Racing Point : "Ce n'est pas un retour à la normale"

Les usines des écuries rouvrent tour à tour leurs portes et chacun se prépare désormais à débuter la saison 2020 en Autriche, début juillet. Néanmoins, comme le rappelle Otmar Szafnauer à la tête de l'équipe Racing Point, la vigilance ne doit pas retomber alors que le coronavirus n'a pas disparu.

Racing Point : "Ce n'est pas un retour à la normale"

Lire aussi :

La fermeture de l'usine étant désormais terminée, est-ce un retour à la normale à Silverstone ?

Si la suspension des activités est en effet levée, nous ne prenons absolument rien pour acquis. Pour répondre directement à la question, ce n'est pas un retour à la normale, c'est une adaptation à une nouvelle normalité dans laquelle nous sommes désormais. Nous devons continuer à être vigilants dans nos efforts pour réduire la propagation du virus, protéger la santé et le bien-être de nos collègues. La situation continue à évoluer et nous sommes prêts à nous adapter comme demandé.

Quel a été le travail fourni pour préparer l'usine et l'entreprise au retour du personnel ?

Il y a eu énormément de travail afin de préparer notre usine de Silverstone et nos bureaux de Brackley. Nous sommes allés au-delà des recommandations du gouvernement pour faire de notre usine un lieu de travail sûr. Nous devons naturellement nous adapter à une nouvelle manière de travailler et nous croyons que les mesures mises en place assureront à chacun de travailler en sécurité et efficacement.

Quelles mesures ont été mises en place pour protéger les membres de l'écurie à l'usine ?

Nous prenons toutes les mesures nécessaires pour réduire toute probabilité d'exposition au virus. La liste est longue, avec la mise en place d'une entrée et d'une sortie spécifiques, des prises de températures, la fourniture de l'équipement de protection, des horaires décalés, etc. Nous continuons également à suivre les recommandations du gouvernement en demandant uniquement aux employés qui ne peuvent pas être en télétravail de revenir à l'usine. En limitant le personnel sur site, nous pouvons rendre l'environnement plus sûr pour ceux qui doivent s'y rendre.

Les mécaniciens Racing Point dans la voie des stands

Quel est votre message à ceux qui reviennent travailler et à ceux qui travaillent depuis chez eux pour que l'écurie reste opérationnelle ?

Voir l'usine rouvrir donne de la motivation à tout le monde et c'est une étape importante qui nous rapproche du retour à la course, en juillet. Bien sûr, nous avons tous hâte de retourner faire ce que nous aimons, mais protéger nos collègues et nos infrastructures du coronavirus est la priorité absolue. Beaucoup de temps, de réflexion et d'efforts ont été consacrés à la réalisation de cet objectif et ce sera encore le cas. À ceux impliqués dans ce processus, j'exprime ma plus profonde gratitude. À ceux qui reviennent, je reconnais leur investissement et je les assure que nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour qu'ils restent en bonne santé, ainsi que leurs proches.

Le nouveau calendrier européen vient d'être annoncé, avec un double Grand Prix en Autriche. Êtes-vous heureux de reprendre la compétition ?

Avant toute chose, sur un plan personnel et au nom de l'équipe, j'applaudis le travail qui a été fait par tous les acteurs majeurs ces trois derniers mois afin de nous permettre de reprendre. La sécurité est primordiale et nous prenons tous notre retour sur les circuits avec responsabilité. Clairement, ce ne sera pas pareil sans les fans dans les tribunes, leur enthousiasme et leur soutien nous manqueront, mais c'est raisonnable de lancer la saison à huis clos. Le faire en Autriche est particulièrement bien pour nous, compte tenu de nos liens avec ce pays à travers BWT.

Lire aussi :

Le moins que l'on puisse dire, c'est que les mois à venir s'annoncent chargés. Avez-vous des inquiétudes quant à l'incidence de ce calendrier sur l'équipe ?

Ce seront quelques mois intenses pour nous tous. Mais ce calendrier a fait l'objet d'une réflexion approfondie de la part de tous les acteurs concernés, y compris les équipes, la Formule 1, la FIA, les circuits, etc. Nous sommes tous d'accord sur le fait que ce qui est proposé est faisable, et tel que je connais notre équipe, ils sont prêts à relever le défi. Au bout du compte, nous sommes tous des compétiteurs. C'est notre passion et nous sommes enthousiastes à l'idée de reprendre.

