Qualifs - Hamilton, le tour parfait à Shanghai

Lewis Hamilton a signé la pole position du Grand Prix de Chine 2017 de Formule 1, devant Sebastian Vettel et Valtteri Bottas.

Qualifs - Hamilton, le tour parfait à Shanghai
Antonio Giovinazzi, Sauber
Marcus Ericsson, Sauber C36
Stoffel Vandoorne, McLaren MCL32
Fernando Alonso, McLaren
Sergio Perez, Force India
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR12
Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team RS17
Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team Sport F1
Romain Grosjean, Haas F1 Team
Kevin Magnussen, Haas F1 Team
Daniil Kvyat, Scuderia Toro Rosso
Esteban Ocon, Force India VJM10
Lance Stroll, Williams FW40
Lance Stroll, Williams FW40
Max Verstappen, Red Bull Racing
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing, et Max Verstappen, Red Bull, signent des autographes
Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W08, quitte le garage
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W08
Sebastian Vettel, Ferrari
Kimi Raikkonen, Ferrari

Avant la séance de qualifications, le seul roulage sur piste sèche a eu lieu à l'occasion des EL3, lors desquels les Ferrari ont trusté les avant-postes, avec une belle marge de manoeuvre sur les seuls concurrents dans la même seconde : les Mercedes, reléguées à trois et cinq dixièmes, mais dont les tours sont perfectibles.

Q1 - Problèmes pour Verstappen, Giovinazzi dans le mur

Ce sont les Sauber qui ouvrent le bal de cette séance de qualifications, Giovinazzi manque d'ailleurs de percuter un petit oiseau, mais pas l'occasion de devancer son équipier Ericsson. Les temps évoluent à mesure que les voitures plus performantes franchissent la ligne, dont la Mercedes de Hamilton, qui est contraint à un ralentissement de dernière minute en raison d'un tête-à-queue de Grosjean en sortie du dernier virage, sans conséquences. Le Britannique, en supertendres, prend très provisoirement les commandes malgré tout, en 1'33"333, rapidement dépassé par la Ferrari de Vettel, 0"255 plus vite, en tendres. Räikkönen et Bottas suivent ensuite.

Ricciardo est en cinquième place, à un peu moins d'une seconde de Vettel, alors que Verstappen rencontre lui des problèmes de logiciel ; le Néerlandais doit rentrer aux stands, où la FIA l'invite à une pesée, comme elle en a le droit durant les séances. À cinq minutes de la fin de cette Q1, Grosjean et Verstappen sont aux deux dernières positions, Stroll, Ocon et Palmer les accompagnant provisoirement dans cette zone rouge.

Le Québécois réalise un bon 1'33"986 pour figurer dans le top 5, pendant que le pilote Red Bull souffre, son problème persistant alors qu'il effectue sa dernière tentative. Avec le bon chrono de Stroll, Vandoorne se retrouve dans la zone rouge et ne parvient pas à en sortir. La plupart des autres pilotes sont en amélioration quand Giovinazzi part à la faute au sortir du dernier virage : contrairement à Grosjean, il percute le mur et détruit sa Sauber, provoquant un drapeau jaune dans ce dernier secteur, empêchant la moindre progression significative. Palmer et Grosjean sont d'ailleurs sous enquête des commissaires pour un soupçon de non ralentissement sous drapeau jaune.

Éliminés en Q1 : Vandoorne, Grosjean, Palmer, Verstappen et Ocon 

Q2 - Sainz pas au rendez-vous

Le début de cette seconde partie de séance est retardé pour laisser le temps aux commissaires de piste de réparer la barrière abîmée dans l'accident de la Sauber.

Une fois cela fait, les pilotes prennent la piste : Räikkönen est le premier favori à inscrire un temps, en supertendres, avec 1'32"602, mais Vettel améliore de deux dixièmes. Hamilton et Bottas se classent entre les deux Ferrari, le Britannique 0"015 et le Finlandais 0"161 derrière l'Allemand. Les plus proches concurrents, à savoir Ricciardo et Massa, sont repoussés à plus d'une seconde.

Avant la dernier salve, Alonso, Hülkenberg, Magnussen et Ericsson sont dans la zone rouge, alors que Giovinazzi, qui était du coup qualifié pour cette Q2, a passé sa contrôle de visite au centre médical avant de revenir à pieds dans le paddock. Le pilote Renault parvient à remonter dans la hiérarchie et est le seul à se sortir de la zone à risque (il s'agit d'ailleurs de la première qualifications en Q3 pour une Renault depuis le rachat de Lotus), ce qui met Sainz en difficulté puisque l'Espagnol ne parvient pas, lui, à progresser suffisamment ; il est éliminé pour 0"060 face à Stroll. Il est à noter que Räikkönen a amélioré son temps dans les derniers instants, en 1'32"181 sur un nouveau train de gommes supertendres, ce qui constitue le record du circuit.

