Renault : "Pas de traitement préférentiel entre Ocon et Ricciardo"

Renault ne va pas favoriser son pilote français face à son coéquipier australien, qui a déjà signé avec l'écurie rivale McLaren pour la saison prochaine.

Renault : "Pas de traitement préférentiel entre Ocon et Ricciardo"
Charger le lecteur audio

On le sait déjà, Daniel Ricciardo ne sera pas pilote Renault la saison prochaine. Le septuple vainqueur en Grand Prix a profité du départ de Carlos Sainz chez Ferrari pour s'emparer de son baquet chez McLaren, en qui il voit manifestement davantage de potentiel qu'en Renault. Après tout, l'écurie britannique a devancé son fournisseur moteur au championnat 2019.

Lire aussi :

Le Losange tient cependant à donner à ses deux pilotes les mêmes chances lors de la campagne à venir : pas d'avantage à Esteban Ocon, donc. D'autant que McLaren devrait sortir perdant du gel des monoplaces entre 2020 et 2021, ayant décidé d'adopter les unités de puissance Mercedes au lieu des moteurs Renault l'an prochain ; ses deux jetons permettant de faire évoluer la monoplace entre les deux saisons y seront donc consacrés, et McLaren ne pourra ainsi mettre à profit aucune information apportée par Ricciardo avant 2022.

"Il n'y aura pas de traitement préférentiel entre Esteban [Ocon] et Daniel à la suite de sa décision, car ce n'est pas la politique de l'équipe", déclare Cyril Abiteboul, directeur de Renault F1 Team. "Ce n'est pas une nécessité non plus, soyons honnêtes, car je ne joue aucun titre mondial à l'heure où je vous parle. Cela n'aurait absolument aucun sens, et Daniel sera impliqué dans le processus de développement de la voiture."

"La structure est telle que les voitures sont plus ou moins gelées entre cette année et l'an prochain, et McLaren va devoir utiliser tous ses jetons sur l'intégration du moteur au châssis, donc sans développer pour la performance. Cela va nous donner l'opportunité de travailler de manière extrêmement normale avec Daniel. Le seul truc, c'est qu'il ne sera pas exposé à 2022. Mais il ne le serait pas de toute façon, car cela reste un peu loin du point de vue du pilote, bien qu'une grande partie de nos ressources humaines y soient déjà consacrées." Rappelons que la FIA a interdit le développement lié à la nouvelle réglementation de 2022 au cours de l'année 2020.

Daniel Ricciardo, Renault F1 avec Cyril Abiteboul, directeur général Renault F1 Team

Quant au principal intéressé, il ne craint pas une détérioration de l'ambiance à Enstone en raison de son départ. "Peut-être que la première fois que je verrai des gens dans l'équipe, il risque d'y avoir ce moment que je qualifierais peut-être de gêne, mais j'ai connu ça il y a deux ans", rappelle Ricciardo, ayant annoncé à la trêve estivale 2018 qu'il allait quitter Red Bull pour rejoindre Renault.

Lire aussi :

"Cela dit, un certain temps s'est écoulé depuis cette annonce, et j'ai déjà discuté avec – voire vu – certains membres de l'équipe. Je pense que nous sommes vraiment de retour aux affaires. Nous sommes tous enthousiastes à l'idée de reprendre les courses. Espérons en faire beaucoup, et espérons avoir une opportunité de finir en beauté."

"De mon côté, c'est certainement derrière moi. Je n'y pense pas actuellement et je n'y penserai pas avant l'an prochain. Nous allons simplement nous mettre au travail. J'ai passé deux journées sur le simulateur, donc j'ai vu quelques personnes dans l'usine ; je n'ai reçu ni œil au beurre noir, ni coup de poing dans le ventre ! Nous passons tous à autre chose et nous allons tout donner pour le reste de l'année."

Propos recueillis par Jonathan Noble

partages
commentaires

Voir aussi :

Renault aura une triple évolution en Autriche
Article précédent

Renault aura une triple évolution en Autriche

Article suivant

Red Bull a testé de nouveaux éléments à Silverstone

Red Bull a testé de nouveaux éléments à Silverstone
Charger les commentaires
Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique Prime

Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique

Mike Elliott a pris le poste de directeur technique chez Mercedes il y a moins d'un an, apportant sa propre approche sans révolution.

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021