Interview
Formule 1 GP du Canada

Ricciardo répond à Villeneuve et évoque sa grosse remise en question

Cinquième des qualifications au GP du Canada 2024, Daniel Ricciardo a signé l'une de ses meilleures performances de la saison dans un moment difficile où la suite de sa carrière est en jeu. Après la séance, il a répondu aux critiques de Jacques Villeneuve, avant d'évoquer en longueur une remise en question personnelle faite après le GP de Monaco.

Daniel Ricciardo, RB F1 Team VCARB 01

Au sujet des critiques de Jacques Villeneuve...

J'ai entendu dire qu'il avait raconté de la merde, mais il n'arrête jamais. Je pense qu'il s'est cogné la tête un peu trop souvent. Je ne sais pas s'il joue au hockey sur glace ou à autre chose. Je ne lui donnerai pas son heure de gloire, tous ces gens peuvent aller se faire voir. J'aimerais en dire plus, mais autant le laisser derrière nous.

La confirmation de Yuki Tsunoda chez VCARB en 2025, juste avant la séance, ça a été une source de motivation ?

Oui, je suis évidemment très motivé pour faire plus que ce que j'ai fait cette année. Miami était un cas unique, mais je sais à quel point ces résultats font du bien ; c'est pour cela que je fais ça, pour ressentir ces émotions fortes. Au début de la semaine, tout allait bien, j'étais vraiment heureux de revenir sur ce circuit et de piloter ici, parce que je l'adore. Aujourd'hui, cela fait dix ans jour pour jour que j'ai remporté ma première victoire [au Canada en 2014] et ce jour a changé ma vie. J'ai donc ressenti beaucoup d'émotions agréables et je me sentais prêt à faire quelque chose de bien.

Lire aussi :

Pourquoi les choses se sont-elles bien passés ce samedi ?

Je dirais que c'est lié à deux choses. Tout d'abord, la voiture, dès que nous l'avons posée hier sur la piste - en EL1, pas tellement, en EL2, on a fait plus de tours - j'ai eu confiance en elle. Elle était était bonne et j'ai pu la faire glisser et la piloter de manière un peu plus agressive, ce qui m'a donné l'impression de la maîtriser. J'avais donc la sensation que la voiture était bonne, mais la deuxième partie...

On essaie toujours de perfectionner la voiture, mais je dois aussi me remettre en question et m'assurer que je suis dans les bonnes dispositions pour essayer d'obtenir des résultats comme ceux-là. Il est évident que j'ai eu un peu plus de mal à être à mon meilleur cette année. Il y a dix ans, je pense que c'était facile. Mais après Monaco, j'ai essayé de comprendre... Je regarde toujours les choses qui se passent sur la piste, "Je peux freiner plus tard ici, ou faire ceci et cela", mais je me suis dit "OK, quels sont les autres éléments qui affectent mes performances ? Est-ce que j'aborde un week-end de course en manquant d'énergie ou en ne ressentant pas telle ou telle chose ?"

J'ai donc probablement fait un peu d'autothérapie après Monaco, je me suis posé et j'ai examiné les choses que je faisais mal en dehors de la piste. Je donne peut-être trop de mon temps à des gens et, le jour de la course, je suis un peu plus à plat. Je sais que c'est en moi, donc comme je l'ai dit, nous allons toujours essayer de peaufiner la voiture, mais au fond de moi, je sais ce que je peux faire et il s'agit juste de s'assurer que je suis en position de le faire plus souvent. J'essaie de prendre autant de responsabilités que possible.

Daniel Ricciardo à Montréal.

Daniel Ricciardo à Montréal.

Qu'est-ce qui vous a manqué les dimanches jusqu'ici ?

Après Monaco, parce que c'était un week-end où j'étais un peu déprimé émotionnellement après n'avoir pas réussi à être performant sur un circuit que j'aime, tout le monde autour de moi, l'équipe, les ingénieurs, le cercle restreint, c'était du genre : "Les gars, livre ouvert, critiques constructives, partagez-les avec moi. Dans quels domaines pensez-vous que je pourrais m'améliorer, dans quels domaines pensez-vous que je manque peut-être de quelque chose ?"

Il s'agissait en grande partie de gestion d'énergie tout au long du week-end, donc ce n'est même pas ce que je fais dans la voiture, c'est juste ce qui me permet de monter dans la voiture avec le sentiment d'être prêt à aller au putain de combat. Il s'agissait donc d'essayer de régler certaines choses et, si j'avais quelque chose à l'esprit, de le faire sortir de ma tête. J'ai abordé ce week-end en me sentant, certainement, un peu plus léger et, oui, juste affamé, heureux et prêt à dire "merde".

Lire aussi :

Est-ce que cela fait partie de votre façon de pousser l'équipe, de dire "c'est comme ça que ça doit se passer" ?

Après Monaco, après le débriefing, je suis resté un moment [avec l'équipe]. Nous sommes assez ouverts les uns envers les autres, mais je voulais m'assurer qu'il n'y avait rien qu'ils aient vu et dont ils voulaient parler. En gros, je voulais savoir "Qu'est-ce que vous pensez qui ne va pas ? Si vous voyez quelque chose chez moi, j'essaierai d'y remédier, mais je vous dirai aussi ce que je ressens et peut-être pourquoi je me sens à plat, ou peut-être que le programme est trop chargé en ce moment, ou quoi que ce soit d'autre".

Nous avons donc eu une discussion ouverte et c'était génial parce que je veux aussi qu'ils se sentent à l'aise et qu'ils me disent les choses franchement. J'ai presque 35 ans, je n'ai plus besoin de tapes dans le dos, je préfère que les gens soient très directs avec moi. J'ai eu l'impression que c'était tout simplement productif et cela s'est poursuivi la semaine suivante.

Propos recueillis par Jonathan Noble

VIDÉO - Le résumé des qualifications du GP du Canada

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Russell en pole devant Verstappen et "les yeux rivés sur la victoire"
Article suivant Ocon : Mon Alpine est "beaucoup plus lourde" que celle de Gasly

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France