Ricciardo a "des idées" sur les difficultés de McLaren en Turquie

Après un long chemin de croix à Istanbul, Daniel Ricciardo a bon espoir que ce week-end difficile pour McLaren ne soit qu'une exception.

Ricciardo a "des idées" sur les difficultés de McLaren en Turquie

McLaren n'a placé aucune de ses voitures dans le top 6 au Grand Prix de Turquie, une contre-performance qu'elle n'avait précédemment connue qu'à Zandvoort et au Hungaroring cette saison – le carambolage du départ ayant joué un rôle non négligeable en Hongrie. Lando Norris a connu une course relativement peu mouvementée à Istanbul, septième au départ comme à l'arrivée, tandis que Daniel Ricciardo, éliminé dès la Q1 et équipé d'une unité de puissance neuve par la suite, n'avait pas le rythme pour dépasser aisément et s'est classé 13e après un arrêt au stand précoce par rapport à la concurrence.

Lire aussi :

Dès les qualifications, l'inquiétude était au rendez-vous pour le directeur d'équipe Andreas Seidl, mais il paraissait déjà évident que les courbes rapides et les courtes lignes droites de l'Istanbul Park ne convenaient pas à la McLaren. "J'ai déjà vu plusieurs fois cette année que selon les caractéristiques du circuit, la météo, la sélection pneumatique, on est occasionnellement en position d'évoluer aux avant-postes, mais en même temps, avec certains facteurs nous avons pas mal de difficultés, et nous sommes devancés par les habitués comme Pierre [Gasly], les Ferrari, Fernando [Alonso]. Ce donc n'est pas une énorme surprise", avait fait savoir Seidl.

La course a donc confirmé ces craintes, et Ricciardo n'a pas bouclé le moindre tour dans le top 10, bien loin de la remontée qu'il espérait. L'Australien faisait toutefois preuve de son optimisme habituel à l'issue de cette épreuve : "Ce n'est pas que je ne veux pas prendre ce week-end au sérieux, mais d'une certaine manière je ne veux pas le prendre en compte, je ne veux pas qu'il nous déprime. C'est un de ces week-ends qui n'ont pas été bons."

"Je sais que nous allons débriefer maintenant avant de partir d'ici, espérons mettre quelques informations sur la table et essayer d'apprendre quelque chose, mais je ne veux pas que ce week-end affecte notre lancée. Il y a des jours comme ça ; tant que nous pouvons apprendre, nous tournerons la page."

Daniel Ricciardo, McLaren MCL35M

Cependant, dans le contexte de la bataille avec Ferrari pour la troisième place du championnat des constructeurs, le contraste avec la remontée de Sainz, qui a enchaîné les dépassements et est arrivé huitième avec une minute pile d'avance sur Ricciardo, est marquant. D'ailleurs, dix secondes seulement les séparaient à une douzaine de tours de l'arrivée, mais Sainz a alors passé la phase de grainage de ses gommes neuves tandis que celles de Ricciardo, 15 tours plus anciennes, se sont nettement dégradées.

"Avant la course, je pensais que nous pouvions remonter le peloton assez facilement, au moins jusqu'à un certain point, mais maintenant que la course est finie, j'ai des idées", analyse le pilote McLaren. "Nous savons que nous souffrons un peu plus dans certains de ces virages plus longs, et je pense que sur le mouillé on passe plus de temps dans le virage, plus de temps à tuer le pneu, etc. Dans ma tête, je peux plus ou moins le justifier, mais je ne veux pas simplement le justifier et tourner la page, je veux comprendre pourquoi nous n'arrivons pas à faire ce dont [Ferrari] est capable."

Quant à Seidl, il espère un meilleur niveau de performance sur le Circuit des Amériques, théoriquement plus favorable à la MCL35M. "Vu les performances de notre voiture ce week-end, je dirais que nous pouvons être satisfaits de ce résultat final, qui limite la casse. Nous restons sept points et demi devant Ferrari", souligne l'Allemand, qui conclut : "Nous savions que c'était un circuit dur pour nous ; nous sommes impatients d'aller à Austin, en espérant que ce circuit conviendra mieux à notre voiture."

Lire aussi :

Propos recueillis par Luke Smith et Jonathan Noble

partages
commentaires
Austin va corriger ses bosses pour le retour de la F1

Article précédent

Austin va corriger ses bosses pour le retour de la F1

Article suivant

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation
Charger les commentaires
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021
Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021