L'équipe a-t-elle la moindre appréhension à l'idée de se rendre sur les Grands Prix et à travailler dans le paddock alors que le coronavirus est encore présent dans le monde entier ?

Je pense que ce sera étrange pour nous tous de monter dans un avion, de s'envoler vers un autre pays et de se rendre sur un circuit après une si longue absence. L'agencement en arrivant dans le paddock sera très différent aussi, c'est certain, mais tout comme nous nous sommes adaptés chez nous, je suis confiant pour que nous le fassions en dehors. Les processus et les procédures que nous avons mis en place afin de protéger chacun à l'usine s'appliqueront sur le circuit de manière tout aussi stricte, si ce n'est plus.

partages
commentaires
Leclerc, un mélange de Schumacher et Räikkönen ?

Article précédent

Leclerc, un mélange de Schumacher et Räikkönen ?

Article suivant

Binotto serait "très heureux" que Vettel rejoigne Mercedes

Binotto serait "très heureux" que Vettel rejoigne Mercedes
Charger les commentaires
Qu'est-ce qui empêche les Américains de courir en F1 ? Prime

Qu'est-ce qui empêche les Américains de courir en F1 ?

Lors des 25 dernières années, deux Américains seulement ont couru en Formule 1, sans marquer le moindre point. Qu'est-ce qui explique ce manque de succès dans la catégorie reine du sport automobile ?

Frédéric Vasseur, le capitaine idéal pour un navire en F1 Prime

Frédéric Vasseur, le capitaine idéal pour un navire en F1

Deux dixièmes places lors des dernières courses ont permis à Alfa Romeo de se hisser en tête de la lutte parmi les écuries de fond de peloton, mais à plus long terme, l'équipe basée en Suisse a des ambitions bien plus grandes. Avec les nouvelles règles de 2022 qui devraient équilibrer les choses, le patron de l'écurie, Frédéric Vasseur, a de bonnes raisons d'être optimiste, comme il l'a expliqué à Motorsport.com dans une interview exclusive.

Formule 1
19 juin 2021
Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc Prime

Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc

Ferrari a impressionné en signant la pole position à Monaco et à Bakou. Voici comment la Scuderia a redressé la barre après une saison 2020 difficile.

Formule 1
18 juin 2021
Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1 Prime

Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1

Les victoires tant attendues des anciens pilotes de Formule 1 Marcus Ericsson et Kevin Magnussen le week-end dernier, respectivement en IndyCar et en IMSA, ont rappelé à la F1 ce qui lui manque. Mais avec les nouvelles règles visant à équilibrer le plateau, l'optimisme renaît quant à la possibilité pour davantage de pilotes de lutter pour des succès autrefois inespérés.

Formule 1
17 juin 2021
Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites Prime

Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites

Les conclusions de Pirelli sur les défaillances des pneus à Bakou n'ont pas complètement rejeté la faute sur les équipes, mais la fermeté de la réponse de la FIA laisse peu de place au doute.

Formule 1
16 juin 2021
L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1 Prime

L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1

Le travail en soufflerie constitue le fondement du développement aérodynamique d’une Formule 1. Cependant, les progrès de la recherche virtuelle annoncent la disparition de cet outil coûteux et compliqué.

Formule 1
15 juin 2021
Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull Prime

Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull

Sergio Pérez a passé la majorité de sa carrière à piloter en milieu de peloton, se demandant s'il aurait un jour une chance d'accéder à une équipe de pointe. Red Bull lui a donné cette opportunité, et bien que la vie au sommet soit difficile, le vainqueur de Bakou fait tout ce qu'il faut pour s'entendre avec Max Verstappen.

Formule 1
14 juin 2021
Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1 Prime

Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1

Le Grand Prix du Canada 2008 s'était apparenté à de véritables montagnes russes en piste comme en dehors, et avait été absolument passionnant à couvrir depuis le paddock. Voici pourquoi.

Formule 1
13 juin 2021