Formule 1
29 août
-
01 sept.
Événement terminé
05 sept.
-
08 sept.
Événement terminé
19 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
26 sept.
-
29 sept.
Événement terminé
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
EL1 dans
6 jours
14 nov.
-
17 nov.
EL1 dans
27 jours
C
GP d'Abu Dhabi
28 nov.
-
01 déc.
EL1 dans
40 jours

Renault prépare sa dernière évolution moteur de la saison

partages
commentaires
Renault prépare sa dernière évolution moteur de la saison
Par :
3 août 2019 à 07:03

La troisième version de l'unité de puissance Renault pour 2019 devrait faire son apparition à Spa-Francorchamps ou à Monza, où tous les pilotes qui l'utiliseront seront contraints de subir une pénalité sur la grille de départ.

Les pilotes Renault et McLaren n'auront d'autre choix que d'essuyer des pénalités moteur à Spa-Francorchamps ou à Monza, après la trêve estivale, lorsque Renault introduira la Spec C de son unité de puissance. Nico Hülkenberg, Daniel Ricciardo, Carlos Sainz et Lando Norris seront alors hors quota par rapport au règlement, et partiront loin sur la grille lors de l'un ou l'autre de ces deux Grands Prix. 

"Nous aurons des pénalités après la pause estivale, nous le savons", confirme à Motorsport.com Cyril Abiteboul, directeur général de Renault F1. "Malheureusement, c'est ce qui est prévu depuis Bahreïn, et même depuis Melbourne pour Carlos, car nous avions eu ce problème avec le MGU-K qui nous avait fait perdre tout le moteur à cause de l'incendie. Nous savons que nous sommes dans  une position désavantageuse et que nous devrons prendre quelques pénalités. Elles interviendront en même temps que la nouvelle spécification moteur, qui sera la dernière, la Spec C. Je ne veux pas confirmer quand et pour qui ça arrivera, mais cela voudra dire qu'il y aura des pénalités, et aussi un peu de puissance supplémentaire."

Lire aussi :

Si Renault procède comme à l'accoutumée, un pilote de l'équipe d'usine et un chez McLaren disposeront de la nouvelle spécification lors du Grand Prix de Belgique, puis les deux autres pilotes lors du Grand Prix d'Italie, afin de ne pas compromettre toutes les chances de chaque écurie lors du même week-end. Le faire à Spa et Monza apparaît d'autant plus évident que ces deux circuits sont réputés pour leurs opportunités de dépassement, ainsi que pour leur forte sollicitation de l'unité de puissance. A contrario, il est crucial d'éviter une pénalité sur un tracé comme Singapour, où dépasser est beaucoup plus compliqué. 

"Je ne veux pas confirmer ça, car ça ne l'est même pas avec McLaren, et les moteurs doivent encore être construits à l'heure où nous parlons", temporise Abiteboul. "Nous devons d'abord faire en sorte que ces moteurs soient construits correctement, validés comme il faut, mais ça pourrait être un plan. C'est la chose logique à faire. Si tout se passe comme prévu, ce seront les dernières pénalités de la saison."

Concernant le Grand Prix de Hongrie ce week-end, sur un Hungaroring où la performance moteur n'est pas déterminante, Renault pourrait faire le choix d'utiliser la Spec A de début de saison, notamment pour des raisons de fiabilité suite au problème rencontré par Lando Norris chez McLaren avec la Spec B. "Nous avons plusieurs spécifications moteur, deux en l'occurrence", précise Abiteboul. "Je n'entre pas dans les détails mais nous sommes en mesure d'utiliser la meilleure, que ce soit du point de vue de la performance mais aussi de la fiabilité." Quant à Daniel Ricciardo, son abandon provoqué à Hockenheim par un problème d'échappement ne change rien à son stock de pièces moteur. "C'était l'échappement principal, une petite fissure, qui a entraîné une fuite hydraulique, d'où la fumée. Ca n'a rien à voir avec le moteur", explique Abiteboul.

Propos recueillis par Adam Cooper  

Article suivant
Il aurait eu 30 ans : souvenirs de Jules Bianchi

Article précédent

Il aurait eu 30 ans : souvenirs de Jules Bianchi

Article suivant

L'hypothèse des 22 GP en 2020 pose la question des moteurs

L'hypothèse des 22 GP en 2020 pose la question des moteurs
Charger les commentaires