Rosberg admet une troisième victoire moins émouvante à Monaco

Nico Rosberg a reconnu que sa troisième victoire au Grand Prix de Monaco n'était pas aussi émouvante que ses précédents succès en Principauté.

En effet, lors de la dernière course, Mercedes a commis une erreur en demandant à Lewis Hamilton de rentrer au stand pour chausser des gommes neuves, estimant à tort qu'il avait suffisamment d'avance pour reprendre la piste en tête de la course. Le Britannique avait ainsi perdu une victoire probable, échouant sur la troisième marche du podium.

Cependant, Rosberg a tenu à rappeler qu'il fallait être au bon endroit pour tirer les marrons du feu. "Il faut être là pour attraper ce qui tombe du ciel," a répondu l'Allemand lorsqu'il lui a été demandé si cette victoire ne s'était pas retrouvée entre ses mains par hasard.

Je me sentais un peu mal pour l'autre côté du garage

Nico Rosberg

"C'était une des plus chanceuses. C'est clair que ce n'était pas aussi émouvant que les années précédentes, où c'était vraiment grâce à ma propre performance que j'y étais parvenu. Par ailleurs, je me sentais un peu mal pour l'autre côté du garage : ils le méritaient, et cela a simplement capoté. Cela m'a enlevé de la joie, clairement."

"Mais cependant, j'ai quand même profité dimanche soir... J'ai une expérience positive derrière moi, donc cela aide, c'est mieux que d'en avoir une mauvaise ! C'est comme cela que j'aborde ce weekend. Je suis paré."

Les deux victoires consécutives ne changent rien

Vainqueur des deux derniers Grands Prix en date, Rosberg minimise l'impact de ces succès et ne compte pas changer d'approche.

"Il n'y a pas eu de changement mental, ni quoi que ce soit qui s'y apparente," déclare-t-il. "Bien sûr, il y a des moments qui sont des défis en sport automobile, puis il y a les grands moments. Si c'est un défi, je dois juste continuer à creuser pour en sortir, et c'est tout, c'est ce que j'ai fait. Cela s'arrête là."

"Ce ne sera pas la dernière fois, il y a toujours des hauts et des bas. Il y aura un autre bas, je devrai m'en relever. Ce n'est rien d'inhabituel en sport automobile. J'ai appris à vraiment y faire face et à me battre."

Un défi différent à Monaco

Quant à Montréal, Rosberg qualifie la piste de défi en raison du faible appui aérodynamique des voitures.

"Ce weekend est assez unique parce qu'on a une voiture complètement différente de celle qu'on avait à Monaco, donc cela prend du temps de s'y habituer," explique le pilote Mercedes. "Demain, on prend la piste et on pilote un type de voiture complètement différent. Avec moins d'appui aérodynamique, il faut freiner plus tard, j'ai moins d'adhérence dans les virages, donc il faut s'y habituer."

La température des pneus ne sera pas un facteur facile à gérer non plus, dans un contexte où les gommes utilisées par Pirelli en 2015 sont plus dures que l'an dernier.

"La température des pneus sera aussi un problème ici. Le supertendre est un peu plus dur que l'an dernier, donc cela représente un défi un peu plus grand que l'an dernier, aussi en qualifications, donc ce sera limite. La température n'est pas censée être trop chaude. Nous verrons bien ; cela va probablement être un défi," conclut Rosberg.

A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP du Canada
Circuit Circuit Gilles-Villeneuve
Pilotes Nico Rosberg
Équipes Mercedes
Type d'article Actualités
Tags déclaration, monaco, rosberg, victoire