pneus 18 pouces

Article suivant

Briatore ne peut départager Schumacher et Alonso

Briatore ne peut départager Schumacher et Alonso
Charger les commentaires
Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1 Prime

Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1

Les victoires tant attendues des anciens pilotes de Formule 1 Marcus Ericsson et Kevin Magnussen le week-end dernier, respectivement en IndyCar et en IMSA, ont rappelé à la F1 ce qui lui manque. Mais avec les nouvelles règles visant à équilibrer le plateau, l'optimisme renaît quant à la possibilité pour davantage de pilotes de lutter pour des succès autrefois inespérés.

Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites Prime

Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites

Les conclusions de Pirelli sur les défaillances des pneus à Bakou n'ont pas complètement rejeté la faute sur les équipes, mais la fermeté de la réponse de la FIA laisse peu de place au doute.

Formule 1
16 juin 2021
L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1 Prime

L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1

Le travail en soufflerie constitue le fondement du développement aérodynamique d’une Formule 1. Cependant, les progrès de la recherche virtuelle annoncent la disparition de cet outil coûteux et compliqué.

Formule 1
15 juin 2021
Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull Prime

Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull

Sergio Pérez a passé la majorité de sa carrière à piloter en milieu de peloton, se demandant s'il aurait un jour une chance d'accéder à une équipe de pointe. Red Bull lui a donné cette opportunité, et bien que la vie au sommet soit difficile, le vainqueur de Bakou fait tout ce qu'il faut pour s'entendre avec Max Verstappen.

Formule 1
14 juin 2021
Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1 Prime

Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1

Le Grand Prix du Canada 2008 s'était apparenté à de véritables montagnes russes en piste comme en dehors, et avait été absolument passionnant à couvrir depuis le paddock. Voici pourquoi.

Formule 1
13 juin 2021
Un calendrier de 23 Grands Prix en péril Prime

Un calendrier de 23 Grands Prix en péril

Après l’annonce de l’annulation du Grand Prix de Singapour à cause des restrictions sanitaires en vigueur, la Formule 1 cherche des alternatives pour conserver un calendrier de 23 courses. Mais ce projet audacieux est-il voué à l’échec ?

Formule 1
12 juin 2021
Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré Prime

Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré

Jean Alesi a immédiatement marqué la Formule 1 lors de ses débuts avec Tyrrell, mais sa décision de rejoindre Ferrari plutôt que Williams en 1991 était une erreur de jugement, dans une saison au cours de laquelle les luttes politiques internes ont miné le développement de la monoplace...

Formule 1
11 juin 2021
Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego Prime

Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego

Les pilotes ont tendance à être égoïste, mais pas Riccardo Patrese. Retour sur la carrière d'un véritable gentleman.

Formule 1
9 juin 2021