Éliminés en Q2 : Sainz, Magnussen, Alonso, Ericsson et Giovinazzi

Q3 - Hamilton sort le tour parfait 

Hamilton est le premier à se lancer à l'assaut du circuit de Shanghai : il réalise 1'31"902, avec une glissade à l'entame du dernier secteur. C'est tout de même le meilleur temps de cette première salve puisque Vettel signe lui 1'32"086 ; Bottas est repoussé à 0"363 et Räikkönen, qui se plaint de son adhérence, à 0"714. Ricciardo est cinquième, repoussé à 1,3 seconde, Hülkenberg sixième à 1,6 seconde. L'Allemand quitte d'ailleurs son baquet pour ce qui sera sa seule tentative, alors qu'au contraire Stroll et Pérez n'ont eux pas encore inscrit de temps.

La deuxième et dernière salve débute avec Hamilton à nouveau : le triple Champion du monde signe 1'31"678, au terme d'un tour parfait qui constitue le nouveau record du tracé, Bottas améliore sensiblement en échouant à 0"187 de son équipier mais Vettel parvient à s'intercaler pour un petit millième devant le Finlandais ! 

C'est la 63e pole position de Lewis Hamilton en Formule 1.

Sondage mondial des fans 2017

Q1

 PiloteÉquipeTrsTempsÉcart
1 germany Sebastian Vettel  Ferrari 3 1'33.078  
2 united_kingdom Lewis Hamilton  Mercedes 4 1'33.333 0.255
3 finland Kimi Räikkönen  Ferrari 3 1'33.341 0.263
4 finland Valtteri Bottas  Mercedes 5 1'33.684 0.606
5 canada Lance Stroll  Williams 8 1'33.986 0.908
6 australia Daniel Ricciardo  Red Bull 3 1'34.041 0.963
7 brazil Felipe Massa  Williams 3 1'34.205 1.127
8 russia Daniil Kvyat  Toro Rosso 5 1'34.440 1.362
9 germany Nico Hülkenberg  Renault 7 1'34.453 1.375
10 spain Fernando Alonso  McLaren 5 1'34.499 1.421
11 spain Carlos Sainz Jr.  Toro Rosso 5 1'34.567 1.489
12 mexico Sergio Pérez  Force India 6 1'34.657 1.579
13 sweden Marcus Ericsson  Sauber 9 1'34.892 1.814
14 denmark Kevin Magnussen  Haas 6 1'34.942 1.864
15 italy Antonio Giovinazzi  Sauber 8 1'34.963 1.885
16 belgium Stoffel Vandoorne  McLaren 6 1'35.023 1.945
17 france Romain Grosjean  Haas 6 1'35.223 2.145
18 united_kingdom Jolyon Palmer  Renault 6 1'35.279 2.201
19 netherlands Max Verstappen  Red Bull 7 1'35.433 2.355
20 france Esteban Ocon  Force India 8 1'35.496 2.418

Q2

 PiloteÉquipeTrsTempsÉcart
1 finland Kimi Räikkönen  Ferrari 6 1'32.181  
2 germany Sebastian Vettel  Ferrari 6 1'32.391 0.210
3 united_kingdom Lewis Hamilton  Mercedes 3 1'32.406 0.225
4 finland Valtteri Bottas  Mercedes 3 1'32.552 0.371
5 australia Daniel Ricciardo  Red Bull 3 1'33.546 1.365
6 germany Nico Hülkenberg  Renault 6 1'33.636 1.455
7 brazil Felipe Massa  Williams 5 1'33.759 1.578
8 mexico Sergio Pérez  Force India 6 1'33.920 1.739
9 russia Daniil Kvyat  Toro Rosso 6 1'34.034 1.853
10 canada Lance Stroll  Williams 7 1'34.090 1.909
11 spain Carlos Sainz Jr.  Toro Rosso 6 1'34.150 1.969
12 denmark Kevin Magnussen  Haas 6 1'34.164 1.983
13 spain Fernando Alonso  McLaren 6 1'34.372 2.191
14 sweden Marcus Ericsson  Sauber 6 1'35.046 2.865
15 italy Antonio Giovinazzi  Sauber 0    

Q3

 PiloteÉquipeTrsTempsÉcart
1 united_kingdom Lewis Hamilton  Mercedes 6 1'31.678  
2 germany Sebastian Vettel  Ferrari 6 1'31.864 0.186
3 finland Valtteri Bottas  Mercedes 6 1'31.865 0.187
4 finland Kimi Räikkönen  Ferrari 6 1'32.140 0.462
5 australia Daniel Ricciardo  Red Bull 6 1'33.033 1.355
6 brazil Felipe Massa  Williams 6 1'33.507 1.829
7 germany Nico Hülkenberg  Renault 3 1'33.580 1.902
8 mexico Sergio Pérez  Force India 3 1'33.706 2.028
9 russia Daniil Kvyat  Toro Rosso 6 1'33.719 2.041
10 canada Lance Stroll  Williams 3 1'34.220 2.542
partages
commentaires
La grille de départ du Grand Prix de Chine

Article précédent

La grille de départ du Grand Prix de Chine

Article suivant

Giovinazzi, passé en Q2... grâce à son accident

Giovinazzi, passé en Q2... grâce à son accident
Charger les commentaires
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021