Ricciardo : Renault ne manque de rien par rapport à Red Bull

Pour Daniel Ricciardo, l'écurie Renault F1 a tous les atouts pour réussir dans la discipline reine, même s'il ne s'attend pas à monter sur le podium en 2019.

Ricciardo : Renault ne manque de rien par rapport à Red Bull

L'Australien a quitté Red Bull Racing, avec qui il courait depuis 2014 et a empoché sept succès, pour s'engager avec le Losange. Il a pu prendre la mesure des installations de l'écurie française dans ses quartiers généraux d'Enstone.

S'exprimant lors de la présentation de la saison 2019 de la structure, Ricciardo estime que Renault ne manque de rien pour réussir au plus haut niveau : "Je ne suis pas encore passé devant quelque chose [à l'usine] en disant : 'Red Bull avait ça, il le faut'. Donc il n'y a rien en particulier que je pense manquant. J'imagine que quand j'aurai piloté la voiture, j'en saurai un peu plus sur ce qu'il lui faut, mais je vois de bonnes choses ici."

Lire aussi :

"J'étais là en décembre et il y a avait beaucoup de bruit et de construction, et c'est déjà terminé et fonctionnel. Ils ont travaillé dur pendant l'hiver et c'est un point positif que j'ai vu dès le départ, l'éthique de travail. Je suis le premier à dire : à la fin de la saison, vous êtes prêts pour faire un break et avoir des vacances. Mais je sais qu'il y a beaucoup de gens ici qui n'ont pas pris de vacances et c'est juste le signe, pour moi, qu'ils ont faim, ce qui est vraiment positif."

L'ambition en 2019 ? "Progresser"

Même si Renault fonde de grands espoirs dans les progrès réalisés avec la R.S.19, Ricciardo préfère rester mesuré et ne penser ni à la victoire, ni aux podiums. "Pour faire simple, et c'est peut-être ennuyeux à écrire pour vous les gars, mais [l'ambition] est de progresser. De continuer à progresser."

Daniel Ricciardo, Renault Sport F1 Team

"Depuis 2016, ce qu'ils ont fait est vraiment impressionnant, donc [il faut] continuer sur cette trajectoire ; dire 'OK, vous avez fini quatrième l'an passé, il faut être troisième cette année', ce n'est pas aussi simple parce que l'écart avec le top 3 est assez important. Mais dans l'idéal, nous allons réduire cet écart. Bien sûr, si ça nous fait sauter dans le top 3 alors tout va bien, mais c'est quand même un gros écart. Donc tant qu'il y a des avancées, ça peut être une année assez réussie."

Quand il lui est demandé à quel point il sera difficile de se concentrer sur ses propres performances et pas sur ce que va faire Red Bull, il répond : "Je savais, quand j'ai signé le contrat, qu'il était réaliste [de s'attendre à ce que Red Bull] soit, à Melbourne, devant. Donc j'ai déjà accepté ça et qu'il s'agirait d'une réalité très probable."

"Comme désormais, d'une certaine manière, je m'y attends, ça ne va pas être un choc ou quelque chose du genre. Je pense que, naturellement, je vais les regarder mais je vais également regarder Mercedes et Ferrari. Je ne vais pas être amer s'ils nous battent à Melbourne. J'estime qu'actuellement nous sommes toujours dans une aventure différente mais je ne veux pas me contenter d'une quatrième place pour toujours."

Avec Jonathan Noble 

partages
commentaires
Renault a fait un pas "considérable" avec son moteur F1 2019
Article précédent

Renault a fait un pas "considérable" avec son moteur F1 2019

Article suivant

Hülkenberg n'a "jamais regretté" d'avoir rejoint Renault

Hülkenberg n'a "jamais regretté" d'avoir rejoint Renault
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021