Un problème d'ERS déjà existant s'est "amplifié" chez Renault

partages
commentaires
Un problème d'ERS déjà existant s'est
Scott Mitchell
Par : Scott Mitchell
10 mars 2017 à 08:18

Renault a reconnu que les essais hivernaux de Barcelone avait mis davantage en avant un problème avec l'ERS de ses unités de puissance, qui avait déjà été détecté au banc d'essai. Des "correctifs" sont espérés pour Melbourne.

Un commissaire aide à monter la voiture de Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team RS17, sur l'arrière d'un camion
Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team RS17 à l'arrière sur la piste
Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team RS17 à l'arrêt sur le circuit
Remi Taffin, directeur technique moteur Renault Sport F1
Max Verstappen, Red Bull Racing RB13, à l'arrêt sur la piste
Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team RS17
Daniil Kvyat, Scuderia Toro Rosso STR12
Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team RS17
Sebastian Vettel, Ferrari SF70H, devant Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team RS17 et Esteban Ocon, Force India VJM10 out of the pit lane

Après avoir déjà rencontré des problèmes lors des journées précédentes chez ses équipes clientes Red Bull et Toro Rosso, l'unité de puissance Renault a trahi Jolyon Palmer sur la R.S.17 de l'équipe d'usine mardi matin, occasionnant un changement de moteur et une perte considérable de temps de piste. Mercredi, c'est Max Verstappen qui avait souffert de problèmes de MGU-K chez Red Bull, avant que Palmer ne soit à nouveau victime jeudi d'une défaillance, de l'ERS cette fois.

"Nous avons un tout nouveau groupe propulseur en 2017 et notre kilométrage a été limité sur un élément nouveau de l’ERS cette semaine", reconnaît Rémi Taffin, directeur technique moteur de Renault. "Nous avions vu des problèmes similaires lors du développement sur les bancs, mais cela s’est amplifié en piste. Des correctifs sont déjà en route et nous espérons les mettre en place à Melbourne pour atteindre le niveau requis de fiabilité en début de saison. Cela a néanmoins eu une incidence sur notre roulage à Barcelone et nous avons revu nos plans du jour."

Ces problèmes ont limité le temps de piste chez Renault, qui n'a parcouru que 509 tours au cours des sept premiers jours d'essais. Un total qui n'est supérieur qu'à celui de Toro Rosso et de McLaren-Honda.

"Sur le plan des performances, nous sommes contents d’avoir accompli un solide pas en avant et il y en aura davantage à venir durant l’année. Nous en apprenons tous les jours sur la voiture, il s’agit donc de progrès constants", tempère toutefois Rémi Taffin.

Frustration pour Palmer

Les ennuis survenus jeudi ont incité Renault à modifier son programme, puisque Palmer n'a pas été épargné par les problèmes de fiabilité depuis le début des essais. Le Britannique a ainsi repris le volant de la R.S.17 l'après-midi, alors qu'il devait initialement le céder à Nico Hülkenberg.

"C’était une journée assez frustrante avec des interruptions de notre côté, mais aussi d’autres en piste", a résumé le Britannique jeudi soir. "Nous n’avons jamais semblé pouvoir nous mettre dans le rythme et je n’ai pas eu les mêmes sensations qu’auparavant. Nous examinons en profondeur les données pour comprendre où nous devons progresser, car nous savons que le potentiel est là. J’espère une meilleure journée [vendredi] pour conclure les essais."

Article suivant
Stats Barcelone - Le kilométrage des équipes après sept jours

Article précédent

Stats Barcelone - Le kilométrage des équipes après sept jours

Article suivant

Haas - Le top 3 pourrait avoir 1,5s d'avance sur le reste du peloton

Haas - Le top 3 pourrait avoir 1,5s d'avance sur le reste du peloton
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Jolyon Palmer
Équipes Renault F1 Team
Auteur Scott Mitchell
Type d'article Actualités